Archives de Catégorie: Non classé

Robes de Steatoda nobilis

Comme d’autres araignées, les « robes » de Steatoda nobilis peuvent être variables…

Les « classiques »… Une femelle (cliquez pour agrandir )

Le mâle

Plus brune… avec un folium presqu’effacé !

Orangé…

17.10.2017Lumix.jpg._30.jpg

11.06.2016LumixRé.jpg_81.jpg

Un juvénile…

11.06.2016LumixRé.jpg_22.jpg

Classiques…

19.09.2018Lumix300.jpg._15
19.09.2018Lumix300.jpg._33

Dessin plus effacé !

18.04.2018Lumix.jpg._49
17.10.2017Lumix.jpg._41.jpg
29.07.2017Lumix.jpg_19.jpg

Le céphalo foncé du mâle…

16.06.2016LumixRé.jpg_63.jpg

Femelle bien foncée…

15.06.2016LumixRé.jpg_93.jpg
15.06.2016LumixRé.jpg_80.jpg
16.08.2015OhGreen 011.JPG
16.08.2015OhGreen 012.JPG

Certaines femelles ont aussi un céphalo foncé !!

19.06.2014Lumix 012.JPG

Dessin presqu’effacé !

03.06.2014LumixRé 005.JPG

Mâle classique !

30.08.2013Canon 148.JPG
30.08.2013Canon 146.JPG

Les petites Xphantes (Leptyphantes…)

J’aime appeler ces petites Linyphiidae… Xphantes !

Toujours difficilement identifiables, on les regroupe parfois via le nombre d’épines de leur métatarses ou de leurs pattes annelées ou pas !

J’ai toujours eu beaucoup de petites Lepthyphantes chez moi, dans la cave et dans le jardin, vraisemblablement des L. leprosus (entre 2,5 et 4mm… des rikikis !)

Elles ont adopté une porte-fenêtre métallique et créé un réseau de fils très dense où, attirés par la lumières, moustiques et autres petites mouches viennent s’empêtrer !

Jugez plutôt… (cliquez pour agrandir)

Pour l’identification, une bonne vue du « ventre », de l’épigyne (caractéristique) est nécessaire !

(« Facile » car elle sont toujours à l’envers sous leur toile, un réseau irrégulier de fils enchevêtrés !)

Celle ci-dessus se trouvait de l’autre côté de la porte, à l’extérieur !

Mais… une autre araignée fait son approche… Une femelle Marpissa muscosa (j’en ai plein mon jardin…) !

Elle semblait « patrouiller » autour des toiles des Lepthyphantes

A peine cette photo prise, elle s’est retournée et m’a regardé fixement… clic ! clac !

Je l’ai suivi quelques temps mais ne l’ai pas vu s’approcher des Lepthyphantes… faut dire que le filet de toile est particulièrement dense.

Je continuerai plus tard pour vous parler des différentes espèces de Xphantes !

Metellina merianae variante celata…

Me revoici donc au tunnel (humide) de la Laye que je vous ai déjà présenté ici : https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/category/metellina-merianae-var-celata/

Toujours aussi impressionnant… des Metellina partout, surtout au début, une petite dizaine tous les mètres… On ne sait plus où regarder !!

Je me suis donc contenté d’une cinquantaine de mètres pour photographier, à la lueur d’une torche électrique, les « classiques » Merianae et sa variante celata (5% des cas, paraît-il !) – cliquez pour agrandir

Voici maintenant sa variante celata… superbe !!

Proximité aidant, ces deux femelles délimitent leur territoire !!

Pour les cocons, ils semblent rassemblés au milieu du tunnel… (blanc sur blanc, pas facile !)

Méthodes et techniques photos…

Un abonné aux newletters (stefdebarcelo (que je remercie pour ses compliments) me demande :

« Est-ce que vous pourriez nous expliquer vos méthodes et techniques pour photographier avec cette qualité (sans tuer en plus) « 

Avec plaisir… J’ai toujours aimé travailler « léger »… J’ai donc opté pour un « simple » bridge à écran orientable, une nécessité pour moi, car bien utile dans beaucoup de situations… J’ai jeté mon dévolu pour les Panasonic Lumix, j’ai commencé par le FZ200 que j’ai trouvé formidable… malheureusement son flash interne à lâché (je prends toutes mes photos avec le flash intégré) et suis passé au FZ300… un peu moins bien à mon goût ! J’ai ensuite fait réparer le 200 et me sers des deux actuellement !

« Mais l’objectif fait de l’ombre au flash quand on est à 5cm de la bestiole, me direz-vous »… Oui !

Là intervient la lentille Raynox DRC250, qui se clipse sur l’objectif, qui permet, en zoomant, de reculer à 20cm du sujet et à redonner toute sa puissance au flash ! Cette lentille permet aussi surtout le fort grossissement que vous semblez apprécier! Certains préfèrent la DRC150 un peu facile d’usage mais avec un plus faible grossissement ! Pour éviter les « fromages blanc », comme on dit, quand on est trop près du sujet, j’ai aussi façonné un « cache maison », visible ici : https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2011/03/30/matos-photo-lentille-raynox/

Ces « Trucs et astuces » se trouve dans la rubrique CATEGORIES et vous explique le « coup du miroir », par exemple, lorsqu’on veut photographier une araignée à l’envers sous sa toile, sans trop la déranger !

Travailler « léger » c’est aussi utiliser un pied (souvent bien utile avec la lentille Raynox DRC250) et j’ai opté pour un monopod qui est un peu tout terrain (pente etc…).

Au niveau technique, réglages…, je n’y connais pas grand chose… J’ai fait un réglage un fois pour toute sur A et ne modifie que de temps à autre la puissance du flash suivant les situations. J’essaye de prendre mes clichés in situ mais il m’arrive aussi de prélever des bestioles pour mieux les photographier car certaines ne s’arrêtent jamais de bouger, et, dans ce cas, je me fais toujours un point d’honneur de les redéposer au même endroit… éthique oblige !

Voilà, en gros, « ma » technique… mais je reste à votre disposition pour d’autres éclaircissements éventuels !!

sortie forestière…

Toujours en forêt de Soignes, voici les quelques arachnides rencontrées…

Commençons par celles qui m’ont donné leur plus beau profil… enfin de face !! (cliquez pour agrandir !)

Une femelle Xysticus sp., toujours photogénique !!

La veille, j’en avais rencontré une autre… en pleine prédation !

Et encore une autre…

Pour la taille…

Viennent ensuite une série d’arachnides pour lesquelles l’avis de KvK (Koen Van Keer) m’a été bien utile ainsi que Luc Vanhercke pour l’Opilion !

Opilion qui est un Paroligolopus agrestis juvénile !

Le suivante est un mâle Clubiona, peut-être caerulescens

Puis une série d’Araneus cf. triguttatus… pas écidentes celles-là ! Une parasitée…

Une que je rencontre habituellement dans mon jardin, une Marpissa muscosa juvénile !

Une que je rencontre régulièrement en forêt de Soignes, une petite Saltique, une Ballus chalybeius… superbe !!

Pour terminer, de jolies couleurs aussi pour cette Diodie tête-de-mort, Zillia diodia avec son masque funéraire africain sur le dos !

Voilà… à la prochaine !!

Araignées du jour…

Petite balade en forêt… Les Dictynidae sont de sortie !

Araignées cribellates dont la taille maximale n’est que de 5mm !!

Un beau rouquin pour commencer… (cliquez) en position de ballooning pour se déplacer – Nigma flavescens !

Un autre mâle en pleine prédation…

Une femelle…

Sur un autre support, un Philodromus sp.

A bien y regarder, je m’aperçois qu’il est aussi en pleine prédation… On devine les pattes de la proie en-dessous !!

C’est ensuite une minuscule araignée-sauteuse qui attire mon regard… Un mâle Ballus chalybeius qui me regarde !!

Une balade agréable !!

Philodromus dispar de mon jardin !

Joli jeune mâle (4mm de corps) Philodromus dispar !

Dans le livre de Michel Hubert « Les Araignées », un peu obsolète 1979, l’auteur distingue les Philodromus par le nombre de paires d’épines ventrales des tibias 1 !

Faut donc flasher SOUS les tibias 1… un bocal en verre (fermé car le Philodromus grimpe sur les surfaces les plus lisses, comme le verre, et n’arrête pas de courir… !

« Suffit » d’attendre qu’il s’arrête pour le flasher !

Cliquez pour grandir…

Jamais simple de parvenir à « capter » le regard des Philodromus !

Et voici les fameuses épines… 4 à 6 paires sous les tibias 1 pour Philodromus dispar !

Les autres espèces de Philodromus n’en n’ont que trois, voire deux paires !