Archives de Catégorie: Lepthyphantes minutus

Araignée du jardin… Lepthyphantes minutus !

A chaque travail de jardinage, d’élagage etc… c’est le moment de rencontrer nos amies les araignées ! C’est un mâle que je recueille cette fois-ci ! Pas bien grand, 3 mm ! (cliquez pour agrandir)

04.07.2018Lumix.jpg._9

Une allure de Linyphiidae aux pattes annelées… celles que j’appelle habituellement Xphantes !!

04.07.2018Lumix.jpg._12

Chez Leptyphantes, seules les L. minutus et L. leprosus ont les pattes annelées !

Pour différencier les groupes, on se base sur le nombre d’épines sur les métatarses des pattes I… Si plus d’une épine, c’est soit L. nebulosus, L. leprosus, L. minutus ou L. alacris (dixit le Guide des araignées de France de Michael J. Roberts).

04.07.2018Lumix.jpg._13

Trois ou quatre épines, on est bien dans le groupe minutus

Alors, ce qu’il faut savoir est que L. minutus est plutôt forestière tandis que L. leprosus se retrouve dans et aux alentours des habitations… euh… Voici ce que nous dit marray :

« Pour ce qui concerne l’habitat, beaucoup d’éléments peuvent intervenir qui font que le milieu habituel d’une espèce ne soit pas celui où on la rencontre (perturbations atmosphériques, individus aéronautes, transports involontaires dans des vêtements etc.) En outre il arrive que la référence indiquée pour le milieu habituel est parfois remise en cause par une découverte incontestable qui la modifie ou la contredit. »

Le pédipalpe de ce jeune mâle n’est pas encore totalement formé mais le biotope privilégie Leptyphantes leprosus… on ne remarque pas la fameuse épine, très épaisse, de la patella de L. minutus !

(Cliquez pour agrandir)

04.07.2018Lumix.jpg._20
04.07.2018Lumix.jpg._26
04.07.2018Lumix.jpg._31

Je vous avoue que ces prises de vue ont dû être multipliées pour arriver à ce résultat « honnête » !!

04.07.2018Lumix.jpg._35

Donc un mâle juvénile Leptyphantes leprosus (déjà croisé dans mon jardin !)

04.07.2018Lumix.jpg._28

Un récent post sur Chassimage https://www.chassimages.com/forum/index.php?topic=289073.0 m’a appris, merci marray, l’existence d’une possibilité de différencier les Lepthyphantes minutus des leprosus par le nombre d’épines sur les tibias des pattes IV (et III aussi apparemment !)… Ceci est illustré sur l’excellent site de Pierre

https://arachno.piwigo.com/picture?/14147/category/635-lepthyphantes_leprosus

Lepthyphantes leprobus minutus Tibia IV.jpg

Comme je prends toujours beaucoup de clichés, essayons de voir cela sur mon modèle ci-dessus  !!

Sur la photo suivante, j’en vois trois sur le tibia gauche et une seule sur le droit… question d’angle de vue alors !!

04.07.2018Lumix.jpg._3a

Sur la photo suivante, la théorie des épines du tibia III et IV est donc correcte, plantées de la même façon… mais je n’en vois toujours que trois !

04.07.2018Lumix.jpg._9a

Sur le cliché suivant, je devine une quatrième sur ce tibia IV mais pas à l’endroit indiqué sur la planche ci-dessus… ?

04.07.2018Lumix.jpg._16a

Sur la suivante, on n’en repère qu’une seule sur le tibia IV alors qu’il y en a trois sur le tibia III…

04.07.2018Lumix.jpg._17a

Faut bien sûr tenir compte que certaines épines peuvent avoir été cassées ou arrachées…

C’est donc ici, malgré le biotope, bien un mâle Lepthyphantes minutus !!

Ce 27 janvier 2021, c’est une femelle L. minutus qui est entré par une fenêtre de ma salle de bain… J’ai suivi les conseils ci-dessus (le lien vers chassimages)… Pas d’épine dorsale sur le fémur I mais bien une latérale et présences des épines sur le tibia IV ! J’ai donc le couple !! (cliquez pour agrandir)

Continuer la lecture de Araignée du jardin… Lepthyphantes minutus !

Mes habituelles des marronniers… 1 -Philodromus…

Ben oui… à force de prospecter toujours le même terrain, même s’il y a des centaines de marronniers, je rencontre un peu toujours les mêmes arachnides…

Qu’à cela ne tienne, c’est toujours un plaisir « d’ausculter » ces arbres car certains, toujours ceint par ces bandes autocollantes, me laissent voir trois ou quatre araignées différentes !

Pas toujours évident de les flasher, le vent, la petitesse de certains modèles (2mm) compliquent singulièrement les choses… sur 266 clichés de pris hier, seule la moitié était « acceptables » et une petite soixantaine sélectionnées !!

Je délaisse, c’est beaucoup dire car je ne peux m’empêcher de photographier certains(es), les Philodromus sp. car ils sont vraiment très nombreux !

Seuls les bien typés et/ou en prédation font l’objet de ma curiosité !

C’est le cas de ces mâles Philodromus du groupe aureolus… Souvent irisés de vert, bleu, mauve quand ils sont adultes, ils sont un spectacle à eux seuls…

Très rapides, ils ne sont pas faciles à fixer… suffit d’attendre qu’ils s’arrêtent et être prêt… le « problème » est qu’ils ont aussi une bonne vue et c’est toujours un plaisir de les voir agiter leurs pattes avant, quand je m’approche, comme s’ils essayaient de dire :  » Stop, là t’es trop prêt !! « 

C’est bien un mâle, même si l’on ne voit pas ses « gants de boxe », repliés sous ses pédipalpes… la femelle, même adulte, est fort différente !

 

 

03.06.2015LumixTervuren 005.JPG

 

 

03.06.2015LumixTervuren 003.JPG

03.06.2015LumixTervuren 008.JPG

Voilà les « gants de boxe »…

03.06.2015LumixTervuren 014.JPG

03.06.2015LumixTervuren 017.JPG

et voici une « mauvaise » (il ne m’a pas laissé le temps !) photo d’un mâle du même groupe mais juvénile celui-là !!

03.06.2015LumixTervuren 021.JPG

03.06.2015LumixTervuren 025.JPG

 La femelle, bien jolie aussi !

03.06.2015LumixTervuren 023.JPG

Deux mâles qui patrouillent sous la bande collante…

03.06.2015LumixTervuren 027.JPG

03.06.2015LumixTervuren 059.JPG

03.06.2015LumixTervuren 086.JPG

10.06.2015LumixTervuren 073.JPG

Toujours des Philodromus mais d’un autre groupe… albidus/rufus

Des superbes femelles…

 

 

03.06.2015LumixTervuren 190.JPG

03.06.2015LumixTervuren 189.JPG

03.06.2015LumixTervuren 197a.JPG

Un mâle juvénile… je crois !

03.06.2015LumixTervuren 029.JPG

03.06.2015LumixTervuren 029a.JPG

Les photos suivantes montrent une prédation… Une femelle Philodromus du groupe albidus/rufus a attaqué une Lepthyphantes du groupe minutus. (Linypiidae)

03.06.2015LumixTervuren 063.JPG

Un véritable baiser fatal…

 

03.06.2015LumixTervuren 063a

Hum… Pattes non annelées, ce n’est pas L. minutus ça !!

03.06.2015LumixTervuren 068.JPG

03.06.2015LumixTervuren 072.JPG

03.06.2015LumixTervuren 078.JPG

Voilà pour « mes » Philodromus… Je ferai une autre note pour la suite !

 

 

Araignées du beton…

Alors, le biotope…

 

28.09.2013Canon 033.JPG

 

 

28.09.2013Canon 057.JPG

 

Quelques centaines de mètres de palissade en beton, jouxtant le Ring, à la sortie de Waterloo, à l’entrée de la forêt de Soignes !!

 

Dans l’angle de chaque poteau, quelques araignées ont trouvé leur gîte !

 

Beaucoup de Lepthyphantes minustus (Linyphiidae)

 

 

 

28.09.2013Canon 046.JPG

 

Plus d’une épine sur le métatarse de la patte I…

 

 

28.09.2013Canon 034.JPG

 

 

Les épines caractéristiques des Lepthyphantes minutus (faut bien regarder…)

 

 

28.09.2013Canon 035.JPG

 

Celle-ci est mieux…

 

 

28.09.2013Canon 053.JPG

 

 

 

 

 

Confirmé par l’épigyne des femelles car ils sont souvent en couple…

 

 

28.09.2013Canon 038.JPG

 

 

28.09.2013Canon 041.JPG

 

 

28.09.2013Canon 076.JPG

 

 

J’ai été étonné de trouver aussi plusieurs Drapetisca socialis, qui gravitaient aussi sur le beton…

 

Une femelle…

 

 

28.09.2013Canon 048.JPG

 

 

 

 

 

des mâles…

 

 

28.09.2013Canon 049.JPG

 

 

28.09.2013Canon 080.JPG

 

 

Quelques petites « Tégénaires » aussi, des Malthonica ferruginea… très typées aussi !

 

Certaines ont vraiment une bande « rouge »…

 

 

28.09.2013Canon 072.JPG

 

d’autres l’ont plus atténuée…

 

 

28.09.2013Canon 082.JPG

 

 

28.09.2013Canon 032.JPG

 

 

28.09.2013Canon 029.JPG

 

 

Enfin, une dernière, pas plus grosse qu’une tête d’épingle… (enfin, un rien plus gros !) Une petite Parasteatoda (anciennement Achaeranea) déjà parasitée…

 

 

28.09.2013Canon 063.JPG

 

 

28.09.2013Canon 064.JPG

 

 

 

 

Couleurs d’araignées – Diaea dorsata

Jolie petite araignée-crabe en forêt, une Diaea dorsata, sur une borne… en compagnie d’une coccinelle et d’une autre arachnide…

 

05.11.2012Canon 003.JPG

 

 

 

05.11.2012Canon 009.JPG

 

 

05.11.2012Canon 049.JPG

 

 

 

05.11.2012Canon 052.JPG

 

Toujours sur ces bornes forestières, un autre petite araignée, un jeune mâle juvénile… peut-être Cyclosa conica mais je ne reconnais pas vraiment la forme de son abdomen !

 

 

 

05.11.2012Canon 035.JPG

 

 

05.11.2012Canon 040.JPG

 

 

05.11.2012Canon 046.JPG

 

 

 

05.11.2012Canon 047.JPG

 

 

 

Sous l’auvent d’une petite chapelle forestière, une non moins jolie Xphantes, comme j’aime les appeler… Une Linyphiidae… une Lepthyphantes du groupe minutus !

 

 

 

03.11.2012Canon 002.JPG

 

 

 

03.11.2012Canon 001.JPG

 

 

 

Pour sélectionner un groupe d’espèces, faut se focaliser sur les métatarses/tarses (les deux derniers segments) des pattes I et y repérer la présence ou non d’épines et leur nombre !

Ici trois épines…

 

 

 

03.11.2012Canon 007.JPG

Les petites nordiques – Araignées

Bon, je sais qu’elles ne sont pas spécifiquement nordiques… quoique le Guide des araignées de France et d’Europe de Michael J. Roberts précise quand même que les Lepthyphantes minutus (par exemple) « … sont largement répandues dans le nord de l’Europe » !

Grande famille ces Linyphiidae, très répandues, dont les Lepthyphantes (mais plusieurs noms de genres ont été modifiés), les Xphantes (comme j’aime les appeler…), se taille la part du lion avec plus de cinquante espèces !

J’ai déjà traité le sujet précédemment (voir catégories) mais je reprends l’essentiel de la théorie ici pour les Lepthyphantes leprosus et minutus

 

 

 

La théorie nous apprend que les seules Lepthyphantes ayant les pattes annelées sont minutus (fortement annelées) en forêt et leprosus dans et autour des maisons …

 

La théorie nous dit aussi que si leur métatarse de la patte I a plus d’une épine elles font partie du groupe L. nebulosus – leprosus – minutus et alacris !

 

Enfin, l’épine du patella (qui est un segment des pédipalpes) de L. minutus est dite « nettement plus épaisse que les épines des pattes » ! (Pfff va pas être facile à vérifier cela !)

 

Vous comprendrez qu’il n’est pas évident du tout de déterminer l’espèce de ces petites araignées dont le corps n’exède pas 4mm pour la plus grande (minutus)… Enfin pour celles et ceux qui veulent leur laisser la vie sauve en évitant de les passer sous une loupe binoculaire !

 

 

 

Ce sont deux mâles que j’ai trouvés récemment, un arpentant le mur arrière de ma maison, pattes non-annelées (?)…

 

 

 

 

 

17.10.2012Canon 004.JPG

 

 

 

 

et l’autre, le lendemain, un peu éclopé, avec les pattes annelées…

 

 

 

 

 

 

20.10.2012Canon 002.JPG

 

 

 

 

enfin, un troisième, qui gravitait presque sur la toile d’une Epeire, peut-être pour profiter d’une de ces nombreuses proies… (pattes non annelées )

 

 

20.10.2012Canon 016a.jpg

Bon, j’ai bien sûr vérifié (sur mes nombreuses photos car pas évident de bien focaliser sur ces parties de pattes minuscules) le nombre d’épines sur les métatarses des pattes I

Plus d’une épine pour mon éclopé…

20.10.2012Canon 005.JPG

Important aussi de toujours bien multiplier vos clichés car suivant l’angle, ce n’est pas toujour aisé de compter les épines !

20.10.2012Canon 007a.jpg

idem pour le deuxième…

17.10.2012Canon 002.JPG

 

 

Pour mon troisième mâle, celui trouvé près la toile d’Epeire, je n’ai pas pris assez de clichés… grrrrr… et je ne repère qu’une seule épine (?)… une autre espèce ?

 

 

20.10.2012Canon 014a.jpg

Voici sa bouille…

20.10.2012Canon 016.JPG

20.10.2012Canon 016b.jpg

Faudra donc que j’y retourne ce soir (ce sont des araignées nocturnes…) !!

Quelques autres clichés du mâle éclopé… On remarque bien, sur la photo suivante, les deux épines épaisses des patella…

20.10.2012Canon 002a.jpg

20.10.2012Canon 007.JPG

 

 

Les araignées de ma cave…

Une habituelle de ma cave… la Tegenaria atrica, appelée encore Tégénaire noire en language populaire… plutôt juvénile, 4mm !

 

 

 

08-12-2011 009.jpg

 

 

 

08-12-2011 011.jpg

 

 

 

08-12-2011 007.jpg

 

 

 

Toujours très présentes, les Pholques (Pholcus phalangioides)

 

 

 

13-12-2011 022.jpg

 

 

 

 

 

Les suivantes sont plus rares en cave, elles sont vraisemblablement rentrées pour se mettre « au chaud »…

 

Un joli couple de Lepthyphantes minutus/leprosus (plus d’une épine sur le métatarse I)

 

 

08-12-2011 013a.jpg

 

 

 

08-12-2011 013.jpg

 

 

 

08-12-2011 014.jpg

 

 

 

Voici le mâle…

 

 

 

13-12-2011 016.jpg

 

 

 

13-12-2011 021.jpg

 

 

13-12-2011 021a.jpg

 

 

 

13-12-2011 021b.jpg

 

 

 

Une jolie Metellina sp. est aussi entrée !

 

 

 

13-12-2011 027.jpg

 

 

 

13-12-2011 023.jpg

 

 

 

Ce Philodromus sp. s’est aussi mis à couvert…

 

 

 

13-12-2011 014.jpg

 

 

 

Etonnante aussi la rentrée de cette petite araignée-loup, une Pardosa amentata…

 

 

 

13-12-2011 006.jpg

 

 

 

13-12-2011 004.jpg

 

 

 

13-12-2011 002.jpg

 

 

 

 

Quelques juvéniles Tegenaria parietina aussi, sur des toiles poussièreuses difficiles d’accès…

 

 

 

30-12-2011 008.jpg

 

 

 

30-12-2011 001.jpg

 

 

 

30-12-2011 002.jpg

 

 

 

21-12-2011 039a.jpg

 

 

 

21-12-2011 044.jpg

 

 

 

21-12-2011 039.jpg

 

 

 

Les suivantes se retrouvent aussi à l’intérieur mais c’est par accident… elles se trouvaient sur des chaises de jardin rentrées avant la neige !

 

L’Araignée citroën », Anyphaena accentuata

 

 

 

21-12-2011 033.jpg

 

 

 

21-12-2011 021.jpg

 

 

 

21-12-2011 026.jpg

 

 

 

21-12-2011 026a.jpg

 

 

 

et même une Tetragnatha sp.

 

 

 

21-12-2011 027.jpg

 

 

 

21-12-2011 029.jpg

 

 

 

21-12-2011 029a.jpg

 

 

 

21-12-2011 029b.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

jolie petite Lepthyphantes et ses copines…

Cette fois ci, cette Lepthyphantes n’est pas une forestière… Je l’ai trouvée en rangeant des pots de fleurs davant chez moi ! Le biotope…

 

14-11-2011 038.jpg

 

 

La théorie nous apprend que les seules Lepthyphantes ayant les pattes annelées sont minutus en forêt et leprosus dans et autour des maisons…

La théorie nous dit aussi que si le métatarse de la patte I a plus d’une épine cela limite entre L. nebulosus – leprosus – minustus et alacris !

 

 

09-11-2011 074.jpg

4 bons millimètres, c’est sa taille maximum…

09-11-2011 054.jpg

Un joli folium, une jolie robe mais dont les fluctuations ne permettent de déterminer l’espèce…

09-11-2011 055.jpg

09-11-2011 057.jpg

09-11-2011 059.jpg

09-11-2011 061.jpg

09-11-2011 062.jpg

09-11-2011 065.jpg

09-11-2011 068.jpg

09-11-2011 069.jpg

09-11-2011 073.jpg

09-11-2011 077.jpg

Et ses copines me direz-vous… disons qu’elles squattaient le même environnement, dans d’autres pots…

Un rikiki Philodromus sp.juvénile

09-11-2011 082.jpg

et une petite femelle Tégénaria (10mm) atrica…

09-11-2011 095.jpg

09-11-2011 083.jpg

09-11-2011 090.jpg

09-11-2011 096.jpg

09-11-2011 100.jpg

09-11-2011 107.jpg

Joli couple de Lepthyphantes minutus…

Tous deux cachés sous le couvercle d’une poubelle forestière en bois… Une couple de Lepthyphantes minustus… reconnaissable surtout à l’épine du patella du pédipalpe du mâle.

Largement répandue dans le nord, malgré son nom, c’est l’un des plus grand Lepthyphantes (dixit le « Roberts ») !

C’est le genre le plus vaste avec plus de cinquante espèces en Europe septentrionale…

 

 

 

26-10-2011 038.jpg

 

 

 

Le mâle…

 

 

 

26-10-2011 041.jpg

 

 

 

26-10-2011 043.jpg

 

 

 

Voici ce qui permet la détermination (Hum, beaucoup de Lepthyphantes ont cette épine, mais celle de minutus est plus épaisse)… la fameuse épine du patella du pédipalpe du mâle qu’on devinait ci-dessus !!

 

 

 

26-10-2011 047.jpg

 

 

 

Comme quoi il faut multiplier les clichés pour être sûr de les prendre sous toutes les coutures… j’ai de la chance car j’avais oublié ce détail pendant ma scéance photos et c’est le seul cliché valable !!!

 

 

 

La femelle…

 

 

 

26-10-2011 054.jpg

 

 

 

Son épigyne mais pas vraiment « utilisable »… (pour les puristes)

 

 

 

26-10-2011 057.jpg

 

 

 

Quoique…

 

 

 

26-10-2011 050.jpg

 

 

 

Nul besoin de les « maltraiter » pour ce genre de photos… Elle avait pris la pose naturellement…

 

 

 

26-10-2011 048.jpg

 

 

 

26-10-2011 058.jpg

 

 

 

Seul cliché exploitable qui montre un autre critère de détermination de l’espèce… Le métatarse I avec plus d’une épine et donc le groupe L. nebulosus, leprosus, minutus ou alacris… le pédipalpe du mâle permettant d’identifier Lepthyphantes minustus… Ouf !

 

 

 

26-10-2011 058a.jpg

 

 

 

Elles ont, bien entendu, retrouver leur place sous ce fameux couvercle !!

Un peu plus loin, j’en ai trouvé une autre…

 

 

26-10-2011 062.jpg

 

 

 

26-10-2011 079.jpg

 

 

 

26-10-2011 083.jpg

 

 

 

26-10-2011 084.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une autre Lepthyphantes minutus…

Je vous en ai déjà présenté une colorée :

http://richardunord6.skynetblogs.be/archive/2011/09/23/leptyphantes-minutus-araignee.html

Celle-ci est un exemplaire sombre (dixit Koen Van Keer… que je remercie !)

 

C’est le genre le plus vaste, avec plus de cinquante espèces en Europe septentrionale… (Guide des araignées de France et d’Europe – Roberts)

 

 

La théorie est importante pour savoir dans quel groupe se situe la Lepthyphantes qu’on trouve. Je vous l’ai déjà expliqué ailleurs (voir le tag Lepthyphantes)… tout se joue, et c’est là qu’il faut focaliser, sur les pattes I, et plus précisément sur le métatarse de ces pattes I ( pour rappel, une patte d’araignée se compose d’un fémur, d’un tibia, d’un métatarse et d’un tarse) – Je vous avoue que j’avais complètement zappé cette théorie en prenant mes photos… mais comme je prends toujours beaucoup de photos, je suis arrivé a en trouver quelques-unes de bonnes… Ouf !!

 

 

 

 

04-10-2011 030.jpg

Alors, la théorie :

Métatarse I avec plus d’une épines : L. nebulosus, leprosus, minutus, alacris

Contrôle pour celle ci-dessus :

21-09-2011 013a.jpg

Métatarse I avec une seule épine : toutes les autres (et je vous renvoie au guide ci-dessus).

Lepthyphantes minutus (famille Linyphiidae) – taille 3mm ( Le guide nous dit : « Malgré son nom, c’est l’un des plus grands Lepthyphantes » (pffff… faudra vraiment que je me penche sur le genre masculin ou féminin des noms d’araignées…)

Pattes nettement annelées… Sur le terrain, on reconnaît le mâle à la loupe grâce à l’épine de la patella du pédipalpe qui est nettement plus épaisse que les épines des pattes (ah ! Ben v’la autre chose… faudra que je vérifie cela aussi sur mes photos )

 

Habitat : « presque tjrs dans une toile en forme de nappe à la base des arbres » (m’woui… j’en trouve souvent en dehors des toiles… faut dire que je ne fais pas de recherche systématiques)

 

 

 

 

21-09-2011 011.jpg

21-09-2011 013.jpg

21-09-2011 008.jpg

21-09-2011 027.jpg

21-09-2011 014.jpg

21-09-2011 017.jpg

21-09-2011 023.jpg

21-09-2011 045.jpg

 

21-09-2011 072.jpg

21-09-2011 073.jpg

21-09-2011 075.jpg

21-09-2011 078.jpg

21-09-2011 073a.jpg

Lepthyphantes minutus – Araignée

Faut que je vous explique le contexte… Dans le forêt de Soignes, près d’une petite chapelle où je trouve beaucoup de bons sujets, trônent de vieilles poubelles en bois, peu utilisées, avec couvercle…


Comme je passe souvent par là, car les arachnides de la chapelle se renouvellent régulièrement, j’avais repéré, il y a quelques temps déjà, sous le couvercle de cette poubelle, une magnifique Malthonica ferruginea… Tout content de la retrouver, très statique et se laissant « manipuler » sans fuir, j’étais focalisé sur elle et je flashais à qui mieux mieux… Tout à coup, une autre arachnide intéressante descendit le couvercle… dilemme… que faire : vais-je continuer avec ma Malthonica ou m’occuper de l’autre ?

La Malthonica étant vraiment « jolie », je ne fis donc qu’une seule photo de l’intrus… (celle ci-dessous), moi qui multiplie habituellement les clichés… et je ne fis pas trop attention à sa taille que j’ai sans doute surévaluée dans mon souvenir !

Après coup, à la vision de cette arachnide, ma première idée fut de penser à une cavernicole, à l’aise dans les ténèbres humides de cette foutue poubelle !! Couleurs des pattes etc… ça collait… soit une bourneti ou une menardi… bourneti n’étant pas répertoriée en Belgique, me restait donc menardi !

Comme j’envoie toujours mes dilemmes à mon mentor, Koen Van Keer, sa réponse me déstabilisa : 

« Plutôt une Lepthyphantes (probablement minutus). »

Ben flûte alors… elle me semblait plus grosse qu’une « simple » Lepthyphantes… même si minutus est la plus grande de ce genre … il est vrai que les pattes et les couleurs de l’abdomen correspondaient, par contre pas le céphalo  !

 

 

 

19-09-2011 092.jpg

 

 

Pour en avoir le coeur net, je devais essayer de la retrouver… Belle gageure car je ne retrouve pratiquement jamais deux fois la même bestiole à la même place !! Je me rendit donc sur place trois jours plus tard…

En ouvrant à nouveau le couvercle de cette poubelle, personne n’était au rendez-vous… même pas ma grosse Malthonica… j’aperçu quand même quelques pattes qui sortaient d’une fissure… Un jeune Malthonica montra le bout de ses chélicères (je ferai un post séparé pour cette espèce), un peu plus loin, une autre araignée fit son apparition, un (ou une) Amaurobius… Bref, je flashais, je flashais…

Le fait que ce vieux couvercle en bois soit en position ouverte, ça devait perturber les arachnides… toujours est-il que celle pour laquelle je m’étais déplacé fit son retour, oui, oui !!

J’ai donc pu tout à loisir prendre son portrait et confirmer, si besoin en était, les dires de Koen !

Cette fois-ci je la prends sous toutes ses coutures… la taille 4,5-5mm

 

 

22-09-2011 010.jpg

 

 

 

22-09-2011 020.jpg

 

 

 

22-09-2011 020a.jpg

 

 

 

22-09-2011 015.jpg

 

 

 

22-09-2011 021.jpg

 

 

 

22-09-2011 024.jpg

 

 

 

22-09-2011 024a.jpg

 

 

Tiré du Guide des Araignées de France et d’Europe – Roberts

« Son nom scientifique était précédement Linyphia minuta Blackwall 1833 qui en traduction littérale donne « petit (minuta) tisseur de lin », ce qui fait justement allusion aux moeurs de l’araignée et indique qu’il s’agit d’un assez petit membre du genre Linyphia… un soixante d’années après la description de Blackwall, on s’est rendu compte que l’espèce portant ce nom appartenait en fait au genre Lepthyphantes… qui veut dire « tisseur fin »… »

Du coup, cette « minutus » qui veut donc dire petit se retrouve être la plus grande des Lepthyphantes… ah! les méandres de ces appelations scientifiques