Archives de Catégorie: Philodromus

Mes petites de juillet !

D’abord celles trouvées à l’intérieur… Beaucoup de Marpissa muscosa dans mon petit jardin… Celle-ci, à l’affût sur une fenêtre de mon salon, a chopé une grosse mouche, pour mon plus grand plaisir… (cliquez pour agrandir)

La suivante, une femelle Philodromus dispar, n’a pas trouvé mieux que pondre et faire un cocon dans un pot de fleurs de ma cuisine… Oui ! Oui ! Voici la plante…

Belle, non !

Pour m’éviter une colonie dans ma cuisine, j’ai prélevé la feuille et je l’ai déposée, avec toute la famille, dans un autre pot, sur ma terrasse !

La suivante fut ramenée du jardin dans une fleur d’hortensia… Une petite Saltique qui répond au doux nom d’Heliophanus cupreus… une belle bouille aussi !

Typique avec ses chélicères jaunes fluo… Helios oblige !

5mm de corps, c’est une rikiki !

La dernière du jour, trouvée sous mes petits pots en terre-cuite, refuges pour quantité de bestioles, m’a apporté la preuve que les Amaurobius fenestralis et/ou similis, ne dédaignaient pas d’attaquer une fourmis, toujours efficace pour se défendre avec son acide formique…

Voilà… Jusqu’à la prochaine !!

Araignée de mon jardin…

Commence à faire meilleur… Un petit tour dans mon jardin pour admirer les arachnides cachées sous mes petits pots en terre cuite !

Commençons par une minuscule (entre 3 et 5mm) Ballus chalybeius… (Salticidae – Araignée sauteuse)

J’ai lu ici http://adepentomo.fr/tag/arach/ une méthode pour la différencier de Ballus rufipes (mais à vérifier) :

 La présence d’un trait noir sur la patte IV (1) s’arrêtant au tibia évitera la confusion avec B. rufipes dont le trait se poursuit sur le tarse et le métatarse.

Ensuite, très présentes dans mon jardin, une Marpissa muscosa (Salticidae – Araignée sauteuse)

Très présents aussi, les Philodromus… Le premier, je le range dans les Philodromus sp. (species… qu’on utilise quand on n’est pas sûr de l’espèce… bien qu’ici, j’y verrais bien le groupe aureolus !)

Pour le suivant, je crois que c’est un Philodromus dispar !

Solide prédateur de mes arachnides, ce Rouge-gorge est incroyable… Quand on jardine, il vient près de nous, à une trentaine de cm, avant de fouiller le sol… On l’adore !! (cliquez pour agrandir)

Balade forestière… Araignées

Petite balade en forêt de Soignes hier… ça commence à sortir !!

17° de différence entre il y a une semaine (-5°) et aujourd’hui (12°) !

J’adore ce pied d’arbre !!

La première rencontrée est une Araniella sp., toujours en couleurs automnale/hivernale… Elle sera vert-fluo au printemps !! (cliquez…)

C’est ensuite peut-être une Atea sp. (Araneus sturmi/triguttatus) ? mais je doute aussi… Je vais demander confirmation à Koen Van Keer !

Bon, j’ai un peu forcé sur le contraste et un peu trop éclairci… On m’a même demandé su j’avais un filtre orange… Que neni, c’est le même réglages pour mes autres clichés… mais effectivement, sans réglage, ça donne ceci

Pour la suivante, c’est Philodromus sp. … joli mimétisme qui plus est avec une bonne vue… quand j’approchais trop, elle levait deux pattes pour dire… « Pas plus près !! »

Pour terminer, une jolie Gibbaranea gibbosa, typique avec sa couleur vert-kaki !!

Nouvel invité sous mes petits pots…

Entre deux « draches », comme on dit chez nous, et ça n’arrête pas depuis un certain temps, un rayon de soleil me fait sortir pour vérifier les squatters de mes petits pots !

C’est un Philodromus sp. (Philodromidae)qui ouvre la visite… Trop difficile à déterminer… peut-être du groupe aureolus mais ?

Cliquez pour agrandir…

Les suivantes sont des araignées-sauteuses, Marpissa muscosa… (Salticidae)

Bien « au chaud » dans son abri de toile !

Viennent ensuite les « araignées citroën » Anyphaena accentuata (Anyphaenidae)… très présentes aussi et qui rejoindront la canopée à la belle saison !!

Avec son garde-manger à portée de pattes !! Un Collembole !

Même sur un fer à béton recouvert d’un pot !

Une toute petite araignée noire, qu’on appelle outre-manche « Money spider » est aussi présente… trop difficile à déterminer… peut-être chez Erigoninae mais ?

Pour la suivante, je ne sais pas et je n’ai pas voulu la déranger plus !!

Voilà, Jusqu’à la prochaine visite alors !!

Araignées covid…

Ben oui… On met tout à la sauce covid en ce moment ! Ma promenade habituelle en forêt de Soignes varie un peu car depuis quelques semaines le garde forestier a fait changer les nombreuses bornes en bois sur lesquelles je trouvais une partie de mes modèles ! A chaque carrefour de chemins, il a renouvelé les piquets où figurent les autorisations et interdictions pour les piétons, vélos et chevaux…

Bref, il y en a un peu partout pour mon plus grand plaisir !! Alors, pour commencer, c’est une petite araignée en position de balloning qui a attiré mon attention ! Je rappelle que les petites araignées, pour se déplacer, déroulent du fil lorsqu’il fait venteux et chaud (bon, c’est pas vraiment le cas ici !) sur un point haut… le fil soit s’enroule un peu plus loin, soit est emporté par le vent et l’araignée décide de « lâcher » ses prises et s’envole !! (cliquez pour agrandir)

C’est ici une petite femelle Tetragnatha sp., difficile d’aller plus loin !!

Synchronicité intéressante, un cycliste s’arrête à ce moment et me demande pourquoi je photographie un piquet de bois… Je lui explique donc ce que je fais et le principe du balloning… il sourit et me montre ce qui est inscrit sur sa casquette… une publicité pour les voyage en ballon… Ballooning quelque chose… Comique, non ? Bref, nous avons échangé sur nos expériences respectives !

L’araignée suivante est une femelle Philodromus sp., tout aussi difficile à déterminer jusqu’à l’espèce !

La suivante est une Araniella sp. (cucurbitina – opisthographa) aussi indiscernables sur photo… Elle naissent couleur des feuilles automnales, rousses, pour évoluer pour devenir vert-fluo des feuilles printanières… comme la nature est bien faite !!

Pour celle ci-dessous, je ne sais pas… Toute petite aussi… faudra que je demande à mon mentor !

Caramba… mais bien sûr !! A chaque fois que je rencontre cette araignée, c’est la même chose… Voir https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2015/04/20/lathys-humilis-2mm/

C’est donc une Lathys humilis (Dyctinidae) Pfffff !! Voici la prose de l’époque (2015) :

« Le céphalo-thorax porte une (?) strie thoracique longitudinale, peu visible du fait de la pilosité » m’avait répondu Aloys Staudt (dont le site http://www.spiderling.de/arages/Fotogalerie/Fotogalerie_f… est une référence pour moi)

il ajoutait :  » Les yeux médians antérieurs sont noirs, les autres gris blanchâtres, les pattes ont comme caractéristique de ne porter qu’une seule ou aucune « trichobotrie »  sur les tarses et d’avoir la 4e paire de pattes munie d’un calamistrum (c’est un genre de peigne qui sert à peigner la soie pour faire une soie cribellate…) typique des araignées dites cribellates, une soie cotonneuse style velcro, très efficace comme piège… je dois avoir une photo de calamistrum d’Amaurobius quelque part mais ici, comme je ne l’avais pas déterminée (éh ! oui, il m’a fallu l’avis de l’arachnologue Koen Van Keer) je n’ai pas su focaliser sur cette partie avant de la relâcher (car je me fais un point d’honneur à toujours relâcher mes bestioles :-))) … )

Alors : Trichobotries : Longue soie presque verticale d’une patte sortant d’une petite cavité en cupule. Elle détecteles vibrations et les courants de l’air. (Roberts)

Alors pour celles et ceux que ça intéresse, voici les familles (belges) d’araignées cribellates :

Eresidae, Amaurobiidae, Dictynidae, Titanoecidae, Uloboridae er Oecobiidae

En Belgique, deux Lathys son recensée : L. humilis et L. stigmatisata

Lathys humilis est très fréquente sur les arbres et les buissons…

Ensuite, une petite araignée que je rencontre souvent… une Ballus chalybeius… Sympathique araignée-sauteuse qui suit de ses grands yeux vos moindres mouvements …

Les dernières du jour sont des arachnides sans venin… Deux Opilions !! D’abord un Opilio canestrinii… L’ocularium est assez petit et plat et de couleur claire, entouré de quelques épines. Les traits blancs surlignés de noir de l’abdomen le rendent assez reconnaissable…

Pour le deuxième, je dois encore chercher ses caractéristiques, un mâle, je crois !!

L’ocularium sombre et lisse devrait m’aider… Je dirais un mâle Leiobunum rotundum !

« Ma » forêt… enfin !

VOIR mail du 15.06.2013 avec les clés pour Cyclosa (de Laurent Chappelière)

Confinement oblige, plus question de prendre sa voiture pour aller en forêt… qu’à cela ne tienne… car je n’y tenais plus… j’ai enfourché ma bicyclette pour m’y rendre…

Certains sentiers étaient de véritables autoroutes, enfants, cyclos, promeneurs… fallait faire attention aux carrefours !

Ca ne m’a pas empêché de trouver deux araignées… Un Philodromus, que je crois dispar, en pleine prédation d’une autre petite araignée indéterminée ! (cliquez…)

La deuxième araignée est un mâle Cyclosa conica, je crois !

Carabe de la forêt de Soignes…

J’ai déjà rencontré des Carabes en forêt de Soignes (Voir catégories)

https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2014/09/24/carabe-a-reflets-dor-coleoptere/

https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2012/09/23/carabe-problematique-carabus-problematicus/

https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2012/09/05/coleoptere-carabus-auronitens-carabe-a-reflets-dor/

 

Plus commun, c’est un Cychrus attenuatus ( Merci à Jean Delacre http://www.jdelacre.be/Travaux/page5/page5.html ) retrouvé ce jour sous un morceau de bois en forêt de Soignes !

 

25.11.2019Lumix.jpg_10

 

25.11.2019Lumix.jpg_12

 

25.11.2019Lumix.jpg_15

 

Quelques araignées aussi… Une Coelotes !

Bien cachée…

 

 

25.11.2019Lumix.jpg_21

 

25.11.2019Lumix.jpg_19

 

Remise délicatement sous la souche…

 

25.11.2019Lumix.jpg_23

 

Je n’ai pas trop dérangé la suivante, vraisemblablement une Cicurina cicur

 

25.11.2019Lumix.jpg_24

 

25.11.2019Lumix.jpg_29

 

et pour terminer, un petit Philodromus sp.

 

25.11.2019Lumix.jpg

 

25.11.2019Lumix.jpg_6

Après l’orage – Philodromus buxi…

J’aime me balader après l’orage dans le bois des Bruyères, près de chez moi… C’est un peu comme à la pêche, juste avant et après l’orage… Martine me comprendra !!

Tout le monde est dehors… Les insectes se sont réfugiés en hauteur et les prédateurs sont en quête d’un repas !!

Comme ici, un Philodromus sp. (vraisemblablement du groupe aureolus) en pleine prédation…

20.07.2019Lumix.jpg_35

 

 

Quelques Epeires des fissures sont sur le qui-vive… une patte sur leur toile en attendant les proies… mais très difficile à faire sortir de leur repaire !

Celle-ci, une Nuctenea umbratica (Epeire des fissures) était sortie… avec comme voisine un Philodromus buxi qu’on ne vois pas si souvent !

 

20.07.2019Lumix.jpg_22

 

 

 

 

 

Et le Philodromus buxi… (déjà rencontré il y a quelques temps, plus ou moins au même endroit !)

 

 

20.07.2019Lumix.jpg_23

Les Tégénaires, ici une Tegenaria ferrufinea, sont aussi à l’affût !!

 

20.07.2019Lumix.jpg_28

 

 

Pour terminer, une de mes préférées, une femelle Marpissa muscosa, la plus grande araignée sauteuse de Belgique !

 

20.07.2019Lumix.jpg_46

 

 

20.07.2019Lumix.jpg_48

Mue d’araignée…

C’est toujours une émotion que de voir une mue d’araignée… même si elles muent souvent (voir ci-dessous). C’est souvent du bol et une merveille de la nature !!

 

Voici la liste chronologiques des mues avec espèces :

06/2019 Nuctenea umbratica (Epeire des fissures) – Bois des Bruyères Waterloo

05/2018 Segestria bavarica – Forêt de Soignes 

08/2017 Drapetisca socialis –     »       »       « 

06/2017 Steatoda nobilis – île de Ré

04/2015 Gibbaranea gibbosa (Epeire bicorne) Avenue Tervuren

05/2014 Philodromus groupe aureolus                  »            « 

08/2012 Tetragnatha  dans mon jardin Waterloo

05/2011 Araneus angulatus (Epeire à dents de scie) Bois des Bruyères Waterloo

06/2008 Araneus diadematus (Epeire diadème) dans mon jardin Waterloo

08/2007 Linyphia triangularis dans mon jardin Waterloo

08/2007 Opilion                          »        »         »           « 

09/2006 Misumena vatia            »         »         »           « 

 

Voici donc la mue d’hier, un superbe mâle Nuctenea umbratica (Epeire des fissures)

 

16.06.2019Lumix.jpg_44

D’après le livre de Michel Hubert « Les Araignées » : « le nombre de mues qu’effectue une Araignée est très variable : de 5 à 13, selon les espèces considérées. La mue ne répond pas seulement à une accroissement de la taille. A chaque mue, on constate, en plus des modifications de la morphologie tant interne qu’externe, des modifications de l’instinct et du comportement… »

 

« Comme tous les arthropodes, les araignées ont une cuticule* qui recouvre leur corps ; cependant la rigidité de cette cuticule pose un problème lors de la croissance de l’animal. Pour grandir celle-ci est obligée de « changer de peau »… On appelle ceci la mue.

L’épiderme sécrète une nouvelle cuticule sous l’ancienne qui se décolle après avoir été en grande partie dissoute par. Puis l’ancienne cuticule se fend et l’animal en sort laissant derrière lui ce qu’on appelle une exuvie* et que l’on peut facilement observer accrochée au bas des toiles chez certaines espèces. Une fois sorti de son ancienne cuticule, l’animal doit attendre que la nouvelle sèche et se durcisse au contact de l’air. La mue est une phase très critique de la vie de l’araignée pendant laquelle l’animal est très vulnérable. C’est pourquoi les araignées se retranchent dans un endroit calme pour muer. »

http://www.lyceepontusdetyard.fr/svt/araignee/araignee_sc.php?num=2

 

« L’araignée comme tous les autres êtres de cette planète, voit sa taille augmenter avec le temps, même les plus gros spécimens avaient à leur naissance une taille minuscule.

Cependant chez les arthropodes comme le squelette est constitué par une enveloppe externe qui elle ne grossit pas contrairement à ce qu’il renferme, cette carapace devient très vite un vêtement trop étroit pour l’araignée. C’est à ce moment qu’elle doit muer.

Le nombre de mue dans la vie de l’araignée varie selon les espèces, la longévité et le sexe qui lui est étroitement lié, les mâles vivant en général moins longtemps que les femelles. Cependant toutes les araignées doivent exécuter cette tâche de nombreuses fois dans leurs vies et ce, dès leurs premiers jours.

L’araignée sous son embarrassant corset va se fabriquer une peau souple recouvrant la totalité de son corps comme une combinaison que l’on appelle une cuticule.

Quand elle est prête elle fait alors sauter le dessus de son céphalothorax et commence à s’extirper lentement de sa carapace en dégageant ses pattes de concert. Après ce périlleux exercice délaissant sa vieille armure vide (exuvie), l’araignée se repose dans son pyjama très souple, ses chairs n’étant plus soumises à la compression exercée par son squelette externe, l’araignée voit sa taille sensiblement augmenter. Puis très vite l’air durci le souple habit le transformant en une nouvelle carapace. »

« la mue des araignées n’a été ainsi observée dans toute sa durée que grâce à des spécimens en captivité. »

tiré du site : http://www.chez.com/tegenarius/mue.htm

 

(je suis donc plutôt fier de cette « capture » en direct…ndlr en 2006… et à fortiori en 2017, 2019 & 2019…)