Anelosimus – Araignée

Toujours bien présente dans mon jardin (et en balade en forêt) cette petite Anelosimus (vraisemblablement vittatus) de la famille Theridiidae.

Pas toujours évident à différencier des autres petites Theridiidae comme Theridion et Keijia (Keijia étant devenue entretemps Platnickina…) !

Entre 2,5 et 3mm elles sont rikikis… On peut avoir pas mal de variations dans le folium, la robe de l’araignée, on appelle ça « variations intraspécifiques », cela est bien visible dans celles reprises sous Tags dans ce blog !

Celle-ci se trouve sous une dalle faîtière du nouveau mur de ma terrasse… je serai donc amené à la rencontrer souvent…

 

 

 

IMG_1040.JPG

 

 

En voici une sur mon doigt… ça vous donne la taille !!

 

 

05-11-2008 013a

Araignée-loup

Au même endroit que le Philodromus qui suit (à Bonnert, près d’Arlon au sud de la belgique) à la lisière d’un bois !

Une Lycosidae, une araignée-loup mâle… à chaque pas que je faisais, une bonne dizaines de ces araignées partaient en sauve-qui-peut !!

Ces petites araignées loups sont inoffensives, bien symphatiques et bien utiles à notre biodiversité !

 

 

 

IMG_1033.JPG

 

 

 

IMG_1029.JPG

 

 

 

IMG_1037.JPG

 

 

 

IMG_1030.JPG

 

 

Je ne m’en lasse pas… je l’identifierai plus tard !!

 

 

 

 

IMG_1032.JPG

Metellina… mais ??

Ce mâle Metellina m’intrigue… plus juvénile que le mengei dans le post suivant, je lui trouve un abdomen bien rond… et un folium (une robe) à la merianae mais enore une fois… jamais simpe les Metellina… J’attendrai l’avis de mon mentor Koen Van Keer (ARABEL)… :-)))

 

il m’invite à la prudence : … « Ces juvéniles sont encore plus variables que les adultes ! « 

Donc Metellina sp.

 

 

IMG_2837.JPG

 

 

 

 

IMG_2834.JPG

 

 

 

 

 

 

IMG_2831.JPG

 

 

 

IMG_2827.JPG

Metellina… mengei ?

Toujours un dilemme pour identifier une Metellina jusqu’à l’espèce !

On a (théoriquement) mengei au printemps et segmentata en automne… mais (ce serait trop simple hein !) il est prouvé que certaines chevauchent les saisons !!

Si on a pas de loupe binoculaire (et les connaissances scientifiques qui vont avec !) pour avoir une certitude par l’analyse des attributs sexuels et que l’on veut les laisser vivre… il nous reste d’essayer de faire de bonnes macros pour parvenir à voir, chez un mâle adulte par ex., l’absence ou la présence de longues soies ventrales sous les métatarses et tarses des pattes I (voir page 307 du guide de Michaels J. Roberts…)

Alors pour celui-ci, comme c’est mars, je postule une Metellina mengeidonc avec la présence des ces longues soie…

Contrôle :

 

 

IMG_2842.JPG

 

 

 

IMG_2843.JPG

 

 

Yesssss !!

 

 

Une vue des pédipalpes pourra, peut-être, interesser les puristes…

 

 

 

IMG_2841.JPG

 

 

 

 

IMG_2840.JPG

 

 

 

IMG_2838.JPG

 

 

Et la femelle me direz-vous… ben il y en avait une dans l’coin…

 

 

IMG_2850.JPG

 

 

 

IMG_2849.JPG

 

 

 

IMG_2847.JPG

Clubiona comta & terrestris – Araignée

Plusieurs espèces de Clubiona dans mon jardin… Clubiona terrestris, corticalis et comta…

Voici une comtatrès présente dans mon petit jardin… Plus petite (3,5 à 6mm) que la Clubiona corticalis (7 à 10mm) avec laquelle elle pourrait être confondue, les dessins de son abdomen sont toujours roussâtres (jamais chez corticalis)

 

 

IMG_2870.JPG

 

 

 

IMG_2888.JPG

Voici une autre espèce… Clubiona terrestris peut-être ?

IMG_2875.JPG

IMG_2879.JPG

Shampouinée ou champignonnée… ????

Phénomène particulier qui semble ne concerner que les Pholques (Pholcus) ?

Etonnant, non ?

 

 

 

16-03-2012 097.jpg

 

 

 

16-03-2012 095.jpg

 

 

 

16-03-2012 105.jpg

 

 

 

16-03-2012 106.jpg

 

 

 

16-03-2012 093.jpg

 

 

J’ai trouvé ceci sur le Net :

 

 les champignons entomopathogènes : ils infectent les insectes par la voie tégumentaire, par adhésion de leurs propagules infectieuses sur les insectes. Celles-ci germent et finissent par pénétrer le tégument de l’insecte, colonisant les tissus et provoquant la mort de l’hôte.

 

Mais ?????

 

et d’une autre source :

 

« infection cryptogamique autrement dit spore de moisissure qui germé et qui a momifié la pauvre araignées autrement dit champignon carnivore. »

Question : ce champignon carnivore s’attaque-t-il à la bestiole vivante ou uniquement lorsqu’elle est déjà passé de vie à trépas ?

 

 

« Il y a les nécrophages et les carnivores.
Certaines spores se propagent via aérosolisation et ensuite advienne que pourra, si elles entrent en contact avec un hôte, elle se fixe et commence immédiatement à développer des filaments pénétreurs (un mycélium en fait)
Au fur et à mesure de la consommation des matières nutritives internes l’activité de l’animal se réduit puis s’arrête, c’est à ce moment que le champigon ressort du cadavre, le momifie pour lacher ses spores etc….
Ce genre de champigon en de multiples taxons existe souvent chez les mouches, si on regarde au mois de novembre on voir souvent des mouches mortes, momifiées, avec des touffes de filaments qui sont localisés le longs des articulations des tregites et sternites. Ce sont les infections cryptogamiques qui tuent presque 80% des effectifs. »

 

 

 

 
 
 
 
Koen Van Keer (ARABEL) me propose :  Engyodontium album…
 
 
 
Voici encore une autre analyse :
 
 
« …ce que représente la photo peut être du à une infection entomopathogène, surtout que vous ne le retrouvez que sur une seule espèce… mais ça peut également être due à une infection saprophyte externe seulement et qui est très semblable à l’infection entomopathogène…
donc pour bien s’assurer, il suffit de nettoyer (stériliser) la membrane externe de l’échantillon même avec du chlore (5%) et puis des bains successifs avec de l’eau stérile et par la suite mettre dans une boite stérile avec du papierfiltre humidifié…. si l’infection réapparaît à la surface, alors il s’agit bien d’une infection entomopathogène, si non ça peut être simplement due  à des saprophytes qui se développent sur les cadavres de tes araignées
 
 Jouda Guesmi Ph-D Student – Laboratoire d’Entomologie Agricole »
 
 
 
 
 
« infection cryptogamique autrement dit spore de moisissure qui germé et qui a momifié la pauvre araignées autrement dit champignon carnivore j’en ai des spécimens dans les grottes où j’ai déjà été. » (Oxie)
 
Il y a les nécrophages et les carnivores.
Certaines spores se propagent via aérosolisation et ensuite advienne que pourra, si elles entrent en contact avec un hôte, elle se fixe et commence immédiatement à développer des filaments pénétreurs (un mycélium en fait)
Au fur et à mesure de la consommation des matières nutritives internes l’activité de l’animal se réduit puis s’arrête, c’est à ce moment que le champigon ressort du cadavre, le momifie pour lacher ses spores etc….
Ce genre de champigon en de multiples taxons existe souvent chez les mouches, si on regarde au mois de novembre on voir souvent des mouches mortes, momifiées, avec des touffes de filaments qui sont localisés le longs des articulations des tregites et sternites. Ce sont les infections cryptogamiques qui tuent presque 80% des effectifs.
 
 
Voici quelques autres clichés de ce phénomène…
 
 
 

Pholcus + champignon.jpg

 

 

 

Pholcus + champignon1.jpg

 

 

Pholcus + champignon2.jpg

 

 

 

Pholcus + champignon3.jpg