Archives de Catégorie: Lepthyphantes

Lepthyphantes… minutus ou leprosus ?

J’ai déjà souvent traité de ce sujet :

Où je reprends pas mal de théorie…

https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/category/lepthyphantes-leprosus/

(Voir « CATEGORIES » car il y en a d’autres !)

J’ai retrouvé celle-ci dans ma salle de bain… et d’après la théorie :

 » Pattes indistinctement (?) annelées pour Lepthyphantes leprosus contrairement à L. minutus qui sont distinctement annelées ! « 

Elles ne sont pas aisée à déterminer… La théorie nous parle d’une bande marginale sombre autour du céphalo pour L. leprosus, ce qui est le cas ici ! On nous parle aussi d’un bande médiane fourchue vers l’avant (un peu enforme de diapason, comme les Linyphia triangularis) mais encore moins flagrant ici … (Pour L. minutus, avec qui on peut confondre, céphalo à bandes sombres et lignes radiales nettes et plus sombres à l’arrière (?)) !! Abdomen ponctué de clair et orné de taches sombres plus ou moins arquées, groupées par paires.

Ici, pour moi, les pattes sont distinctement annelées… donc plutôt L. minutus… malgré le « biotope »

 Viennent ensuite les fameuses épines des tibias des pattes IV (et III aussi d’ailleurs!)

Ceci est illustré sur l’excellent site de Pierre : https://arachno.piwigo.com/picture?/14147/category/635-lepthyphantes_leprosus

Cliquez pour agrandir !

Donc si présence d’une épine ventrale sous le tibia IV = Lepthyphantes minutus (malgré le biotope !)

Mes « intérieures »…

Pour le biotope, dans un sac de jardinage que je protège de la pluie, rempli de branches de sapin récemment élagué… Une minuscule petite bouteille (Mangora acalypha)

et dans le filtre (aérien) de ma citerne à eau (oui, oui…, je le nettoie régulièrement… c’est qu’il pleut ici !!, elle s’est réfugiée dans le haut du filtre !)) une petite Linyphiidae, une Xphantes comme j’aime les appeler, vraisemblablement un Lepthyphantes leprosus !

Les premières de 2022…

Rien de vraiment nouveau… On prend les mêmes et on recommence ! Avant de rentrer quelques dizaines de bûches pour le feu ouvert, je prends soin de les nettoyer et dont d’enlever, précautionneusement, les organismes vivants (araignées, cloportes et cie) ! Donc un peu toujours les mêmes bestioles ! J’en ai trouvé une quinzaine, dont plusieurs de la même espèce ! Bref, 159 photos prisent à main levée, 111 acceptée après un premier tri et 40 sélectionnées pour un traitement (recadrage, redimensionnement, ajustement de la luminosité…) !

Voici donc le tri !

Commençons par les plus présentes, les Amaurobius ferox, de tout âge et taille, deux superbes mâles de 10 et 11mm de corps, des pattes avant très longues… (typique des araignées mâles). Pattes non-annelées (enfin pour les adultes car elles peuvent l’être pour les juvéniles !! (cliquez pour agrandir…)

On dirait un joueurs de pétanque !!

« Bulbe génital ponctué d’une tache blanche externe, visible sans loupe » nous dit le Guide Bellmann sur les Araignées !

L’abdomen de ferox est caractéristique pour moi… et se différencie bien des autres espèce similis et fenestralis ! Beaucoup plus sombre… Les dessins du mâle sont souvent plus clairs et contrastés que celui de la femelle ! Peu ou pas de femelle visible car après la naissance, les jeunes se rassemblent autour de la femelle et la dévorent après sa mort… ou « qui se laisse dévorer » d’après d’autres auteurs !

Voici un second mâle presque du même gabarit…

Viennent ensuite quelques juvéniles… certains ont les pattes légèrement annelées, d’autres pas (?) mais leur « robe » restent très foncée…

La suivante est floue mais c’est juste pour la taille !!

Pattes non annelées pour la suivante !!

J’ai quand même rencontré quelques Amaurobius similis… remarquez la différence de teinte…

« Le tibia du pédipalpe est typique, doté d’une apophyse fine et incurvée, de la même longueur que l’autre » nous précise le Guide de Michael Roberts !

Belle envergure aussi !

Voilà pour les Amaurobius rencontrés… Je continuerai plus tard pour les autres… avec moins de photos… Steatoda, Linyphiidae et Segestria…

Les autres petites forestières…

Mon article sur les Drapetisca ci-dessous, j’ai rencontré d’autres petites araignées que je vous présente en vrac ! Bon pas toujours très nettes, mais c’est sur le terrain avec de petits modèle…

Anelosimus vittatus, je crois !

Une petite femelle Philodromus sp.

Un autre…

Diverses Xphantes (Lepthypantes sp…)

Quelques Neriene peltata

Pour terminer une Tetragnatha sp. (floue… désolé !)

Une petite araignée-crabe – Xysticus sp.

Une Clubonia sp.

« Même pas peur ! » a l’air de dire cette punaise… mais elle quand même évité la Clubiona !!

Un peu de couleurs… Diaea dorsata

En prime, une chenille… « Il pourrait s’agir de Colocasia coryli. une noctuelle. » m’avise Bruxelles Environnement
Div. Espaces verts Dpt. Biodiversité et connaissance territoriale.

Les petites Xphantes (Leptyphantes…)

J’aime appeler ces petites Linyphiidae… Xphantes !

Toujours difficilement identifiables, on les regroupe parfois via le nombre d’épines de leur métatarses ou de leurs pattes annelées ou pas !

J’ai toujours eu beaucoup de petites Lepthyphantes chez moi, dans la cave et dans le jardin, vraisemblablement des L. leprosus (entre 2,5 et 4mm… des rikikis !)

Elles ont adopté une porte-fenêtre métallique et créé un réseau de fils très dense où, attirés par la lumières, moustiques et autres petites mouches viennent s’empêtrer !

Jugez plutôt… (cliquez pour agrandir)

Pour l’identification, une bonne vue du « ventre », de l’épigyne (caractéristique) est nécessaire !

(« Facile » car elle sont toujours à l’envers sous leur toile, un réseau irrégulier de fils enchevêtrés !)

Celle ci-dessus se trouvait de l’autre côté de la porte, à l’extérieur !

Mais… une autre araignée fait son approche… Une femelle Marpissa muscosa (j’en ai plein mon jardin…) !

Elle semblait « patrouiller » autour des toiles des Lepthyphantes

A peine cette photo prise, elle s’est retournée et m’a regardé fixement… clic ! clac !

Je l’ai suivi quelques temps mais ne l’ai pas vu s’approcher des Lepthyphantes… faut dire que le filet de toile est particulièrement dense.

Je continuerai plus tard pour vous parler des différentes espèces de Xphantes !

Harpe celtique et araignée…

Je viens d’assister à un concert en plein air à Waterloo, de deux virtuoses de musique celtique…

https://www.facebook.com/jenlisisters

Voici ce que je leur ai envoyé :

« Bonsoir les filles… Très agréable moment celtique (et autres) votre concert à Waterloo… Magnifique de virtuosité !! Merci !! (on a eu de la chance car le ciel à tout lâché quelques dizaines de minutes plus tard… Ouf !) Juste pour le hasard ou la synchronicité… j’aime ce passage d’un livre de Lucien Berland qui parle des araignées mélomanes et particulièrement le passage de la harpe… il se fait que je m’intéresse aux arachnides… j’étais assis sous le tilleul, près des champignons… à un moment, lors de votre concert, une petite araignée (2,5mm) est descendue de l’arbre et a atterri sur mes jambes..; belle synchronicité ! Comme j’ai toujours un petit récipient sur moi, je l’ai prélevée pour un shoot photos… Pour info, c’est une petite Linyphiidé / Linyphiidae ! Pour plus de curiosité, je déposerai ses photos dans mon blog ! Bonne continuation !! « 

Voici la mélomane…

Toute petite, 2,5mm de corps !!

Cliquez dessus pour l’agrandir (un peu…)

Pour les puristes, comme cette femelle n’a qu’une épine sur le métatarse 1, elle est à chercher, pour son identification, dans le groupe Lepthyphantes obscurus, tenuis, zimmermanni,cristatus,mengei, flavipes, tenebricola et expunctus… Rien n’est simple en arachnologie !! Je vous donnerai l’avis du spécialiste Koen Van Keer quand je le recevrai !!

Il va sans dire, déontologie et éthique oblige, que j’ai redéposé l’araignée sur son tilleul !! 🙂

Voici la réponse de KvK :

« 

Bonjour Richard,

Peut-être que la vue sur l’épigyne permet d’aller plus loin, mais comme tu le sais, je ne m’en occupe pas vraiment de la détermination sur base de l’épigyne, donc je reste sur Lepthyphantes s.l.

Bien à toi,

Koen

Ok merci Koen…

Voici l’araignée redéposée sur son arbre…

Steatoda… Non, Lepthyphantes…

Je connais bien les Steatoda triangulosa mais celle-ci m’intrigue ! Sur une porte vitrée de ma cave, donnant sur le jardin, à l’intérieur, elle est minuscule, quelques mm !

Si petite et déjà bien efficace, comme c’est une porte-vitrée, les proies sont nombreuses… Je ne retrouve pas les dessins des triangulosa, ça ressemble plus à albomaculata mais ce n’est pas possible dans ce biotope !

Steatoda albomaculata, dorsal pattern; Fig. 2. Steatoda borealis, dorsal pattern; Fig. 3. Steatoda triangulosa, dorsal pattern. 

Steatoda albomaculata, dorsal pattern; Fig. 2. Steatoda borealis, dorsal pattern; Fig. 3. Steatoda triangulosa, dorsal pattern. 

Bon, je vais attendre encore un peu pour voir si le folium se modifie et demander l’avis de Koen Van Keer !!

Koen me remet dans le droit chemin : « Lepthyphantes probablement leprosus« … Merci Koen, c’est plus logique !!

Bûches & Araignées…

C’est le moment de rentrer les bûches… 4 brouettes de bûches « nettoyées »… 13 araignées récoltées… Outre une Marpissa muscosa sous un abri de toile et un Amaurobius fenestralis/similis que je n’ai pas prélevées car elles sont légions chez moi, voici les autres…

Alors… Ma première est une Gnaphosidae, une Scotophaeus que je pense être blackwalli… caractéristique, les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs ronds (contrairement aux Drassodes à qui elles ressemblent) !

C’est la première fois que j’en trouve une dans mes bûches, mais j’en ai déjà trouvé sur ma façade arrière et à l’intérieur ! (Voir CATEGORIES)

(Cliquez pour agrandir !)

Toujours bon à savoir : « La femelle, qui peut atteindre 12 mm, pourrait, selon la littérature, être rencontrée adulte toute l’année alors que la période de maturité du mâle ne couvrirait que l’été et le début de l’automne.  » (http://www.unilim.fr/asl/index.php?id=880)

Donc 13 araignées… mais plusieurs du même genre… Les voici en vrac ! Tegenaria parietinaAmaurobius similis/fenestralis – Steatoda bipunctata – mâle Metellina sp. – Lepthyphantes sp. handicapée (je n’y suis pour rien !) – Pholcidae dont je doute, j’y reviendrai… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer ! – Peut-être une jeune Steatoda, j’y reviendrai aussi… « S. triangulosa me souffle mon mentor (Koen Van Keer ) » – Jeune Amaurobius bien poilue – jeune Tegenaria parietina – une un peu plus adulte et pour terminer une juvénile T. parietina… Et tout ce beau monde gravitait dans mes bûches !!

Femelle Tegenaria parietina avec sa robe caractéristique… enfin, pour un oeil avisé !

Joli Amaurobius similis/fenestralis !

Pour suivre une Steatoda bipunctata

Un joli mâle Metellina sp. !

Pour suivre la Xphantes (Lepthyphantes ?) handicapée…

Le suivant, un Pholcidae, m’a fait douter… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer !

Gros doute aussi pour cette minuscule Steatoda triangulosa !

Un Amaurobius particulièrement poilu pour suivre…

Pour terminer, voici d’autres Tégénaires, toujours du genre Tegenaria parietina mais d’âge différents…

Voilà… jusqu’à la prochaine fournée…

Lepthyphantes leprosus de mon jardin

Je les ai souvent appelées Xphantes, ce qui me permettait de rester dans le flou du couple minutus/leprosus et d’éviter le « wishfull thinking » (voeu pieux) !

Comme vous pourrez les retrouver dans la rubrique CATEGORIES, j’ai souvent traité de ce sujet… Voici l’essentiel pour les Lepthyphantes minutus et leprosus :

La théorie nous apprend que les seules Lepthyphantes ayant les pattes annelées sont minutus (fortement annelées) en forêt et leprosus dans et autour des maisons …

La théorie nous dit aussi que si leur métatarse de la patte I a plus d’une épine elles font partie du groupe L. nebulosus – leprosus – minutus et alcatris ! Ce qui est le cas ici !

le biotope a aussi son importance : leprosus dans et autour des maisons et minutus plutôt en forêt !! (mwouai !!)

J’ai déplacé un pot de fleurs en terre cuite que j’avais retourné au sol, pour servir d’abris à toutes de sortes d’insectes et arachnides, deux petites femelles Lepthyphantes se sont présentées à l’objectif de mon appareil ! Mises en boite en attendant d’avoir fini certains travaux d’élagages, elles ont ensuite réintégré le même pot, au même endroit… question d’étique !!

Cliquez pour agrandir !

Sur l’excellent site de Pierre : https://arachno.piwigo.com/index?/category/635-lepthyphantes_leprosus il est question aussi du nombre d’épines sur les tibias IV pour les différencier…

https://arachno.piwigo.com/picture?/14147/category/635-lepthyphantes_leprosus

Donc si pas d’épine sour le tibia IV = leprosus

Tout semble correspondre à Lepthyphantes leprosus !

J’ai ensuite essayé, avec mes faibles moyens, de me focaliser sur l’épigyne de cette femelle !

Qui semble correspondre à celle du site de Pierre (dont vous avez le lien ci-dessus), par rapport à celle de minutus… !

150321006 epi 01m Lepthyphantes leprosus F.jpg

J’avoue ne pas dominer du tout ce genre de comparaison… Voilà donc ce que je pense être une Lepthyphantes leprosus de mon jardin !