Archives de Catégorie: Misumena

QUELQUES RIKIKIS…(2)

Je continue donc à vous présenter les « petites » araignées rencontrées récemment !

Une « jolie » femelle Philodromus dispar de mon jardin, version nocturne !! (cliquez !)

La suivante n’est pas une araignée mais un Opilion qui fait bien partie de la famille des arachnides ! Les Opilions n’ont pas de venin !!

Je pense qu’il s’agit d’un Paroligolophus agrestis… typique avec sa bande dorsale claire !

Voici ses caratéristiques :

Paroligolophus       (2,8 à 4,6mm)

– Ocularium lisse, sans dent, quelques poils

– Trident typique (dont la dent centrale est la + grande)

– Pattes élargies et courtes        

– Bande dorsale claire

– Selle plissée derrière ocularium

– ocularium blanchâtre et semblant lisse

Mais revenons aux araignées… La suivante est bien connue comme « la terreur des ménagères » (et des autres !!), j’ai nommé la Tégénaire !!

J’en ai quelques-unes dans mon tas de bois, celle-ci, moins fréquente, est une Tégénaire des murs… Tegenaria parietina !

Essentiellement nocturnes, elles se baladent parfois sur ma façade arrière ! Alors… j’en profite !!

Bien poilue…

Un autre jour, un autre spécimen…

Toujours impressionnante !! (cliquez…)

A la fin de ce post, je posterai sa consoeur, Eratigena atrica, la Tégénaire noire qui est commune en automne !

La suivante, dans le même registre du délit de sale gueule, enfin, pour certains(es), est aussi une nocturne, de plus petite taille… La « mouse spider », l’araignée souris… déjà présentée dans ce blog (voir catégories), la Scotophaeus sp.

Les suivantes sont plus colorées et « sympas » !! Pour commencer un minuscule mâle araignée-crabe, Misumena vatia qui adore jouer à cache-cache avec le photographe… Elle (il) nous repère facilement !

J’adore « jouer » avec lui… Ci-dessous avec elle, car c’est sa femelle qui se cache !!

Une autre en plein repas !!

Très commune aussi en cette fin de saison dans nos jardins, c’est l’Epeire diadème, l’Araneus diadematus

Le verso permet de confirmer l’espèce… le fameux « scape » ! Surtout utile dans le sud où règne aussi sa cousine pallidus !

Celle-ci est particulièrement pâle… mais la couleur peut être très variable !!

La suivante est aussi un excellent modèle, très photogénique… tout petit… Une femelle Diaea dorsata !

Je viens d’en découvrir un autre, juvénile de la même espèce, je crois !!

Mue d’araignée…

C’est toujours une émotion que de voir une mue d’araignée… même si elles muent souvent (voir ci-dessous). C’est souvent du bol et une merveille de la nature !!

 

Voici la liste chronologiques des mues avec espèces :

06/2019 Nuctenea umbratica (Epeire des fissures) – Bois des Bruyères Waterloo

05/2018 Segestria bavarica – Forêt de Soignes 

08/2017 Drapetisca socialis –     »       »       « 

06/2017 Steatoda nobilis – île de Ré

04/2015 Gibbaranea gibbosa (Epeire bicorne) Avenue Tervuren

05/2014 Philodromus groupe aureolus                  »            « 

08/2012 Tetragnatha  dans mon jardin Waterloo

05/2011 Araneus angulatus (Epeire à dents de scie) Bois des Bruyères Waterloo

06/2008 Araneus diadematus (Epeire diadème) dans mon jardin Waterloo

08/2007 Linyphia triangularis dans mon jardin Waterloo

08/2007 Opilion                          »        »         »           « 

09/2006 Misumena vatia            »         »         »           « 

 

Voici donc la mue d’hier, un superbe mâle Nuctenea umbratica (Epeire des fissures)

 

16.06.2019Lumix.jpg_44

D’après le livre de Michel Hubert « Les Araignées » : « le nombre de mues qu’effectue une Araignée est très variable : de 5 à 13, selon les espèces considérées. La mue ne répond pas seulement à une accroissement de la taille. A chaque mue, on constate, en plus des modifications de la morphologie tant interne qu’externe, des modifications de l’instinct et du comportement… »

 

« Comme tous les arthropodes, les araignées ont une cuticule* qui recouvre leur corps ; cependant la rigidité de cette cuticule pose un problème lors de la croissance de l’animal. Pour grandir celle-ci est obligée de « changer de peau »… On appelle ceci la mue.

L’épiderme sécrète une nouvelle cuticule sous l’ancienne qui se décolle après avoir été en grande partie dissoute par. Puis l’ancienne cuticule se fend et l’animal en sort laissant derrière lui ce qu’on appelle une exuvie* et que l’on peut facilement observer accrochée au bas des toiles chez certaines espèces. Une fois sorti de son ancienne cuticule, l’animal doit attendre que la nouvelle sèche et se durcisse au contact de l’air. La mue est une phase très critique de la vie de l’araignée pendant laquelle l’animal est très vulnérable. C’est pourquoi les araignées se retranchent dans un endroit calme pour muer. »

http://www.lyceepontusdetyard.fr/svt/araignee/araignee_sc.php?num=2

 

« L’araignée comme tous les autres êtres de cette planète, voit sa taille augmenter avec le temps, même les plus gros spécimens avaient à leur naissance une taille minuscule.

Cependant chez les arthropodes comme le squelette est constitué par une enveloppe externe qui elle ne grossit pas contrairement à ce qu’il renferme, cette carapace devient très vite un vêtement trop étroit pour l’araignée. C’est à ce moment qu’elle doit muer.

Le nombre de mue dans la vie de l’araignée varie selon les espèces, la longévité et le sexe qui lui est étroitement lié, les mâles vivant en général moins longtemps que les femelles. Cependant toutes les araignées doivent exécuter cette tâche de nombreuses fois dans leurs vies et ce, dès leurs premiers jours.

L’araignée sous son embarrassant corset va se fabriquer une peau souple recouvrant la totalité de son corps comme une combinaison que l’on appelle une cuticule.

Quand elle est prête elle fait alors sauter le dessus de son céphalothorax et commence à s’extirper lentement de sa carapace en dégageant ses pattes de concert. Après ce périlleux exercice délaissant sa vieille armure vide (exuvie), l’araignée se repose dans son pyjama très souple, ses chairs n’étant plus soumises à la compression exercée par son squelette externe, l’araignée voit sa taille sensiblement augmenter. Puis très vite l’air durci le souple habit le transformant en une nouvelle carapace. »

« la mue des araignées n’a été ainsi observée dans toute sa durée que grâce à des spécimens en captivité. »

tiré du site : http://www.chez.com/tegenarius/mue.htm

 

(je suis donc plutôt fier de cette « capture » en direct…ndlr en 2006… et à fortiori en 2017, 2019 & 2019…)

 

 

Nettoyage de printemps (suite)

Toujours un plaisir de scruter les sacs de déchets de jardin d’où s’échappent insectes et arachnides…

Beaucoup de juvéniles, bien sûr…

Quelques araignées-crabes Misumena vatia, quelques « petite bouteille » Mangora acalypha et quelques Philodromus …

Le sac de jardinage était dans une structure métallique, elles arpentaient le manche…

Un Philodromus sp. accompagné de son fil de sécurité !

04.03.2019lumix.jpg_2

Le Philodromus suivant fut prélevé pour le sortir du sac ! Vraisemblablement un Philodromus dispar juvénile !

04.03.2019lumix.jpg

 

Vient ensuite la vedette du jour… Une araignée-crabe (Thomisidae), un mâle juvénile Misumena vatia… espèce chaque année bien présente dans mon jardin !

 

04.03.2019lumix.jpg_8

04.03.2019lumix.jpg_18

 

Le voici en boule, fixé le long de son fil… j’ai redressé la photo !!

 

04.03.2019lumix.jpg_5

04.03.2019lumix.jpg_6

Je l’ai aussi prélevé pour le sauver… une autre petite araignée est venue s’inviter dans la même boite… c’est celle qu’on appelle « petite bouteille », Mangora acalypha, qui grimpe allègrement sur le dos de l’araignée-crabe !!

 

04.03.2019lumix.jpg_7

Une autre « petite bouteille »…

05.03.2019lumix.jpg_3

 

La Hulotte n° 73… fort bien fait !!

 

Mangora

Revoici le « couple »…

04.03.2019lumix.jpg_9

J’adore sa manière, sa position d’intimidation…

 

04.03.2019lumix.jpg_22

 

Je l’ai ensuite, comme les autres, remis sur le support d’où il venait !!

 

04.03.2019lumix.jpg_26

 

Les Philodromus sp. suivent le même chemin !!

 

04.03.2019lumix.jpg_15

Remarquez les pattes du deuxième au-dessus !

 

04.03.2019lumix.jpg_17

L’ Anyphaena accentuata, dite araignée-citroën à cause des chevrons de son abdomen est aussi présente ! (photo moins bonne !)

 

04.03.2019lumix.jpg_13

Pour terminer, un autre Philodromus sp. qui s’est invité dans ma cuisine… mais toujours de tout petit modèle « de saison » !!

 

03.03.2019lumix.jpg_2

03.03.2019lumix.jpg_3

Mon FZ200 vient de me lâcher…

 

 

Ben oui… Plus de flash et en pleine balade en plus… et comme je prends toutes mes photos au flash !!

Voici donc mes derniers clichés avant la panne…

Magnifique forêt !!

04.09.2018Lumix.jpg._2

Je privilégie toujours, pour le moment, les araignées trouvées au sol, sous des débris forestiers divers !

Une Coelotes sp. (j’ai demandé confirmation à KvK et rectifierai si nécessaire !)

Coelotes s.l. (sensu lato) pour Koen !

 

04.09.2018Lumix.jpg._5

 

04.09.2018Lumix.jpg._8

La suivante n’est pas une araignée mais bien une Arachnide… Un Opilion avec un mimétisme parfait sous une écorce de hêtre tombé au sol (un Opilio, je crois).

 

04.09.2018Lumix.jpg._16

Faut vraiment avoir l’œil là car la bestiole ne bougeait pas du tout… pour mon plus grand plaisir…

04.09.2018Lumix.jpg._17

 

Pour la suivante, c’est une petite Tégénaire… J’utilise ce vocable flou car je ne suis pas sûr ! Vraisemblablement Eratigena picta ou une autre Tegenaria… Attendons plus expérimenté ! Les pattes unicolores et le céphalo sans dessin confirment picta !

C’est bien Eratigena picta pour KvK

 

04.09.2018Lumix.jpg._21

Trouvé sur le net pour Eratigena picta : « Céphalothorax brun assez sombre sans aucun dessin. abdomen brun grisatre sombre, quelquefois avec un décor comme [i]T agrestis. Pattes colorées comme le céphalothorax, sans taches et non annelées. »

04.09.2018Lumix.jpg._26

La suivante, encore plus petite, peut-être la même espèce car trouvée au même endroit !

Une juvénile… (KvK)

 

04.09.2018Lumix.jpg._55

 

04.09.2018Lumix.jpg._56

 

La suivante, par contre, est moins juvénile… la voici lovée dans sa toile, toujours sous un débris de bois !

 

04.09.2018Lumix.jpg._73

5mm… plausible pour une jeune Eratigena picta ou silvestris !! P.S. pas silvestris car elle a les pattes annelées… donc E. picta dont le céphalo est sans dessin !!

Taille : femelle 7-9mm (ou 6-7mm ça dépend des guides), mâle 5,5-8mm (5,5-6mm)

Trouvé sur le net pour Eratigena picta : « Céphalothorax brun assez sombre sans aucun dessin. abdomen brun grisatre sombre, quelquefois avec un décor comme [i]T agrestis. Pattes colorées comme le céphalothorax, sans taches et non annelées. »

04.09.2018Lumix.jpg._77

 

Ensuite, les araignées-loup… de petites Lycosidae, toujours difficiles à déterminer…

Peut-être une Pardosa sp. ?… du groupe lugubris (KvK)

 

04.09.2018Lumix.jpg._69

La suivante est en pleine prédation d’une autre araignée que je n’ai pas pu identifier… mais elle y tenait car elle ne l’a jamais lâchée !! Vraisemblablement une autre espèce !

 

04.09.2018Lumix.jpg._59

 

et c’est à ce moment, je crois, que mon flash a lâché… dommage car je l’avais « mitraillée » !

 

04.09.2018Lumix.jpg._45

 

04.09.2018Lumix.jpg._51

 

04.09.2018Lumix.jpg._58

D’où le manque de netteté !

04.09.2018Lumix.jpg._54

 

Voici la dernière photo de mon FZ200 sans flash mais en plein soleil… Bof… Une Coelotes sp.

 

04.09.2018Lumix.jpg._85

Suite à cela, j’ai repris mon bon vieux bridge Canon Powershot SX40HS pour continuer mes photos dans mon jardin… Toujours mes araignées crabes, un peu flou mais bon, je dois me réadapter à mon vieux matos !!

 

04.09.2018.Canonjpg._10

Un jeune mâle Misumena vatia

04.09.2018.Canonjpg._17

 

Et voici un Philodromus sp. profitant des dernières roses… fanées…

 

06.09.2018Lumix.jpg._3

 

06.09.2018Lumix.jpg._4

Ben ce vieux Canon fonctionne encore bien… J’ai même pu prendre le bloc oculaire… toujours difficile chez les Philodromus ça !!

 

06.09.2018Lumix.jpg._4a

 

06.09.2018Lumix.jpg._7

 

A la prochaine…