Multi-pattes et Nemastoma lugubre

Toujours en forêt de Soignes… dans un endroit où il subsiste une série d’écorces d’arbres au sol, en milieu humide !

Le simple fait de les retourner nous met en présence d’une multitude d’insectes et arachnides. Certains bougent assez rapidement, les araignées… d’autres par contre, restent stoïques, confiant dans leur mimétismes peut-être !

Bref, faut avoir l’œil et le temps… Sous cette écorce, un trio… il y avait aussi une araignée mais je n’ai pas eux le temps de l’attraper…

 

31.08.2017Lumix.jpg._40.jpg

Un Opilion… Un Nemastoma lugubre que je ne connais que depuis quelques temps (Merci à Emmanuel Delfosse et à Lucien Vanhercke) et que je vous ai déjà présenté dans ce blog !

http://richardunord6.skynetblogs.be/opilion-nemastoma-lugubre/

 

En revoilà donc un autre… (ou peut-être le même !!)

 

31.08.2017Lumix.jpg._42.jpg

 « N. lugubre est une des espèces qui sont les plus répandues (6ième) et nombreuses (4ième) en Belqique. Ne vit pas dans la végétation, mais sur le sol. Souvant trouvée en compagnie de Nemastoma bimaculatum qui est un peu plus grand et d’un aspect un peu plus brillant et avec la tache argentée échancrée.

Attention avec des individus entièrement noirs: les mettre en collection parce que dans ce cas il y a une petite chance qu’il s’agit de N. triste ou N. dentigerum! » –  (Lucien Vanhercke)

 

 

31.08.2017Lumix.jpg._45.jpg

 

A part le Cloporte (Porcellio ?), le multi-pattes m’intrigue… Le connaissez-vous ?

Plus de vingt paires de pattes…

 

 

 

 

Emmanuel Delfosse me propose :

« Pour le mille-pattes c’est bien plus dur : Polydesmida…? »

J’ai regardé un peu à gauche et à droite… peut-être Polydesmus sp.

 

 

 Merci !

Pholcus vs Tegenaria

Une scène typique d’un drame en cave !!

Une « horrible » Tégénaire qui se fait « croquer » par un petit Pholque !!

Ce n’est pas la première fois, ni la dernière d’ailleurs, que je vous montre ce genre de prédation !

La réputation d’efficacité des Pholques n’est plus à faire… Outre le fait de se réguler entres eux, ils sont redoutables au combat… même avec des araignées beaucoup plus grosses qu’eux !

Septembre approchant, les mâles Tégénaires sont en ballade afin de repérer les phéromones des femelles !

Donc ici, un jeune mâle Eratigena atrica s’est fait prendre dans les rets d’un Pholcus !

Alors, la particularité des Pholques, est qu’ils injectent des sucs digestifs par un petit trou, enzymes qui vont liquéfier l’intérieur de leur proie pour ensuite leur permettre d’ « aspirer » le tout « à la paille » car l’étroitesse de leur œsophage  implique que ces proies soient réduites à l’état liquide… et ne laisser qu’une coquille vide… !

Contrairement à d’autres araignées qui nappent leur proies de ces mêmes sucs et enzymes digestifs à l’extérieur… donc ces dernières « fondent » et ne forment plus qu’une bouillie alimentaire dont ils se nourrissent pour ne laisser qu’une petite boulette informe… c’est ce qu’on appelle la digestion externe !

Mais revenons à nos gladiateurs…

 

28.08.2017Nikon60.jpg._4a.jpg

 

Ce mâle Eratigena atrica se trouvait à quelques centimètres d’une belle femelle qui montait la garde d’un cocon… J’espère que le Pholque sera rassasié après !

 

28.08.2017Nikon60.jpg._7.jpg

 

Le lendemain, la femelle s’est fait la malle et le Pholque est toujours en train de déguster sa proie !

 

 

29.08.2017Lumix.jpg._2.jpg

 

Impressionnant, il utilise une patte comme une paille !!

 

 

29.08.2017Lumix.jpg._4.jpg

 

Le surlendemain… tout le monde a quitté la scène du crime… sauf la victime !

Intacte à l’extérieur, vide à l’intérieur !!

 

 

30.08.2017Lumix.jpg._3.jpg

 

Que cela ne m’empêche pas de confirmer son identification… l’empreinte digitale en quelque sorte !! Eratigena atrica

 

 

30.08.2017Lumix.jpg..jpg

 

La Pyrale du buis … Envahisseuse asiatique !

Je ne connaissais pas ce « beau » papillon de nuit… Ce n’est qu’en le voyant virevolter dans mon jardin lorsque je tondais ma pelouse que je l’ai aperçu !

L’inquiétante Pirale du buis [Cydalima perspectalis ou Diaphania perspectalis ou Glyphodes perspectalis -Lepidoptera Crambidae -]

Un joli papillon blanc nacré aux ailes bordées de sombre…

Un envahisseur venu d’Asie (Japon, Chine). Sa chenille est une gourmande des feuilles de buis qu’elle tond et ronge. Les  feuilles sèchent, brunissent, la plante jaunie et dépéris.

 

26.08.2017Lumix.jpg_10.jpg

 

26.08.2017Lumix.jpg_12.jpg

 

Ayant laissé mes lampes extérieures allumées, je fus surpris d’en trouver une dizaine sur ma façade… faut dire que mon voisin des un fana de buis…!

Du coup, j’ai pu prendre le recto/verso à travers ma baie vitrée…

Solide papillon quand même !

 

 

 

27.08.2017Nikon60.jpg.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg_5.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg_2.jpg

 

28.08.2017Nikon60.jpg._3.jpg

 

28.08.2017Nikon60.jpg._2.jpg

 

Papillon rapide et puissant… Je n’en n’ai pas encore vu prisonnier des nombreuses toiles d’Epeires de mon jardin…

« Même pas peur… » semble dire celui-ci, attaché sous la toile en nappe d’une petite Linyphiidae… (à gauche)

 

01.09.2017Lumix.jpg._14.jpg

 

01.09.2017Lumix.jpg._13.jpg

 

Fameuse différence de gabarit ! A mon approche, il s’est envolé !!

 

01.09.2017Lumix.jpg._11.jpg

Et un Opilion de plus… Opilio parietinus

Déterminé par « le » spécialiste Français des Opilions, Emmanuel Delfosse que je remercie pour son accessibilité et dévouement !

Mâle Opilio parietinus – façade arrière de ma maison !

 

18.08.2017Lumix.jpg_8.jpg

 

18.08.2017Lumix.jpg_7.jpg

 

18.08.2017Lumix.jpg_7b.jpg

 Pas beaucoup de considérations pour cet Opilion si ce n’est :

« En cas de doute chez les Opilio, il faut regarder sur le côté des hanches, s’il y a des taches (O. saxatilis, O. parietinus) ou pas (O. canestrinii). Bien cordialement. Emmanuel Delfosse – MNHN »

 

Pas vraiment visible ici… Comme quoi, comme pour les araignées, il faut les prendre sous tous les angles !

Sur ce site : https://arachno.piwigo.com/index?/category/776-opilio_parietinus

Longueur : de 4.0 à 7.8mm.

Habitus : Grand et possède de longues pattes. Fémurs des pattes I et III non épaissis. Ocularium avec 2 rangées de 7 à 10 fortes dents. Dessins assez vagues sur l’abdomen, traversé en son milieu par une bande claire.

Habitat : Dans les endroits chauds sauf dans les biotopes influencés par l’homme, dans les villes et villages, près des fermes, les zones industrielles etc. Le jour parfois sur les troncs d’arbre.

Phénologie : Adultes à partir de août jusque novembre y compris.

 

Sur L.M.D.I. :

« c’est une bête très épineuse quand même : qu’il s’agisse des denticules de la zone ante-ocularium, de ceux des carènes de l’ocularium ou même de ceux des métamères somatiques, sans parler bien entendu des pattes, un vrai petit cactus ! »

 

 

 

Sur mon hortensia…

On prend les mêmes et on recommence… Toujours fidèles au poste !!

Faut une approche de Sioux car trop près…, elles courent se cacher derrière le pétale !

Femelle Misumena vatia (Thomisidae) sur son écrin rose !

 

 

26.08.2017Lumix.jpg_21.jpg

 

Mais qui voilà… qui agitent ses pattes tel un sémaphore… Je t’ai reconnu !!

 

 

26.08.2017Lumix.jpg_26.jpg

 

Un mâle de la même espèce…ça promet !!

Si vous voulez en savoir plus sur ces araignées-crabe, je ne peux que vous conseiller cette remarquable vulgarisation (Merci Martine64 – http://smart64.over-blog.fr/)

http://biologie.ens-lyon.fr/ressources/Biodiversite/Documents/image-de-la-semaine/images-de-2012/biodiversite-semaine-38-17-09-2012

 

 

Sur le même arbuste, c’est un Opilion (donc sans venin) qui a du mal à se cacher…

Un Opilio canestrinii, typique avec, sur son abdomen, ses chevrons blancs surlignés de noir !

 

 

26.08.2017Lumix.jpg_27.jpg

 

Le voici pris au Nikon D5000 et 60mm car j’attend un nouveau support pour ma lentille Raynox…

 

27.08.2017Nikon60.jpg._3.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._11.jpg

 

 

 

 

 

 

Enfin, pour terminer, le clin d’œil d’une Araignée-loup qui se baladait sur un transat !

A chaque approche, elle tournait autour du bois… puis revenait… toujours très curieuses ces Pardosa sp.

 

 

26.08.2017Lumix.jpg_17a.jpg

 

Une fois n’est pas coutume, un papillon de nuit en plein jour !

Un joli papillon blanc nacré aux ailes bordées de sombre…

Un envahisseur venu d’Asie (Japon, Chine). Sa chenille est une gourmande des feuilles de buis qu’elle tond et ronge. Les  feuilles sèchent, brunissent, la plante jaunie et dépéris.

 

La Pyrale du buis

[Cydalima perspectalis ou Diaphania perspectalis ou Glyphodes perspectalis -Lepidoptera Crambidae – ]

 

26.08.2017Lumix.jpg_10.jpg

 

26.08.2017Lumix.jpg_12.jpg

 

Mes crabes du jardin…

Très content… Les araignées crabe sont bien présentes dans mon jardin !

Elles ont choisi cette année un gros hortensia !

Donc de belles couleurs… Misumena vatia femelle

 

25.08.2017Lumix.jpg_2.jpg

 

« Venez, venez les petits… »

 

25.08.2017Lumix.jpg_9.jpg

 

Foutue profondeur de champs (pdc)…

 

 

25.08.2017Lumix.jpg_13.jpg

 

Je ne m’en lasserai jamais…

 

 

25.08.2017Lumix.jpg_15.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._23.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._4.jpg

 

Un mâle immature…

 

27.08.2017Nikon60.jpg._5.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._7.jpg

 

Un jeune femelle…

 

27.08.2017Nikon60.jpg._16.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._16a.jpg

 

Dès que je m’approche de trop près…

27.08.2017Nikon60.jpg._18.jpg

 

27.08.2017Nikon60.jpg._20.jpg

Morsures d’araignées…

Voici quelques considérations échangées ici :

 

http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/unique-araignees-sujet_6998_325.htm

 

« Si tu veux mon avis, les cas de nécrose sans douleur initiale (au moment de la contamination) ont très peu de chance d’être le fait d’une araignée. Une araignée mordra un humain pour se protéger, et cherchera donc à faire mal même si elle possède des capacités d’anesthésie.
 
Il faut laisser les recluses tranquille, un peu…  le point de vue en fin d’article est le plus intéressant. Version condensée :
 

Citation :

« L’araignée recluse fait souvent office de coupable idéal »
L’experte Anne Bounias-Delacour, arachnologue installée dans le Vaucluse, reste prudente.
 
Mon point de vue, comme celui de mes confrères arachnologues, c’est qu’il est quasiment impossible que la Loxosceles reclusa, communément appelée la recluse brune, soit la fautive. Cette araignée n’est présente qu’en Amérique du Nord. La confusion se fait avec sa cousine européenne, la Loxosceles rufescens, très présente dans le bassin méditerranéen et particulièrement sur les territoires de l’ancien Languedoc-Roussillon. C’est une toute petite araignée. Elle ne mesure en moyenne qu’un centimètre et dans certains cas, ses crochets ne parviennent même pas à percer la peau humaine.  
 
Le venin de la recluse européenne est moins dangereux que celui de la recluse brune. Mais il reste puissant et peu provoquer des lésions cutanées, voire des nécroses dans une minorité de cas. Mais d’autres araignées et certains insectes peuvent infliger des blessures similaires. Dans 90 % des cas, les personnes piquées ou mordues ne voient pas par quoi elles l’ont été.
 
La peur des araignées est éminemment répandue, même en France où aucune araignée mortelle n’a jamais été répertoriée, et où aucun décès des suites d’une morsure n’a été signalé ces deux cents dernières années.

 
Ou, pour citer wikipedia :

Citation :

On estime qu’environ 80 % des morsures annoncées comme dues à Loxosceles reclusa sont en fait mal diagnostiquées. Ces erreurs pourraient retarder l’application de traitements pour des maladies bien plus graves8. Bien que son utilisation ne soit pas encore systématique, il existe aujourd’hui un test ELISA fiable dans la détection du venin de Loxosceles reclusa.
Les erreurs de diagnostic concernant la morsure de Loxosceles reclusa proviennent le plus souvent du fait que le symptôme principal est une nécrose cutanée. Ainsi de nombreux médecins ont diagnostiqué une morsure de la recluse dans des lieux pourtant éloignés de la zone endémique de la recluse, empêchant ainsi les soins des maux réels. De nombreuses pathologies peuvent déclencher une nécrose, qu’elles soient de type infectieux (staphylocoque, herpès…) ou non (Pyoderma gangrenosum, ulcère diabétique, brûlures chimiques…). Ces dernières causes sont en général plus probables qu’une morsure de recluse, même en zone endémique.

 
En bref, les cause de nécroses sont multiples. Même si les morsures d’araignées peuvent être la cause, c’est relativement peu souvent le cas.

 

La latrodecte c’est une légende urbaine donc ?

 

La morsure d’une veuve noire peut être mortelle chez une personne extrêmement fragile, ou en cas de morsure multiples sur une personne sans soins. Selon wikipedia, seulement 5 à 10 cas de morsure de veuve noire sont répertoriées par an.

 

Même si on s’intéresse à toutes ses cousines américaines, généralement plus virulentes : :
 
Selon l’American Association of Poison Control Centers, en 2003, il y a eu 2720 morsures, dont 380 cas de complications et 13 cas graves, mais aucun décès. ->http://www.calpoison.org/hcp/2006/callusvol4no3.htm

 

Les mêmes stats en 2013 sont de 1866 morsures, 14 cas graves et 0 décès. : https://www.livescience.com/51014-b […] tions.html

 

Seul décès récent que j’ai trouvé qui soit dû à une morsure de latrodecte (la redback, une des plus virulente) a eu lieu en Australie l’année dernière. C’était le premier décès par morsure d’araignée dans ce pays en près de 40 ans : http://www.telegraph.co.uk/news/20 […] -bushwalk/

 

Bref, l’araignée la plus dangereuse de France (métropolitaine) est difficile à trouver, peu agressive et sa morsure n’est manifestement mortelle que dans moins d’un cas sur mille. Enfin je n’ai pas trouvé de stats mais d’une manière générale, j’ai l’impression que les araignées tuent extrêmement peu dans le monde.

 

Par exemple, une étude sur 10 ans de 1986 à 1996 au Brésil sur les morsures de phoneutria (araignée-banane) ne fait état que d’un seul décès, d’un enfant de 3 ans, sur près de 500 cas : http://www.scielo.br/scielo.php?sc […] en&tlng=en

 

 Just my 2 cents, but …
 
Est-on obligé d’en arriver à comptabiliser les décès pour affirmer que les (certaines) araignées peuvent représenter un danger par envenimation ?
 
Je comprend que l’on soit sur ce topic dans la dédramatisation et le plaidoyer en réponse à la phobie universelle que représentent les bêtes à 8 pattes, mais il est peut être tout autant nécessaire de rappeler que les araignées ne sont pas des bestioles complètement inoffensives, surtout considérant la complexité liée à l’identification des espèces et des allergies potentielles induites par l’envenimation chez certaines personnes.
 
C’est juste histoire de faire la balance entre les deux extrêmes

 

Où ai-je prétendu que les araignées ne sont pas dangereuses ? j’établis simplement des faits concernant les veuves noires.

 

Toute chose mise en perspective, que ce soit en terme d’incidence des symptômes ou de taux de mortalité, une morsure de malmignatte c’est à peine pire qu’une grippe saisonnière ou une piqure d’abeille.

 

Ca fait mal, les effets sont désagréables (douleurs, fièvre, spasmes, paresthésie, anxiété, hallucinations) et ça peut finir à l’hôpital avec complications, pour n’importe qui c’est une dissuasion suffisante pour ne pas avoir à ajouter l’angoisse de mourir par-dessus tout ça.

 

 Je ne remets pas en cause les données que tu as postées. :o. Cela étant, je pense que l’on peut parler de « danger » avant d’entrer dans les conséquences de décès, et, par principe, toute morsure devrait être considérée comme dangereuse. Après tout, une piqûre de guêpe/abeille justement n’est pas considérée comme tout à fait anodin.
 
Et mon message ne faisait pas référence à ton post uniquement, donc rien de personnel, mais plutôt à certains ici qui balaient un peu vite les cas de morsure d’arachnides (notamment morsures nocturnes non-identifiées), ça donne un peu l’impression que les araignées qui mordent, c’est une bonne grosse légende urbaine (aidée il est vrai par des témoignages fantasques et des hoax éculés). « Cépa la grosse bete qui va manger la ptite », comme dirait tata Simone.
 
Après je reste d’avis qu’il est important de faire la part des choses et il est louable d’apporter un peu de mesure et de rationnalité pour éviter de tomber dans le cas inverse. :jap:

 

 

Pour les morsures nocturnes, je reste sur l’idée que c’est principalement une légende urbaine.
Pour la France métropolitaine :
– Très peu d’araignées vivant ou passant dans les maisons peuvent nous mordre
– Le peu qui le peuvent ne passent que rarement sur un lit et de manière générale à découvert.
– Aucune ne peut nous mordre pour se nourrir.
– En cas de risque d’écrasement ou d’une autre peur, la fuite me semble la plus probable.
– En cas de vrai écrasement, on retrouverait la coupable, c’est pas une puce :D
– Par contre, puce, punaise et autres ont toutes possibilités de se barrer même après écrasement dont elles se fichent éperdument.
– Les moustiques se font rarement gauler aussi.

 

Les morsures qui sont probables mais rares, c’est dans le jardin avec les eipères, dont on a parlé ou dans la nature, rares aussi, dont on a parlé aussi.

 

Le topic n’a pas dit, je pense, qu’il n’existait aucun cas, mais que les piqûres d’insectes sont très très nettement plus probables. C’est pourquoi l’araignée est l’hypothèse à mettre en dernier, quand on a bien écarté toutes les autres.

 

 

Disons qu’on est face à plusieurs problèmes:

 

1. Une difficulté de diagnostic car la plupart des morsures et piqûres ne sont pas identifiable, y compris les venins.

 

2. Un corps médical mal formé qui formule une hypothèse par défaut dans le meilleur cas, ou dis des énormités dans le pire (voir plus haut cette histoire de ponte grotesque).

 

3. La presse qui veut du sensationnel, on fait pas un papier avec une morsure de punaise ou d’epeire diadème.

 

Bref, quand un article s’enflamme en parlant d’une probable morsure par une araignée au nom terrifiant, qui n’a aucune raison d’être là car sont habitat est à 6000 km de là, et qui est en plus de ça est relativement inoffensive, ça prête à sourire ou à s’indigner.

 

Est-ce impossible ? Bien sûr que non. Mais dand la liste des probabilité, c’est loin derrière des centaines autres possibilités.

 

Ce qui est grave, c’est que cela alimente une psychose collective qui, en plus de nuire au sommeil des arachnophobes, pourrait conduire le corps médical à surestimer cette probabilité et donc multiplier les erreurs de diagnostic.

 

Je ne parle pas du ch de bastia qui sait qu’une morsure de malmignatte est possible, mais le médecin de ville qui va mésestimer une infection grave par défaut, ou une invasion de punaise de lit qui sera identifiée trop tard. Même si c’est marginal, même si ça ne provoque qu’une erreur médicale isolée, c’est grave.

 

Même en étant alerte sur le sujet, on peut être induit en erreur. J’ai découvert il y a quelques jours qu’aucun cas de morsure de tégenaire des champs n’a jamais été formellement identifié. Je croyais pourtant que cette espèce était plus virulente que les autres.

 

Bref, je ne suis pas un fan des araignées pour ma part. Pas plus que d’autres invertébrés, mais je n’aime pas les injustices et les croyances erronées, et surtout je n’aime pas voir des gens souffrir d’une peur irrationnelle.

 

Pour ta propre survie, il vaut mieux être terrifié par les chevaux ou les hippopotames que par les araignées.

 

 

Et puis il y a un autre aspect, plus personnel. Comme je l’ai dit, j’ai peur des araignées. Un peur irrationnelle apprise par mimétisme infondé. J’en veut à l’humain d’être con à ce point.

 

Ce mécanisme de société, qui fait que l’on écrase une araignée inoffensive, c’est le même qui nous fait tenir plus fermement son sac quand un rom approche ou penser à un maghrébin quand un acte de violence survient en banlieue.

 

On s’en fout des araignées, dans l’ensemble qu’importe le nombre de coup de semelles elles ne sont pas menacées d’extinction (du moins celles que l’on croise), mais pour moi c’est un symbole, une illustration de l’abrutissement collectif, terreau commun à toutes les haines.

 

Dire ça ne revient pas à nier que des morsures arrives, que des vols ou des agressions soient commises, mais à réintroduire de la logique et du rationnel dans le crâne des gens.

 

Je vais être père dans quelques mois, j’espère qu’au travers des araignées, parmis d’autres exemples, je pourrais apprendre à ma fille à se méfier des préjugés et à être rationnelle en toute chose.

 

 

 Principalement, peut-être, mais pas uniquement.
C’est ce que j’avais dit au sujet de la morsure au pied de mon père:
> Le peu qui le peuvent ne passent que rarement sur un lit et de manière générale à découvert.
Justement, le lit était à découvert jusqu’à ce qu’il se couche et remonte le drap de lit qui était au pied.
 
> En cas de risque d’écrasement ou d’une autre peur, la fuite me semble la plus probable.
Sauf qu’elle était sans issue, vu que le pied du lit était bordé.
 
> En cas de vrai écrasement, on retrouverait la coupable, c’est pas une puce :D
Son cadavre figurait dans le lit.
 
Par contre, la morsure avait pas du être très douloureuse, puisque ça avait pas réveillé mon père. Qui a le sommeil lourd, certes. Et le dessus d’un doigt de pied, c’est une zone ou la peau est assez fine, donc une morsure a plus de chances d’arriver à y percer la peau.
 
La nécrose qui s’en est suivi ressemblait tout a fait à ce qu’on voit sur le web suite a une morsure de recluse brune qui tourne mal, mais avec une portée bien plus limitée (extension d’un demi-centimètre autour de la morsure max), et après traitement (une crème à appliquer quotidiennement), ça a disparu sans séquelle au bout de deux ou trois mois.
Bref, rien de bien méchant, mon père avait connu bien pire en Afrique (par exemple se réveiller dans sa chambre d’hôtel parce qu’un cafard a commencé à lui entailler un doigt, la main étant resté posée sur la table de nuit…) 

 

 

 

Les mâles Tégénaires sont en patrouille !

 

Deux mâles Tegenaria parietina sont en patrouille sur ma façade arrière !

J’ai d’abord cru qu’il y avait une femelle, à cause de son abdomen bien rond… mais que nenni, c’était donc bien deux mâle aux gants de boxe !

 

17.08.2017Lumix.jpg_27.jpg

 

17.08.2017Lumix.jpg_28.jpg

 

Celui que j’ai pris pour une femelle…

 

17.08.2017Lumix.jpg_14.jpg

Un abdomen remarquablement rond sous cet angle de vue… donc bien nourri !

 

17.08.2017Lumix.jpg_9.jpg

Mais pas de doute, ce sont bien des pédipalpes de mâle !

 

 

17.08.2017Lumix.jpg_5.jpg

 

17.08.2017Lumix.jpg_3.jpg

 

Ma théorie des six taches sombres autour du céphalo des parietina a du plomb dans l’aile ici… même si on les devine à gauche… mais faut le savoir !

Le céphalo recouvert de poils explique sans doute cela !

 

17.08.2017Lumix.jpg_13.jpg

 

 

L’autre mâle est plus conforme au niveau abdomen…

 

17.08.2017Lumix.jpg_17.jpg

 

17.08.2017Lumix.jpg_19.jpg

 

17.08.2017Lumix.jpg_25.jpg

 

 

17.08.2017Lumix.jpg_21a.jpg

Mon « simple » matos, un bridge Lumix FZ200 et une lentille Raynox DRC250 me permettent d’isoler correctement les structures du pédipalpe pour confirmer l’identification… et tout ceci in situ !!

 

 

17.08.2017Lumix.jpg_21.jpg

 

Pédipalpe de Tegenaria parietina (Guide des Araignées de France et d’Europe de Michael J; Roberts – Delachaux)

 

 

18.08.2017Lumix.jpg_5.jpg