Araignée-loup – Pirata ou Piratula ?

Sauvée de la tondeuse… J’ai vu un petit point blanc courir entre les herbes !!

Jolie femelle araignée-loup avec son cocon… Jusque là, ça va !! C’est après que ça se complique !!

Alors, la taille… Quelque chose comme 4mm !

Cliquez…

J’ai bien trouvé de la théorie pour Piratula latitans mais ça ne correspond pas trop pour moi :

Pirata latitans:0017: :
– Céphalo brun sombre aux côté blancs
– Abdomen brun sombre avec deux rangées de points blancs mais pas de dessin. Des poils blancs sur les côtés.
– Première paire de pattes à fémurs et tibias sombres >>> pas la mienne !
– Seconde paire de pattes sombre- Paires III et IV plus claires >> Pas la mienne !!
– Taille 4mm
– Habitats humides
– Printemps / Eté

Pourtant, le « céphalo sombre », l’abdomen à points bancs et la taille correspondent…

 

Prudent, j’ai quand même demandé l’avis de mon mentor…

Pirata s.l. (cf. Piratula latitans, mais donc pas certain du tout).

J’ai déjà rencontré un mâle Pirata dans mon jardin, mais avec dessins sur le céphalo (la fameuse « fourchette ») ce qui ne correspond pas à ma femelle ??

https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/category/piratula-hygrophila-ex-pirata/

Le criquet duettiste de ma terrasse ! Chorthippus brunneus

C’est aujourd’hui un criquet, que j’avais pris pour une sauterelle…, qui s’est invité sur ma terrasse, à deux mètres de haut ! Il s’est aussi laissé flasher sans sourciller !!

Renseignements pris auprès d’une spécialiste belge :(Merci Gilles San Martin)

« Il s’agit d’un mâle de Chorthippus brunneus.
Il existe plusieurs espèces proches et relativement difficiles à distinguer (et les femelles sont
d’ailleurs pratiquement indistinguables ou presque).
Les carènes du pronotum anguleuses, la longueur des ailes et la nervation des ailes (en particulier
le « champ costal ») ne laissent aucun doute ici.

C’est probablement notre espèce de criquet la plus mobile. Elle vole très bien et elle est souvent
la première à coloniser des nouveaux milieux secs (ex des friches urbaines après la destruction
d’un bâtiment). Son chant est assez caractéristique. Il s’agit d’une très courte note « trt » mais il
est très fréquent que deux mâles se répondent en alternat cette note brève ce qui lui donne un de
ses noms français : le « criquet duettiste ». (Gilles San Martin)

Vous pouvez toujours encoder ce genre de photos sur des plateformes en lignes comme
https://www.inaturalist.org.
Vous obtiendrez de l’aide pour l’identification des animaux et plantes et vous contribuerez aux
bases de données biogéographiques qui permettent d’étudier ces espèces. »

Pour évaluer sa taille… 23mm jusque au bout des ailes… ce qui n’est pas correct… plutôt entre 16 et 20mm !!

D’une autre source : http://www.jeunesetnature.be/repository/uploads/Saltabru%2B10_protocole.pdf

« Si la détermination sur base de caractères morphologiques est une approche classique en entomologie, on
dispose d’un moyen supplémentaire et de déterminer les orthoptères : le chant.
Le chant permet de distinguer la grande majorité des espèces et permet de repérer les espèces à distance
sans avoir vu le moindre individu. Dans certains cas (Chorthippus brunneus, biguttulus et mollis par
exemple), la détermination est beaucoup plus simple sur base du chant que de visu. Et l’inventaire de
certaines espèce difficiles à voir se fait mieux au chant
L’apprentissage est assez facile à l’aide de CD spécialisés ou simplement sur le terrain en associant un
chant aux caractères morphologiques après capture de l’individu »

Syrphe de mon jardin… Volucella zonaria

Fatalement, en cherchant des papillons à flasher, ce Syrphe m’a fait un clin d’oeil !

Pas impressionné du tout, il s’est laissé approché à quelques cm !! (cliquez…)

Voici une fiche trouvée sur Internet et je pense que ça correspond !! Volucella zonaria

la volucelle zonée

Diptère – Brachycère – Syrphidae – Volucellini

taille : 15,5 à 19,5 mm

Les Volucellinae (un seul genre, Volucella) se reconnaissent à l’arista plumeuse et à leurs ailes avec la nervure externe ré-entrante. Les Volucella sont des Syphidae de grande taille. Volucella zonaria est la plus grande espèce de Syrphidae de notre faune. Le thorax est foncé et l’abdomen rayé de noir et de jaune. Le deuxième tergite abdominal porte de larges marques brun-roux, et le premier sternite abdominal (en vue ventrale) est noir.

Papillons du jour…

Suite au recensement de Natagora, je me suis amusé d’essayer de flasher quelques papillons communs de mon jardin !

Le familier Robert-le-diable… si on reste statique, il vient sur vous… parfois !!

« Le Robert-le-Diable (Polygonia c-album) est un papillon diurne de la famille des Nymphalidae, de la sous-famille des Nymphalinae, de la tribu des Nymphalini.

Cliquez pour agrandir !

Pour suivre un Tircis… très nombreux aussi !!

« Le Tircis est un lépidoptère appartenant à la famille des Nymphalidae, à la sous-famille des Satyrinae et au genre Pararge »

Espèce commune aussi en Wallonie, une Sylvaine – Ochlodes sylvanus… (un mâle, je crois !)

Me reste à parvenir à flasher les Azurés et les Piérides mais c’est une autre affaire car ils restent très peu en place !!

Voilà l’Azuré… dur dur à photographier mais je ne désespère pas de prendre de meilleurs clichés !

L’hérisson, le chat, le renard, le pigeon et le rat !

Tout commence il y a quelques jours quand j’ai aperçu un énorme hérisson, vraisemblablement une femelle pleine ! Chouette, me dis-je, c’est toujours intéressant d’en avoir dans le jardin pour éliminer escargots et autres limaces…!

Comme elle semblait avoir élu domicile près de ma terrasse, dans les troncs entrelacés d’un « bouquet » de noisetiers, j’ai décidé de la nourrir un peu et de lui donner à boire pour l’amadouer un peu !

Après avoir regardé sur Internet ce qui lui convenait de donner, je lui ai déposé une petite écuelle avec des croquettes pour chats… et effectivement, comme elle sort après minuit, c’était un plaisir de la regarder venir se nourrir…

Mais, il y a toujours un mais…, les chats de voisinage ont vite compris et se pointaient pour vider l’assiette et s’ils ne mangeaient pas tout, c’étaient les pigeons ramiers, le lendemain matin, qui se régalaient !!

Qu’à cela ne tienne, me dis-je, je vais confectionner une « salle à manger » pour mon hérisson, avec un petit couloir qui serait rébarbatif pour les chats… Aussitôt dit, aussitôt fait !

Me voici donc, en observation vers minuit, pour vérifier si le hérisson a adopté sa « salle à manger » en toute quiétude. !

Sans la déranger plus, j’ai soulevé délicatement la boite et pris une petite photo de mon beau bestiaux ! Comme Internet me parlait aussi qu’ils aimaient les vers de farines séchés, j’en ai disposé quelques-uns ! Miam-miam…

Bref, pendant quelques jours, j’ai surveillé tout cela à la tombée de la nuit… Les chats tournaient, mais sans plus et un jour, j’ai vu… un magnifique renard qui regardait mon hérisson !! Flûte, mes dis-je, j’attire beaucoup de monde !!

Bref, je laisse passer quelques jours, en me limitant de le nourrir avec des vers de farine jusqu’au jour ou, en soulevant la « salle à manger » pour vérifier s’il restait quelque chose à manger, … un beau rat, ou surmulot, était à table… ! il est resté figé quelques seconde, me permettant de voir son beau pelage soyeux puis à démarré en trombe à toutes jambes… impressionnant de vitesse !!

J’étais un peu embêté d’attirer tout ce monde près de ma terrasse… Le lendemain matin, j’ai encore été vérifier l’écuelle et…

Plus ou moins 24cm de corps, 35 avec la queue… l’écuelle fait 16cm de diamètre… il était déjà raide… il est donc venu mourir la nuit dans la salle à manger de l’hérisson, vraisemblablement empoisonné !

Ni une, ni deux, j’ai supprimé cette « salle à manger »… L’hérisson n’a qu’à se contenter des escargots et autres limaces de mon jardin ! Dommage…

Sans les araignées la vie sur terre serait impossible !