Les « Citroën » rentrent au garage… Anyphaena accentuata

Encore une araignée que je rencontre aussi bien dans la forêt que dans mon jardin… L’Anyphaena accentuata (seule espèce dans le nord)… En language vernaculaire (populaire), dumoins chez « nous » (enfin, dans les forums…), on aime l’appeler l’araignée citroën à cause des deux chevrons qu’elle arbore sur son abdomen… exellent moyen mnémotechnique !!

 

 

30.12.2013Canon 008.JPG

 

Je viens de lire sur l’excellent site de Norbert Verneau que les anglo-saxons les appelaient « buzzing spiders« , traduit en « araignée bourdonnantes » car, lors de sa cours, le mâle fait vibrer très rapidement ses pattes I tout en tapant violement son ventre sur la feuille qui les porte, même audible à notre ouïe !!

http://norbert.verneau.free.fr/f_anypha.html)

ça me rappelle les moeurs de nos petites Lycoses (araignées-loups) qui agissent de la même façon…

 

Leur bloc oculaire fait un peu penser à celui des Clubionidae… une belle rangée de phares (citroën oblige…)

Une femelle

 

30.12.2013Canon 011.JPG

 

 

Des mâles

 

 

 

30.12.2013Canon 003.JPG

 

30.12.2013Canon 022.JPG

 

30.12.2013Canon 058.JPG

 

 

Autre caractéristique que le terrain m’a appris (« in the field »), bien que ce soient des araignées fronticoles, qui vivent donc dans (ou sur) la canopée, aux faîtes des arbres, j’ai remarqué qu’en hiver elles se regroupent au sol, dans des abris d’hibernation !

Par exemple, les nombreuses poubelles forestières en bois de la forêt de Soignes leur servent de gîtes, mâles et femelles mélangés, sans problème (apparent) de cohabitation…

 

 

30.12.2013Canon 041.JPG

 

30.12.2013Canon 041a.jpg

 

30.12.2013Canon 042.JPG

 

30.12.2013Canon 043.JPG

 

 

30.12.2013Canon 045.JPG

 

30.12.2013Canon 052.JPG

 

30.12.2013Canon 058.JPG

 

 

30.12.2013Canon 005.JPG

 

 

30.12.2013Canon 026.JPG

 

 

30.12.2013Canon 029.JPG

 

 

30.12.2013Canon 032.JPG

 

 

30.12.2013Canon 056.JPG

 

Les voici, 15 jours plus tard (le 16 janvier), toujours dans la même poubelle !!

Faut dire que le temps est incroyablement doux cette année…

 

 

16.01.2014Canon 007.JPG

 

16.01.2014Canon 004.JPG

 

16.01.2014Canon 006.JPG

 

Dans une autre poubelle, c’est une femelle Amaurobius qui prenait ses quartiers d’hiver… plutôt poilue !!

 

 

30.12.2013Canon 033.JPG

 

 

30.12.2013Canon 035.JPG

 

 

30.12.2013Canon 036.JPG

 

 

Autour de ses filières…

 

 

30.12.2013Canon 040.JPG

 

 

30.12.2013Canon 014.JPG

Joyeux Noël…

Légende de l’Araignée de Noël

Il ya très longtemps, sur une veille de Noël, les araignées ont été bannis de maisons tandis que les maisons ont été nettoyées pour Noël et leurs toiles ont été brisées. Ils ont juste réussi à survivre et a dû déménager dans le coin le plus éloigné du grenier pour le moment. Toutefois, certains des jeunes araignées envie de voir les arbres de Noël décorés et le petit enfant-Christ qui est venu pour bénir les maisons dans la nuit. Les anciens essayé de leur faire comprendre qu’ils n’étaient pas autorisés à l’intérieur des chambres, mais les jeunes araignées étaient très curieux et inflexible. Enfin, l’araignée vieux sage et a trouvé une solution et a suggéré que, dans la nuit, quand tout le monde se mit au lit, peut-être qu’ils pourraient se glisser hors de leurs coins et voir de plus près de l’arbre de Noël magique.

Même les araignées adultes senti le frisson de cette occasion unique dans une vie pour eux et minuit, quand la maison d’une famille noble était sombre et silencieux et tout le monde dormait, les araignées sortirent de leur cachette et lentement atteint l’arbre de Noël. Ils ont été tellement captivé par la beauté éthérée qu’ils ont passé toute la nuit dans l’arbre, rampant de haut en bas et en examinant ses beaux ornements. Ils ne pouvaient pas freiner leur envie de tisser des toiles d’araignées jolies et délicates à travers l’arbre comme ils ont dansé sur ses branches. Dans les petites heures du matin, le petit enfant Christ est venu bénir la maison. Il a été surpris de trouver les petites araignées et leurs toiles sur l’arbre.

Il savait que toute créature a été faite par Dieu et pourtant il savait comment la mère qui avait travaillé dur toute la journée pour que tout soit parfait serait consterné de trouver les toiles d’araignée sur son arbre. Ainsi, avec un cœur plein d’amour et un sourire enchanteur belle sur ses lèvres, l’enfant Jésus toucha doucement les toiles d’araignée et placez-les étincelant et brillant en argent et en couleurs dorées qui ont fait l’arbre de Noël encore plus belle qu’avant. Il est dit que c’est la façon dont clinquant a été introduit pour décorer les arbres de Noël. Certaines personnes ont aussi accrocher une araignée en plastique, en souvenir des araignées dévoués petits qui ont travaillé dur cette veille de Noël.

Tiré de http://noel.kiovok.com/legende-de-laraignee-de-noel.html

Légendes & araignées…

 
Capteur de rêves
 
 
 
 
capteur_reve
 
Légende lakota sioux

D’après la légende, un grand sorcier, par un soir de pleine lune, quitta son village pour se diriger vers le territoire des grands esprits. Il partit donc, d’abord en canot, remonta la rivière, puis à pied, remonta le ruisseau jusqu’à sa source. Près de la source se trouvait un grand arbre, un arbre beaucoup plus grand que tous les autres arbres de la forêt : c’était l’arbre aux souhaits.
Il entendit alors une voix qui l’appelait, venant du haut de l’arbre. Il grimpa aux branches jusqu’au faîte de l’arbre. Il y trouva une grande araignée installée dans les plus hautes branches de l’arbre. Elle lui demanda de prendre une des branches de l’arbre, d’en faire un cerceau et de l’attacher avec ses cheveux. L’araignée monta sur la branche en cerceau et commença à y tisser sa toile.
Le jour arrivait, elle ne prit aucune pause et continuait à tisser sa toile. Lorsque sa toile fut terminée, l’araignée dit au sorcier que sa vie n’était pas terminée, qu’il devait retourner à son village avec le premier capteur de rêve et qu’il servirait à protéger son village et son territoire. Elle lui dit aussi que les rêves et les songes sont des messages que nous envoient les esprits, bons et mauvais.
Pendant la nuit, les bons rêves passent jusqu’à nous en passant par le trou au centre de la toile afin d’influencer la vie du dormeur, lui apportant la chance, le bonheur et l’harmonie tout au long de sa vie. Les mauvais rêves, eux, sont retenus pendant toute la nuit dans la toile. Aux premières lueurs du jour, ils fondent comme neige au printemps, glissent le long des plumes et n’affectent pas notre vie*.
Autre version lakota:
Il y a de cela très longtemps, bien avant l’arrivée des hommes blancs, par une nuit sans lune, le vieux chef Lakota partit de son village pour se rendre sur la plus haute montagne du territoire de sa tribu. Arrivé au sommet, il installa son campement, fit un feu et se mit à chanter pour appeller ses ancêtres.
Il eut alors une vision, celle d’Iktomi, un de ses ancêtres, un grand sorcier. Iktomi commença alors à lui parler. Tout en parlant dans le langage sacré des anciens, Iktomi prit une longue branche très souple, lui donna la forme d’un cerceau et l’attacha avec du crin de cheval.
Iktomi commença alors à se transformer et prit la forme d’une araignée. Le vieux chef Lakota continuait à lui parler, et Iktomi continuait à répondre à ses questions. Le vieux chef regarda Iktomi et l’araignée commença à tisser sa toile. Iktomi expliqua que la toile représente tous les cycles de notre vie. Nous commençons notre vie enfant, expliqua-t-il, devenons adolescent, puis adulte pour devenir une personne âgée et prendre soin à notre tour de nos enfants afin de compléter le cycle.
Iktomi, tout en continuant à tisser sa toile, dit qu’à chaque seconde de notre vie, des forces, parfois bonnes, parfois mauvaises, nous attirent. Si tu écoutes les bonnes forces, dit-il, elles t’attireront dans la bonne direction, mais, si tu écoutes les mauvaises, elles t’attireront dans la mauvaise direction, pourront te faire du mal ou t’inciter à faire le mal. Donc, ces forces peuvent soit t’aider, soit te nuire dans ta recherche de l’harmonie avec la nature.
Lorsque Iktomi eut fini de parler, il reprit sa forme humaine et donna la toile à Lakota. Elle formait un cercle parfait avec un trou dans le centre. Il lui dit alors: « Utilise cette toile afin d’aider ton peuple à atteindre son but, à faire le bien, à avoir des idées et à aller au bout de leurs rêves et de leurs visions. Si tu crois au grand esprit, la toile va retenir tes bonnes idées et va laisser passer les mauvaises par le trou du centre »*.
À son retour, le vieux chef raconta sa vision à son peuple et depuis ce temps, la légende s’est répandue et on retrouve un capteur de rêve au-dessus du lit de nombreux amérindiens, retenant les bons songes et laissant passer les mauvais afin qu’ils ne fassent plus partie de leur vie. On dit même que cette légende vient de tellement loin qu’elle est présente aussi dans d’autres pays, adaptée sous d’autres formes, et qu’elle permettrait de faire la distinction entre le bien et le mal, comme un ange gardien qui nous protège.

 

 

 capteur_de_reve_6 2053z3b  capteur

 

CPTEUR

 
 
 
 
Capteur de rêves

Le Capteur de rêves (Dreams catcher)

Objet sacré fabriqué par plusieurs tribus d’Amérique du Nord

« Un jour, alors qu’une vieille grand-mére nettoyait son tipi, de longs sanglots se firent entendre. “ Qui pleure et pourquoi pleure tu?” demanda la grand-mére. Une petite voix lui répondit: “ C’est moi grand-mére..” A ces mots, la vieille femme leva les yeux et aperçut une araignée. “ Je pleure, parce que tout le monde me chasse de son tipi. ” ajouta t’elle. Peinée d’entendre cela, elle l’accueillit chez elle et lui permit de s’y installer. Quelques jours plus tard, l’araignée tissa une toile, pour la remercier, tout en haut du tipi, une toile qui capta dorénavant les bons rêves de la grand-mére. »
 

Mes oiseaux d’hiver sont de retour !

Les premières arrivées sont les Mésanges (Bleue, charbonière et à longue-queue) mais je n’ai pas encore pu les « fixer » correctement (très rapides…)

Plus lent et lourdeaud, le Bouvreuil pivoine se laisse volontiers photographier !! (Nikon D5000 + 300mm… mais malgré ce matos, je ne suis toujours pas satisfait de la netteté… sans doute le photographe…? :-))…)

 

 

21.12.2013Nikon300mm 011.JPG

 

 

21.12.2013Nikon300mm 002.JPG

 

 

21.12.2013Nikon300mm 008.JPG

Etangs de Groenendael… Araignées

Toujours assez doux… J’en profite pour flâner autour des étangs de Groenendael, un de mes terrains de « chasse » préférés…

Un Cormoran veille…

 

 

19.12.2013Canon 032a.jpg

 

 

 

Voici les « panneaux » ou « bornes » sur lesquels je trouve suffisamment de modèles…

 

 

 

19.12.2013Canon 028.JPG

 

 

Qui dit eau dit souvent Tétragnathes… Les espèces les plus communes se rencontrent généralement dans la végétations des berges ou en terrain marécageux (dixit le guide des araignées de M.J.Roberts)

Fallait avoir l’oeil pour la repérer… ultra aplatie, elle se confondait à merveille avec le fond… une Tetragnatha sp.

 

 

19.12.2013Canon 019a.jpg

19.12.2013Canon 026.JPG

19.12.2013Canon 024.JPG

19.12.2013Canon 027a.jpg

 

 

Toujours sous l’oeil perçant du Cormoran…

 

 

19.12.2013Canon 033a.jpg

 

Un peu plus loin, sur un autre panneau, une autre espèce de Tétragnathe,  peut-être Tetragnatha nigrita (?), malheureusement parasitée…

 

 

19.12.2013Canon 035.JPG

19.12.2013Canon 036.JPG

19.12.2013Canon 041.JPG

19.12.2013Canon 036a.jpg

19.12.2013Canon 043.JPG

19.12.2013Canon 041a.jpg

 

 

Et bien entendu toujours mes Drapetisca socialis, toujours aussi superbes… Ici dans une position inhabituelle…

 

 

19.12.2013Canon 009.JPG

 

 

19.12.2013Canon 008.JPG

 

 

19.12.2013Canon 004.JPG

 

 

19.12.2013Canon 006.JPG

 

 

19.12.2013Canon 002.JPG

 

 

et toujours sous le regard du Cormoran… :-))

 

 

19.12.2013Canon 034.JPG

 

 

 

Pas mal d’Opilions aussi… des Dicranopalpus et des Opilio canestrinii 

 

(En théorie…de longues pattes, est de couleur claire et ressemble assez bien à Leiobunum mais l’ocularium est assez petit, plat et de couleur claire. Les traits blancs surlignés de noir de l’abdomen le rendent assez reconnaissable)

 

 

 

 

 

 

19.12.2013Canon 014.JPG

 

19.12.2013Canon 017.JPG

 

19.12.2013Canon 013.JPG

 

 

 

 

 

L’araignée cracheuse… Scytodes Thoracica

Cette douceur de décembre permet à certaines arachnides d’être encore actives… Sur les murs de ma maison, côté jardin, j’ai repéré une jeune Pisaura mirabilis… ainsi que, plus rares dans le nord à l’extérieur (alors qu’elles sont sous les pierres dans le midi), une araignée cracheuse, la Scytodes thoracica, superbe arachnides que je vous ai déjà présentée (voir « catégories »)…

Une araignée haplogyne (donc dépourvue d’épigyne) n’ayant que six yeux !

 

 

 

18.12.2013Canon 052.JPG

 

 

18.12.2013Canon 057.JPG

 

 

18.12.2013Canon 057a.jpg

18 décembre… 10°… Drapetisca socialis

Comment s’empêcher de faire une balade en forêt dans ces conditions… :-))

Malgré qu’il reste encore des insectes, de la nourriture donc, je n’ai pas trouvé beaucoup d’arachnides…

Quelques Opilions et encore beaucoup de Drapetisca socialis sur les « panneaux » que je surveille !

Jolis mâles…

 

 

18.12.2013Canon 015.JPG

 

18.12.2013Canon 030.JPG

 

 

18.12.2013Canon 038.JPG

 

Belles femelles…

 

18.12.2013Canon 025.JPG

 

 

Beaucoup sont en pleine prédation… des réserves pour l’hiver ?

 

18.12.2013Canon 035.JPG

 

 

18.12.2013Canon 040.JPG

 

 

18.12.2013Canon 045.JPG

 

 

La relève est assurée…? :-)))… ma petite-fille, 2 ans en janvier, semble déjà bien intéressée par les arthropodes…

 

 

18.12.2013Nikon60mm 129.JPG

 

et elle y tient à son bouquin sur les « argnées » :-)))

 

 

18.12.2013Nikon60mm 132.JPG

Morsures d’araignées – éclaircissements scientifiques !!

Comme je vous l’ai déjà souvent rabâché ici, non, nous n’intéressons pas les araignées car elles ne se nourissent pas de sang, la plupart des morsures attribuées aux araignées sont en réalité souvent des piqûres d’insectes etc… !

Voici une traduction parue sur Atlantico mais je vous conseille de lire l’original en anglais ici :
http://www.businessinsider.com/spide…ent=emailshare

Voici la traduction d’Alantico :

« Chris Buddle, un arachnologue de l’université McGill à Montréal, affirme en effet que les piqûres d’araignées sont beaucoup moins fréquentes que ce que l’on croit.

Est-ce la fin d’un mythe ? Les préjugés sont-ils en train de tomber ? Les araignées ne piqueraient en réalité pratiquement jamais ! C’est en tout cas la théorie défendu par Chris Buddle, un arachnologue de l’université McGill de Montréal. En effet, les scientifiques affirment que ce que l’on prend pour des morsures d’araignées sont plus généralement des piqûres d’autres insectes, comme les puces, des réactions de la peau à des produits chimiques ou encore des infections. Ses recherches ont été récemment publiées dans le revue LiveScience et reprises par Business Insider.

« Je suis en contact avec des araignées depuis près de 20 ans, et je n’ai jamais été mordu », affirme Chris Buddle dans cette revue. « Il faut réellement le vouloir pour arriver à se faire mordre par une araignée, parce qu’elles ne le veulent pas (…) Elles sont totalement inoffensives » poursuit le scientifique (ndlr : Hum… il ne me semble pas avoir lu cela en anglais, il écrit plutôt qu’elles ne sont pas « offensives » donc qu’elles ne cherchent pas à attaquer, seulement à se défendre !!). Il estime en effet que les araignées ont tendance à fuir le contact avec les humains et n’ont donc aucune raison de mordre.

Mais lorsque c’est le cas, c’est parce que les araignées sont surprises. Et Chris Buddle de certifier que de toute manière, la plupart des araignées n’ont pas la capacité physique de mordre la peau humaine : leurs crocs ne sont pas assez développés (ndlr : ou les muscles trop faibles…). Cette thèse est aussi avancée par Rick Vette, un arachnologue à la retraite. Il indique avoir mené une recherche en ce sens. Et celle-ci a montré que sur 182 patients soignés dans un hôpital de Californie du Sud pour cause de morsure d’araignée, seulement 3,8% des cas étaient réels. Et 85,7% des patients avaient en réalité une infection. »

Je vous conseille de lire l’original en anglais où il y a encore d’autres considérations…

Joli développement aussi ici : http://www.lenaturaliste.net/forum/viewtopic.php?f=142&t=14643

 

 

Comme j’étais intrigué par leur capacité de déterminer l’espèce de l’araignée à l’origine des morsures, ici la veuve noire… Dans les petites araignées, j’ai déjà personnellement du mal à différencier les « fausses veuves noires », les Steatoda !

J’ai donc pris ma plume… euh ma souris… et ai contacté les auteurs :

« I’m not sure about the process by which someone reports to the Am. Assoc. Poison Control centres – i.e, if they require a verifiable spider then I would guess the # of cases would be much less than 2720. However, and that being said, widow spiders are ‘relatively’ easy to identify (ndlr bof ! bof !), so perhaps quite a number of those cases could be linked to a widow spider. But, I suspect the actual species (i.e, which one of the five?) is not always known.

Anyway, I realize I am not being particularly helpful, but it’s because I just don’t know the process by which a spider bite is labelled as such.

Regards,
Chris Buddle »

J’ai ensuite posé la question à ce centre anti-poison :

« You present an interesting question. All these poison center studies rely on reports of the victims, family, or medical providers. Occasionally, patients will bring the spider with them, but in a majority of cases, it is just their report and then the description of symptoms that are consistent with the classic toxidrome.

Sincerely:

Mike
Michael J. Matteucci »

Rien n’est donc moins sûr :-)))  !!!

Liny de décembre…

Je ne connais pas le cycle vital des Linyphia triangularis mais celle-ci joue les prolongations… il commence à geler et elle est toujours là, sous sa toile, ce 11.12.13, toujours aussi fringuante  !!?

 

 

11.12.2013Canon 007.JPG

 

 

Voici quelques clichés d’elle du 24 novembre…

 

 

24.11.2013Canon 011.JPG

 

J’ai retourné les photos suivantes pour voir son minois !

 

 

24.11.2013Canon 016.JPG

24.11.2013Canon 014.JPG

24.11.2013Canon 014a.jpg

 

 

et la revoici dans sa position naturelle… remarquez son folium, le dessin de son abdomen, en partie « estompé » et le diapason du céphalo tjrs bien présent…

 

 

 

 

24.11.2013Canon 022.JPG

 

 

 

 

Sans les araignées la vie sur terre serait impossible !