Philodromus buxi & cie…

Désolé pour les majuscules dans le titre… Je sais pertinemment qu’il faut une minuscule aux noms d’espèce mais c’est ce blog qui « bugue » encore !!

Pour voir les photos en (un peu) plus grand, voir mon autre blog

Pas évident de trouver des infos sur ce Philodromus buxi... considéré comme rare dans certains guides !

Comme j’en avais trouvé un dans le bois de bruyères, près de chez moi à Waterloo, à chaque balade dans le coin, identifié sur photo par Koen Van Keer (ARABEL), j’essaye d’en trouver à nouveau à chaque sortie…

C’est le cas cette fois-ci, dans un endroit différent, une belle femelle surveillant son cocon !

 

 

 

 

Le pourtour du bassin d’orage de ce bois est assez riche en biodiversité !

Voici quelques exemples d’arachnides…

Deux gros-plans de Tégénaires… Tegenaria ferruginea très présentes autour de ce petit entrepôt

 

 

 

Madame Tegenaria ferruginea

 

 

 

 

et Monsieur… plutôt juvénile !

 

 

 

Quand il m’a vu, il a eu peur… j’adore ces poils dressés sur sa tête !!

 

 

 

 

« Même pas peur » semble dire ce petit Philodromus arpentant, à l’extérieur, pas folle quand même, la toile de ces Tégénaires !!

 

 

 

 

Philodromus sp. (peut-être du groupe aureolus)

 

 

Un autre Philodromus sp. sur un arbre

 

 

 

 

Qui dit plan d’eau dit Tetragnatha sp. (ici un mâle !)

 

 

Enfin, pas mal d’Achaeranea lunata (ex Parasteatoda lunata) avec leur cocon en genre de « parchemin », typique…

 

 

 

A un autre endroit…

 

 

 

 

 

 

Le dernier cliché de la balade sera pour ce petit Theridion spen pleine prédation et superbe aussi de couleurs…

 

 

 

 

Advertisements

Après l’orage – Philodromus buxi…

J’aime me balader après l’orage dans le bois des Bruyères, près de chez moi… C’est un peu comme à la pêche, juste avant et après l’orage… Martine me comprendra !!

Tout le monde est dehors… Les insectes se sont réfugiés en hauteur et les prédateurs sont en quête d’un repas !!

Comme ici, un Philodromus sp. (vraisemblablement du groupe aureolus) en pleine prédation…

20.07.2019Lumix.jpg_35

 

 

Quelques Epeires des fissures sont sur le qui-vive… une patte sur leur toile en attendant les proies… mais très difficile à faire sortir de leur repaire !

Celle-ci, une Nuctenea umbratica (Epeire des fissures) était sortie… avec comme voisine un Philodromus buxi qu’on ne vois pas si souvent !

 

20.07.2019Lumix.jpg_22

 

 

 

 

 

Et le Philodromus buxi… (déjà rencontré il y a quelques temps, plus ou moins au même endroit !)

 

 

20.07.2019Lumix.jpg_23

Les Tégénaires, ici une Tegenaria ferrufinea, sont aussi à l’affût !!

 

20.07.2019Lumix.jpg_28

 

 

Pour terminer, une de mes préférées, une femelle Marpissa muscosa, la plus grande araignée sauteuse de Belgique !

 

20.07.2019Lumix.jpg_46

 

 

20.07.2019Lumix.jpg_48

Papillon – Impolie (Idaea aversata)

Petit papillon nocturne aperçu dans mon jardin (Waterloo – Brabant – Belgique)

Ce serait une Impolie (Idaea aversata) 

Merci à Anne Weiserbs pour l’identification…

Sur un site papillons j’avais lu ceci :

« Avec les bordures trait-point -.-.-.- au-dessus des franges, j’en trouve deux qui me paraissent tenir la route : Idaea aversata et Idaea deversaria « 

 

10.07.2019Lumix.jpg

 

10.07.2019Lumix1

 

De la difficulté à déterminer une Lepthyphantes !

Petite araignée (+/-3mm) trouvée en nettoyant une fenêtre de cave, dans un paquet de feuilles mortes…

(pour voir des photos un peu plus grandes, voir l’autre blog http://richardunord.over-blog.com/2019/07/de-la-difficulte-a-determiner-une-lepthyphantes.html

 

04.07.2019Lumix.jpg_10

Le pattern, la robe, et les pattes annelées me dirigent vers Lepthyphantes… mais essayons de justifier cette première impression !

Ce n’est pas la première fois que je retrouve ce type d’araignée autour de ma maison… Vous retrouverez différents post instructifs dans CATEGORIES sous Lepthyphantes

Pour différencier les groupes, le nombre d’épines des métatarses des pattes I nous aide !

Le guide de Michael Roberts nous précise que s’il y a plus qu’une épine sur les métatarses I, il s’agit du groupe minutus qui comprend minutus – leprosus – nebulosus et alacris !

 

04.07.2019Lumix.jpg_16

 

Donc ici, plus d’une épine…

 

04.07.2019Lumix.jpg_16a

 

Les pattes annelées limitent le choix entre Lepthyphantes minustus et leprosus

Une autre théorie nous précise :

Chez les Lepthyphantes il peut y avoir une épine latérale sur le fémur I mais pas d’épine dorsale !

Voyons cela…

 

04.07.2019Lumix.jpg_26

 

Pas d’épine dorsale (mais bien une latérale) donc on est bien chez Lepthyphantes !!

 

04.07.2019Lumix.jpg_31

 

Reste donc à découvrir si c’est la plus grande des Lepthyphantes, qui s’appelle minutus, juste pour nous embrouiller, ou leprosus… les seules aux pattes annelées !

Difficile à départager par la taille… un mâle adulte leprosus (et ce n’est pas le cas ici…) fait entre 2,5 et 3,5mm pour 3 ou 4mm pour minutus ! Comme le mien « plafonne » à 3mm, c’est un coup dans l’eau !!

 

Ensuite viennent les fameuses épines des tibias des pattes IV (et III aussi d’ailleurs!)

 

Ceci est illustré sur l’excellent site de Pierre : https://arachno.piwigo.com/picture?/14147/category/635-lepthyphantes_leprosus

Lepthyphantes leprobus minutus Tibia IV.jpg

Hum… Cette précision « vue de l’extérieur » m’intrigue car sur la vue suivante on en voit trois mais si j’avais pris ma photo sur le côté, « de l’extérieur », l’épine interne n’aurait (peut-être) pas été visible !!?

 

04.07.2019Lumix.jpg_11a

 

Je vais voir si j’ai une vue plus explicite…

 

04.07.2019Lumix.jpg_25a

 

Hum… plutôt leprosus alors…

 

Il me reste encore deux « contrôles », la fameuse épine du patella qui est nettement plus épaisse que les épines des pattes chez minutus et le biotope !

Bon comme ce n’est pas un mâle adulte, ses pédipalpes ne sont pas « formés », je ne sais pas si cette épine est déjà visible ?

 

04.07.2019Lumix.jpg_14

 

 Rien de flagrant qui me dirigerait plus vers leprosus alors…

 

04.07.2019Lumix.jpg_36

 

il y a bien des épines mais pas plus grosses, ni épaisses que celle des pattes !

Pour le biotope, c’est pas piqué des vers non plus… Il y a bien la théorie qui nous dit que Leptyphantes leprosus se trouve dans et autour des maisons tandis que minutus serait plus forestier !!

Mais un arachnologue avisé (marray) m’indiquait :

« Pour ce qui concerne l’habitat, beaucoup d’éléments peuvent intervenir qui font que le milieu habituel d’une espèce ne soit pas celui où on la rencontre (perturbations atmosphériques, individus aéronautes, transports involontaires dans des vêtements etc.) En outre il arrive que la référence indiquée pour le milieu habituel est parfois remise en cause par une découverte incontestable qui la modifie ou la contredit.
Il est extrêmement difficile d’ailleurs d’établir un lien entre une espèce d’araignée et un milieu précis tel qu’il est défini dans les codes Corine habitat ou EUNIS. Les exigences écologiques d’une espèce donnée peuvent exister dans des habitats différents et son observation sur les branches basses ou le tronc d’un arbre n’en fait pas forcément une araignée forestière. C’est particulièrement le cas pour Lepthyphantes minutus que plusieurs d’entre nous ont trouvé certes près ou sur des arbres mais pas forcément en forêt. »

Ceci dit, et au vu de ce qui précède, je conclu quand même à Lepthyphantes leprosus, que j’ai déjà trouvé précédemment chez moi !!

Bonne digestion !!

(Bon, ben je vais devoir aller contrôler mes articles précédents moi !!)

 

 

 

L’inconnue de la piscine…

 

Sur la piscine gonflable des enfants, une petite Linyphiidae est venue se promener !

Toujours difficile à déterminer, j’aime à la appeler Xphantes !!

3mm, ce petit mâle restera donc non identifié en Xphantes… faudrait le passer sous une binoculaire, ce que je ne fais pas et ,de plus, je n’ai pas les connaissances pour le faire !

 

01.07.2019Lumix.jpg_17

 

Je l’ai pris sous tous les angles…

 

01.07.2019Lumix.jpg_15

 

01.07.2019Lumix.jpg_5

 

01.07.2019Lumix.jpg_6

 

01.07.2019Lumix.jpg_13

 

01.07.2019Lumix.jpg_19

 

01.07.2019Lumix.jpg_25