Nouveaux réglages PREMIER ARTICLES !

Les photos s’agrandissent en cliquant dessus… même parfois deux fois !!

Drapetisca socialis en forêt de Soignes !

Excusez ces essais mais un changement de navigateur et la mise en place de « bloc » ici modifie l’enregistrement de mes articles… donc je tâte un peu !










Présentation…

Passionné de photos et d’identifications d’araignées, j’avais entrepris, en 2006, de répertorier et d’identifier simplement les arachnides de mon petit jardin à l’aide d’un simple apn Nikon coolpix… Je me suis donc pris au jeu et ai considérablement élargi le cercle des mes investigations… :-))) ainsi que mon matos… actuellement avec un bridge Canon SX40HS (écran orientable) et/ou une Lumix DMC-FZ300 et + lentille Raynox DRC-250

« Mes » Amaurobius…

J’ai toujours eu des Amaurobius sur ma façade, côté jardin !

ferox est reconnaissable « à l’oeil » (enfin pour moi !) pour les autres, j’appliquais la théorie qui voudrait que sur et près des maisons on privilégie Amaurobius similis et dans la nature, plutôt Amaurobius fenestralis… mais comme rien n’est simple, on peut aussi retrouver similis dans les même biotope que fenestralis !

L’on m’a fait remarquer qu’Amaurobius fenestralis pourrait aussi se retrouver, comme similis, sur nos maisons… Pourquoi pas… à nous d’être vigilant !

Comme je ne passe pas les araignées sous une loupe binoculaire, impossible pour moi de vérifier si une femelle est similis ou fenestralis… impossible « à l’oeil » !

La technologie actuelle des appareils photos qui nous permet de remarquables macros, nous permet quand même de différencier les mâles adultes Amaurobius.

En effet, certains guides naturalistes (comme celui de Michael J. Roberts ou, plus obsolètes, celui de Michel Hubert) nous gratifient de dessins suffisamment explicites (sans parler des nombreux sites spécialisés traitant des Arachnides) !

Pour me conforter dans mon idée de départ, un mâle Amaurobius est venu mes dire bonjour dans ma cuisine… Photos faites, c’est bien, comme la théorie le veut, un A. similis…! Voyez plutôt :

Amaurobius similis… La théorie (Cliquez pour agrandir !)

19.12.2019Lumix.jpg_2

C’est donc sur le tibia du pédipalpe qu’il faut se focaliser… bon, ça demande pas mal de clichés car la bestiole bouge et l’angle n’est pas toujours approprié… et ce malgré qu’elle se trouve dans une petite boite ce qui me permet de la caresser avec un pinceau pour lui faire prendre la pose… sans l’agresser !!

Avec un peu de patience et de doigté… Bingo… C’est bien similis !!

19.12.2019Lumix.jpg_8

L’apophyse fine et incurvée est bien visible… (Celle de fenestralis est d’épaisseur semblable et obtuse).

Voici un deuxième cliché de ma similis !

19.12.2019Lumix.jpg_22

C’est pas faute d’essayer de les différencier… Je m’y suis déjà penché plusieurs fois… Voir https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2015/10/04/les-amaurobius/

Remarquable analyse ici aussi : https://www.insecte.org/forum/viewtopic.php?t=74520

et je dois encore retrouver cette « théorie » des pointes de folium vers le haut pour les similis !

Mais ce n’est pas tout…

Sur ce site http://aesgsf.free.fr/MON%20JARDIN/araignees/page21.html il est question de :

 » Les deux espèces ont des marques en forme de V sur leur abdomen, avec A. fenestralis ayant deux ou trois de ceux-ci, et A. similis ayant généralement quatre. « 

Ben vla autre chose alors… Pas évident à vérifier cela !!

08 janvier 2020… temps doux… je continue à vérifier les sorties nocturnes des mâles Amaurobius qui sont très actifs !!

Je suis toujours chez similis là !!

N’oubliez pas de cliquer sur les photos (2x) pour les agrandir !!

La plus élégante… Drapetisca socialis

Souvent en balade dans la hêtraie cathédrale qu’est la forêt de Soignes, j’y retrouve, à chaque sortie, une araignée inféodée aux hêtraies, la Drapetisca socialis !!

18.12.2019Lumix.jpg_2

Que la forêt est belle… du soleil et  9° !!

18.12.2019Lumix.jpg_6

Je trouve habituellement ces Drapetisca sur les « bornes » aux carrefours forestier mais aujourd’hui j’ai entrepris la gageure d’en trouver une sur le tronc d’un hêtre !!

Le premier arbre « ausculté » m’apporte un exemplaire, la chance du débutant quoi !!

18.12.2019Lumix.jpg_30

Juste là, à hauteur d’homme…

18.12.2019Lumix.jpg_24a

Sur le dessus de cet « oeil » !

18.12.2019Lumix.jpg_13

C’est effectivement le bol du débutant ça !!

18.12.2019Lumix.jpg_23
18.12.2019Lumix.jpg_10

En voici une autre, sur un autre support qui m’apporte un joli bokeh…

18.12.2019Lumix.jpg_34
18.12.2019Lumix.jpg_34b

Des arbres majestueux…

« La hêtraie cathédrale est un faciès forestier aux caractéristiques paysagères uniques ! C’est une futaie régulière composée, sur de grandes surfaces (plusieurs dizaines d’hectares), de hêtres de même âge, de formes élancées, remarquablement droits et cylindriques. Le tronc est dépourvu de toute branche sur près de 20m. L’absence de sous-bois – qui résulte de la faible luminosité au sol – permet une pénétration visuelle très profonde à l’intérieur de la forêt. Là où le dôme est rompu, les rayons du soleil glissent le long de ces piliers, conférant à ces peuplements une ambiance sacrée de cathédrale gothique auxquelles son nom fait référence ! C’est la hêtraie cathédrale qui fait la réputation internationale de la forêt de Soignes. Et pour de nombreux bruxellois (et autres ndlr) cet aspect de la forêt fait partie du patrimoine culturel commun; il doit ainsi être préservé « . (La sylviculture de la hêtraie cathédrale – Grégory Timal).

Bon… ci-dessous ce n’est pas un hêtre, mais vénérable quand même !!

18.12.2019Lumix.jpg_38

« Maman » – Louise Bourgeois

Un de mes collègues, de passage à Bilbao et connaissant mon attrait pour les arachnides m’a rapporté ceci (photo Serge.Mayne)

 

 

 

 

maman bilbao

 

 

 

Impressionant n’est-ce pas !!

 

 

Pour la petite histoire, cette sculpture est de la française Louise Bourgeois et s’intitule « Maman »… (actuellement à Bilbao)… Une araignée de bronze de 9,25 mètres de haut… sa valeur est de 3,2 millions de dollars…

 

L’araignée a un symbolisme très fort…

Voici quelques brides trouvées sur le net :

 

« L’araignée (ou sa toile) est présente dans certains décors, et dans divers mythes fondateurs en tant que démiurge, créatrice cosmique… »

 

« En Inde, les Upanishad voient un symbole de liberté dans l’araignée qui peut descendre, mais surtout s’élever le long du fil qu’elle crée selon ses besoins… »

 

« … Ainsi peut-elle aisément faire figure de créatrice cosmique, de divinité supérieure, de démiurge. Enfin l’araignée devient parfois un symbole de l’âme, ou un animal psychopompe. Toute ces qualités : démiurgisme, mantique, conduite des âmes, et donc intercession entre les deux mondes de l’humain et de la divine réalité, font que l’araignée symbolise aussi un degré supérieur d’initiation… Le fil de l’araignée est le moyen, le support de la réalisation spirituelle »… Ouf !!

 

 

Cette magnifique sculpture méritait bien ces quelques lettres de noblesse…

 

 

Merci Louise…

 

Belle analyse ici :

 

http://www.v1.paris.fr/musees/Site_federateur/Collections/chefs_d_oeuvres/sculpture/Bourgeois.htm

 

 

 

PB060047 maman bilbao