Archives de Catégorie: Lepthyphantes

Harpe celtique et araignée…

Je viens d’assister à un concert en plein air à Waterloo, de deux virtuoses de musique celtique…

https://www.facebook.com/jenlisisters

Voici ce que je leur ai envoyé :

« Bonsoir les filles… Très agréable moment celtique (et autres) votre concert à Waterloo… Magnifique de virtuosité !! Merci !! (on a eu de la chance car le ciel à tout lâché quelques dizaines de minutes plus tard… Ouf !) Juste pour le hasard ou la synchronicité… j’aime ce passage d’un livre de Lucien Berland qui parle des araignées mélomanes et particulièrement le passage de la harpe… il se fait que je m’intéresse aux arachnides… j’étais assis sous le tilleul, près des champignons… à un moment, lors de votre concert, une petite araignée (2,5mm) est descendue de l’arbre et a atterri sur mes jambes..; belle synchronicité ! Comme j’ai toujours un petit récipient sur moi, je l’ai prélevée pour un shoot photos… Pour info, c’est une petite Linyphiidé / Linyphiidae ! Pour plus de curiosité, je déposerai ses photos dans mon blog ! Bonne continuation !! « 

Voici la mélomane…

Toute petite, 2,5mm de corps !!

Cliquez dessus pour l’agrandir (un peu…)

Pour les puristes, comme cette femelle n’a qu’une épine sur le métatarse 1, elle est à chercher, pour son identification, dans le groupe Lepthyphantes obscurus, tenuis, zimmermanni,cristatus,mengei, flavipes, tenebricola et expunctus… Rien n’est simple en arachnologie !! Je vous donnerai l’avis du spécialiste Koen Van Keer quand je le recevrai !!

Il va sans dire, déontologie et éthique oblige, que j’ai redéposé l’araignée sur son tilleul !! 🙂

Voici la réponse de KvK :

« 

Bonjour Richard,

Peut-être que la vue sur l’épigyne permet d’aller plus loin, mais comme tu le sais, je ne m’en occupe pas vraiment de la détermination sur base de l’épigyne, donc je reste sur Lepthyphantes s.l.

Bien à toi,

Koen

Ok merci Koen…

Voici l’araignée redéposée sur son arbre…

Steatoda… Non, Lepthyphantes…

Je connais bien les Steatoda triangulosa mais celle-ci m’intrigue ! Sur une porte vitrée de ma cave, donnant sur le jardin, à l’intérieur, elle est minuscule, quelques mm !

Si petite et déjà bien efficace, comme c’est une porte-vitrée, les proies sont nombreuses… Je ne retrouve pas les dessins des triangulosa, ça ressemble plus à albomaculata mais ce n’est pas possible dans ce biotope !

Steatoda albomaculata, dorsal pattern; Fig. 2. Steatoda borealis, dorsal pattern; Fig. 3. Steatoda triangulosa, dorsal pattern. 

Steatoda albomaculata, dorsal pattern; Fig. 2. Steatoda borealis, dorsal pattern; Fig. 3. Steatoda triangulosa, dorsal pattern. 

Bon, je vais attendre encore un peu pour voir si le folium se modifie et demander l’avis de Koen Van Keer !!

Koen me remet dans le droit chemin : « Lepthyphantes probablement leprosus« … Merci Koen, c’est plus logique !!

Bûches & Araignées…

C’est le moment de rentrer les bûches… 4 brouettes de bûches « nettoyées »… 13 araignées récoltées… Outre une Marpissa muscosa sous un abri de toile et un Amaurobius fenestralis/similis que je n’ai pas prélevées car elles sont légions chez moi, voici les autres…

Alors… Ma première est une Gnaphosidae, une Scotophaeus que je pense être blackwalli… caractéristique, les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs ronds (contrairement aux Drassodes à qui elles ressemblent) !

C’est la première fois que j’en trouve une dans mes bûches, mais j’en ai déjà trouvé sur ma façade arrière et à l’intérieur ! (Voir CATEGORIES)

(Cliquez pour agrandir !)

Toujours bon à savoir : « La femelle, qui peut atteindre 12 mm, pourrait, selon la littérature, être rencontrée adulte toute l’année alors que la période de maturité du mâle ne couvrirait que l’été et le début de l’automne.  » (http://www.unilim.fr/asl/index.php?id=880)

Donc 13 araignées… mais plusieurs du même genre… Les voici en vrac ! Tegenaria parietinaAmaurobius similis/fenestralis – Steatoda bipunctata – mâle Metellina sp. – Lepthyphantes sp. handicapée (je n’y suis pour rien !) – Pholcidae dont je doute, j’y reviendrai… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer ! – Peut-être une jeune Steatoda, j’y reviendrai aussi… « S. triangulosa me souffle mon mentor (Koen Van Keer ) » – Jeune Amaurobius bien poilue – jeune Tegenaria parietina – une un peu plus adulte et pour terminer une juvénile T. parietina… Et tout ce beau monde gravitait dans mes bûches !!

Femelle Tegenaria parietina avec sa robe caractéristique… enfin, pour un oeil avisé !

Joli Amaurobius similis/fenestralis !

Pour suivre une Steatoda bipunctata

Un joli mâle Metellina sp. !

Pour suivre la Xphantes (Lepthyphantes ?) handicapée…

Le suivant, un Pholcidae, m’a fait douter… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer !

Gros doute aussi pour cette minuscule Steatoda triangulosa !

Un Amaurobius particulièrement poilu pour suivre…

Pour terminer, voici d’autres Tégénaires, toujours du genre Tegenaria parietina mais d’âge différents…

Voilà… jusqu’à la prochaine fournée…

Araignée du jardin… Lepthyphantes minutus !

A chaque travail de jardinage, d’élagage etc… c’est le moment de rencontrer nos amies les araignées ! C’est un mâle que je recueille cette fois-ci ! Pas bien grand, 3 mm ! (cliquez pour agrandir)

04.07.2018Lumix.jpg._9

Une allure de Linyphiidae aux pattes annelées… celles que j’appelle habituellement Xphantes !!

04.07.2018Lumix.jpg._12

Chez Leptyphantes, seules les L. minutus et L. leprosus ont les pattes annelées !

Pour différencier les groupes, on se base sur le nombre d’épines sur les métatarses des pattes I… Si plus d’une épine, c’est soit L. nebulosus, L. leprosus, L. minutus ou L. alacris (dixit le Guide des araignées de France de Michael J. Roberts).

04.07.2018Lumix.jpg._13

Trois ou quatre épines, on est bien dans le groupe minutus

Alors, ce qu’il faut savoir est que L. minutus est plutôt forestière tandis que L. leprosus se retrouve dans et aux alentours des habitations… euh… Voici ce que nous dit marray :

« Pour ce qui concerne l’habitat, beaucoup d’éléments peuvent intervenir qui font que le milieu habituel d’une espèce ne soit pas celui où on la rencontre (perturbations atmosphériques, individus aéronautes, transports involontaires dans des vêtements etc.) En outre il arrive que la référence indiquée pour le milieu habituel est parfois remise en cause par une découverte incontestable qui la modifie ou la contredit. »

Le pédipalpe de ce jeune mâle n’est pas encore totalement formé mais le biotope privilégie Leptyphantes leprosus… on ne remarque pas la fameuse épine, très épaisse, de la patella de L. minutus !

(Cliquez pour agrandir)

04.07.2018Lumix.jpg._20
04.07.2018Lumix.jpg._26
04.07.2018Lumix.jpg._31

Je vous avoue que ces prises de vue ont dû être multipliées pour arriver à ce résultat « honnête » !!

04.07.2018Lumix.jpg._35

Donc un mâle juvénile Leptyphantes leprosus (déjà croisé dans mon jardin !)

04.07.2018Lumix.jpg._28

Un récent post sur Chassimage https://www.chassimages.com/forum/index.php?topic=289073.0 m’a appris, merci marray, l’existence d’une possibilité de différencier les Lepthyphantes minutus des leprosus par le nombre d’épines sur les tibias des pattes IV (et III aussi apparemment !)… Ceci est illustré sur l’excellent site de Pierre

https://arachno.piwigo.com/picture?/14147/category/635-lepthyphantes_leprosus

Lepthyphantes leprobus minutus Tibia IV.jpg

Comme je prends toujours beaucoup de clichés, essayons de voir cela sur mon modèle ci-dessus  !!

Sur la photo suivante, j’en vois trois sur le tibia gauche et une seule sur le droit… question d’angle de vue alors !!

04.07.2018Lumix.jpg._3a

Sur la photo suivante, la théorie des épines du tibia III et IV est donc correcte, plantées de la même façon… mais je n’en vois toujours que trois !

04.07.2018Lumix.jpg._9a

Sur le cliché suivant, je devine une quatrième sur ce tibia IV mais pas à l’endroit indiqué sur la planche ci-dessus… ?

04.07.2018Lumix.jpg._16a

Sur la suivante, on n’en repère qu’une seule sur le tibia IV alors qu’il y en a trois sur le tibia III…

04.07.2018Lumix.jpg._17a

Faut bien sûr tenir compte que certaines épines peuvent avoir été cassées ou arrachées…

C’est donc ici, malgré le biotope, bien un mâle Lepthyphantes minutus !!

Ce 27 janvier 2021, c’est une femelle L. minutus qui est entré par une fenêtre de ma salle de bain… J’ai suivi les conseils ci-dessus (le lien vers chassimages)… Pas d’épine dorsale sur le fémur I mais bien une latérale et présences des épines sur le tibia IV ! J’ai donc le couple !! (cliquez pour agrandir)

Continuer la lecture de Araignée du jardin… Lepthyphantes minutus !

Les forestières hivernales… Money spiders !

De retour dans « ma » hêtraie cathédrale…

« La hêtraie cathédrale est un faciès forestier aux caractéristiques paysagères uniques ! C’est une futaie régulière composée, sur de grandes surfaces (plusieurs dizaines d’hectares), de hêtres de même âge, de formes élancées, remarquablement droits et cylindriques. Le tronc est dépourvu de toute branche sur près de 20m. L’absence de sous-bois – qui résulte de la faible luminosité au sol – permet une pénétration visuelle très profonde à l’intérieur de la forêt. Là où le dôme est rompu, les rayons du soleil glissent le long de ces piliers, conférant à ces peuplements une ambiance sacrée de cathédrale gothique auxquelles son nom fait référence ! C’est la hêtraie cathédrale qui fait la réputation internationale de la forêt de Soignes. Et pour de nombreux bruxellois (et autres ndlr) cet aspect de la forêt fait partie du patrimoine culturel commun; il doit ainsi être préservé « . (La sylviculture de la hêtraie cathédrale – Grégory Timal).

Jugez plutôt…

Photos d’octobre…

26.10.2016Lumix.jpg_29.jpg

26.10.2016Lumix.jpg_53.jpg

Une beauté mystique !

26.10.2016Lumix.jpg_55.jpg

Moins glamour ce 14 janvier… (quoique !)

14.01.2018Lumix.jpg..jpg

14.01.2018Lumix.jpg._2.jpg

14.01.2018Lumix.jpg._7.jpg

13.01.2018Lumix.jpg._36.jpg

13.01.2018Lumix.jpg._54.jpg

6-7°, pas mal d’insectes sont encore présents…

14.01.2018Lumix.jpg._6.jpg

14.01.2018Lumix.jpg._3.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._21b.jpg

Des nymphes de Cicadelles et Collemboles…

12.01.2018Lumix.jpg._58.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._2.jpg

Un petit poucet…

12.01.2018Lumix.jpg._4.jpg

 Et, bien sûr, quelques copines araignées !

Plusieurs « Money spiders »… Ici un mâle Erigone

Renflement céphalique,

12.01.2018Lumix.jpg._27a.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._29b.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._31.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._26a.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._24a.jpg

J’adore cette position de danseur avant de dérouler du fil et s’envoler en « ballooning » !

12.01.2018Lumix.jpg._25.jpg

 Mais l’identification de ces petites Linyphiidae toutes noires, ces « Money spiders », est une gageure… d’abord elles ne s’arrêtent que rarement donc difficiles à flasher et il existe plusieurs centaines d’espèces… En France, plus de 80 genres d’Erigonidae… à réserver aux spécialistes avec leur loupe binoculaires…

Quelques clichés moins nets…

12.01.2018Lumix.jpg._16.jpg

12.01.2018Lumix.jpg._10.jpg

Pfffff elle était en train de galoper… prise au vol !!

12.01.2018Lumix.jpg._43.jpg

Une femelle d’un autre genre…

12.01.2018Lumix.jpg._53.jpg

à un autre endroit…

13.01.2018Lumix.jpg._50.jpg

13.01.2018Lumix.jpg._52.jpg

13.01.2018Lumix.jpg._53.jpg

Un mâle…

13.01.2018Lumix.jpg._9.jpg

à la fin de ma promenade, il y en avait une qui pendait à mon appareil !

Bref, ces Money spiders étaient encore très présentes !

 

 

 

Froid persistant, on se calfeutre…

Rien à trouver à l’extérieur…

Un passage en cave m’a permis de voir trois araignées qui, quelques jours plus tard, avaient disparues… j’ai eu du bol là !!

Une « d’intérieur » qui montre rarement sa bouille dans les forums… On connaît les Pholcus (Pholques) aux pattes immenses, famille Pholcidae, cosmopolite… redoutable chasseurs dont une confrontation avec une Tégénaires n’effraient pas !

La mienne, ou plutôt le mien car c’est un mâle, est de la même famille, Pholcidae et répond au doux nom de Psilochorus simoni, que je vous ai déjà longuement présenté dans ce blog!

Son abdomen est plus globuleux, bleuâtre…

 

 

18.01.2017Lumix.jpg_3a.jpg

18.01.2017Lumix.jpg_7.jpg

Le suivant, car c’est aussi un mâle, se trouve habituellement dehors, dans le jardin…

De la famille Linyphiidae, c’est une Neriene montana aux pattes nettement annelées et plus grand que les autres espèces de Linyphiidae…

18.01.2017Lumix.jpg_11.jpg

La dernière, que je n’ai pas non plus dérangée, m’en a montré assez pour l’identifier…

Même famille que la Neriene, Linyphiidae, j’aime les appeler Xphantes car elles sont difficile à identifier jusqu’à l’espèce !

Le nombre d’épines sur le métatarse des pattes I peut aider à en trouver le groupe !

18.01.2017Lumix.jpg_13.jpg

 

Là, il faut plusieurs photos et…

 

18.01.2017Lumix.jpg_14.jpg

 

Plus d’une épine donc Lepthyphantes nebulosus, leprosus, minutus ou alcatris

J’élimine L. minutus (aux pattes annelées) et alcatris qui se trouvent habituellement loin des habitations…

Me reste donc Lepthyphantes nebulosus et leprosus et je me refuse de choisir !!

 

Voilà… aux prochaines !!

 

Les Xphantes…

Celle-ci m’est tombée dessus dans mon hall… Comme j’ai toujours une petite boite avec moi, elle est bonne pour une séance photos…

Pour l’identification, c’est compliqué… encore !

Je suis habitué de rencontrer chez moi et dans mon jardin les petites Lepthyphantes leprosus… et en forêt les L. minutus, toutes deux aux pattes annelées !

Celle du jour n’a pas les pattes annelées mais ça ne m’avance guère…

Je vous ai déjà longuement expliqué la théorie ici : https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2016/08/05/lepthyphantes-leprosus-2/

Voici une L. leprosus du mois d’Août

05.08.2016Lumix.jpg_4.jpg

et voici celle du jour…

19.11.2016Lumix.jpg_16.jpg

Toute petite… 2mm

19.11.2016Lumix.jpg_12.jpg
19.11.2016Lumix.jpg_19.jpg
19.11.2016Lumix.jpg_19a.jpg

 

Celle-ci m’est tombée dessus dans mon hall… Comme j’ai toujours une petite boite avec moi, elle est bonne pour une séance photos…

Pour l’identification, c’est compliqué… encore !

Je suis habitué de rencontrer chez moi et dans mon jardin les petites Lepthyphantes leprosus… et en forêt les L. minutus, toutes deux aux pattes annelées !

Celle du jour n’a pas les pattes annelées mais ça ne m’avance guère…

Je vous ai déjà longuement expliqué la théorie ici :

 

Voici une L. leprosus du mois d’Août

 

 

05.08.2016Lumix.jpg_4.jpg

 

et voici celle du jour…

 

 

19.11.2016Lumix.jpg_16.jpg

 

Toute petite… 2mm

 

 

19.11.2016Lumix.jpg_12.jpg

 

 

19.11.2016Lumix.jpg_19.jpg

 

19.11.2016Lumix.jpg_19a.jpg

 

 

 

 

 

Araignées diverses…

L’autre jour, mon regard fut attiré, en cave, par une toile d’araignée, habituellement invisible, mais dont quelques rayons de soleil découvraient toute sa complexité…

 

 

16.09.2016Lumix.jpg_2.jpg

 

16.09.2016Lumix.jpg_5.jpg

 

16.09.2016Lumix.jpg_6.jpg

 

16.09.2016Lumix.jpg_8.jpg

 

Un vrai moustiquaire naturel ! Ce remarquable travail est fait par une toute petite araignée, qui ne sort que la nuit, une Steatoda triangulosa (déjà présentée dans ce blog) mais que je n’ai pas encore eu l’occasion de flasher convenablement !

 

Dans mon jardin, sous un cache-pot retourné, j’ai trouvé une jolie petite araignée…

 

Une Lepthyphantes sp.

 

 

18.09.2016Lumix.jpg_39.jpg

 

18.09.2016Lumix.jpg_42.jpg

 

18.09.2016Lumix.jpg_46.jpg

 

18.09.2016Lumix.jpg_48.jpg

 

 

J’aime essayer de construire différents abris pour insectes & arachnides… Comme je sais qu’elles n’apprécient pas la clarté du jour, j’ai découpé des tuyaux foncés dans lesquels j’ai glissé un tuyau transparent pour me permettre de le retirer et de voir les habitants éventuels !

ça ne fonctionne pas toujours mais dans celui-ci, une araignée sauteuse s’est confectionné une toile-abri !

Une Marpissa muscosa

 

17.09.2016Lumix.jpg_8.jpg

17.09.2016Lumix.jpg_9.jpg

 

17.09.2016Lumix.jpg_10.jpg

 

Et voilà la Saltique…

 

 

17.09.2016Lumix.jpg_4.jpg

 

Pour terminer, voici deux araignées de la famille Tetragnathidae, très présentes dans mon jardin…

Une petite Tetragnatha sp.

 

17.09.2016Lumix.jpg_7.jpg

 

 

et une Metellina sp.

 

 

17.09.2016Lumix.jpg_12.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lepthyphantes… leprosus

Je les croise souvent, soit sur ma façade de jardin soit dans mes bûches, bref, un peu partout !

J’ai déjà traité cette espèce dans ce blog mais voici d’autres critères de sélection !

 

Plus d’une épine = Lepthyphantes groupe minutus (minutus, leprosus, alcratis et leprosus)

Voici ce que je vous en disais l’année dernière (voir Catégories) :

« Bon, je sais qu’elles ne sont pas spécifiquement nordiques… quoique le Guide des araignées de France et d’Europe de Michael J. Roberts précise quand même que les Lepthyphantes minutus (par exemple) « … sont largement répandues dans le nord de l’Europe » !

Grande famille ces Linyphiidae, très répandues, dont les Lepthyphantes (mais plusieurs noms de genres ont été modifiés), les Xphantes (comme j’aime les appeler…), se taille la part du lion avec plus de cinquante espèces !

J’ai déjà traité le sujet précédemment (voir catégories) mais je reprends l’essentiel de la théorie ici pour les Lepthyphantes leprosus et minutus

 

La théorie nous apprend que les seules Lepthyphantes ayant les pattes annelées sont minutus (fortement annelées) en forêt et leprosus dans et autour des maisons …

 

La théorie nous dit aussi que si leur métatarse de la patte I a plus d’une épine elles font partie du groupe L. nebulosus – leprosus – minutus et alcatris !

 

Enfin, l’épine du patella (qui est un segment des pédipalpes) de L. minutus est dite « nettement plus épaisse que les épines des pattes » ! (Pfff va pas être facile à vérifier cela !) »

 

Le site Unibe. ch relève d’autres détails :

http://www.araneae.unibe.ch/data/806/Lepthyphantes_minutus

 

 

 Vue prolatérale (?) Lepthyphantes leprosus vue prolatérale (?)

 

La mienne

 

05.08.2016Lumix.jpg_13a.jpg

 

Pfffff… pas si évident que ça par rapport à la même vue de L. minutus !

 

Ensuite, la vue dorsale du métatarse I (tjrs L. leprosus)

 

 

 

La mienne

 

 

05.08.2016Lumix.jpg_5.jpg

Mais j’avoue que c’est un véritable case-tête de comparer leprosus à minutus… je préfère privilégier le biotope… leprosus dans et autour des maisons et minutus en forêt !!

Cette petite femelle se trouvait dans ma cave, près de la porte du jardin…

05.08.2016Lumix.jpg_13.jpg

05.08.2016Lumix.jpg_3.jpg

05.08.2016Lumix.jpg_4.jpg

Un peu plus loin, c’était une Tégénaire juvénile, une femelle Tegenaria parietina qui avait fait sa toile à l’intérieur… Elle a retrouvé ses congénères dans le tas de bûches !

05.08.2016Lumix.jpg_10.jpg

05.08.2016Lumix.jpg_6.jpg