Archives de Catégorie: Scotophaeus

Scotophaeus scutulatus (Gnaphosidae)

Comme chaque année, j’ai rentré quelques bûches pour mon feu ouvert. Cette opération demande un nettoyage minutieux de chaque bûche pour en déloger les araignées qui seront, bien entendu, remise vivantes dans le tas de bûches restant !

Pas vraiment de surprise cette année, c’est la copie conforme de 2020, les mêmes araignées ! https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2020/11/27/buches-araignees/

Qu’à cela ne tienne, le prélèvement de cette année a fait l’objet de clichés ! Celle-ci m’a fait chercher et pourtant je la connais bien mais sa taille, plus de 15mm de corps, m’a fait douter !

La fameuse Mouse spider des anglais, l’araignée-souris… Ici une belle femelle Scotophaeus sp. Jugez plutôt… Un abdomen poilu gris-souris (cliquez pour agrandir)

Un céphalothorax qui se termine en pointe, comme le museau d’une souris…

Autre caractéristique de cette Gnaphosidae, ce sont les yeux…  les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs ronds (contrairement aux Drassodes à qui elles ressemblent) !

En voici une deuxième trouvée sous une autre bûche !

L’épigyne de la première mais qui n’apporte pas grand chose pour essayer de déterminer s’il s’agit de Scotophaeus blackwalli ou scutulatus. J’en resterai donc à Scotophaeus sp. Quoique (voir plus bas !!)

Merci à Koen Van Keer (ARABEL) pour la confirmation…

Une discussion sur facebook m’a conseillé de m’intéresser aux fémurs des pattes III et IV pour différencier S. blackwalli de S. scutulatus.

blackwalli aurait « 3 épines dorsales sur fémur III & IV.  » scutulatus :  » 2 épines dorsales (proximale et médiane, pas d’épine distale – (la plus éloignée du point attache) sur fémur III & IV. »

Voici quelques clichés de ces pattes : Pfff pas évident !! mais bien expliqué ici : https://www.naturespot.org.uk/species/mouse-spider

Ici le fémur III… 2 épines dorsales ? donc scutulatus !! « la plus grande de nos espèces de ce genre (jusqu’à 16 mm pour la femelle) » https://www.unilim.fr/asl/880

Encore plus flagrant sur celle-ci… scutulatus !!

Me revoici au bout du bout… La Hague !

Carte postale (Cap de la Hague – Cotentin – Normandie ! (cliquez pour agrandir !)

Le phare de Goury !

Alors… L’araignée de bienvenue… Un mâle Zygielle-des-fenêtres – Zygiella x-notata (qui manque un peu de netteté !)

Au milieu du séjour, c’est un autre mâle Zygiella X-notata qui est descendu devant moi lorsque j’ai ouvert la porte d’entrée… Comique !! Bon pour quelques clichés alors…

Le voici libéré, dans son biotope !!

L’histoire de la deuxième araignée est plus triste !

Un grand cri dans la salle de bain et mon épouse, très arachnophobe au début mais qui fait des progrès depuis des années, en fermant un rideau s’est retrouvée avec une araignée sur elle… un geste de défense et l’araignée était dans un pauvre état… Mon épouse s’est vite remise de cette peur ! J’ai essayé le bouche à bouche avec l’araignée mais rien n’y fit ☹️… Alors, c’était un « vieux » mâle (ça c’est pour atténuer la douleur…) d’une espèce qu’on appelle Araignée-souris à cause de son abdomen gris-souris et sa tête qui se termine en museau de souris… Scotophaeus sp. qui aime se balader à l’intérieur et qui est plutôt nocturne… A chaque chose malheur est bon, mes photos nous montre l’hémorragie du « sang » de l’araignée, qu’on appelle hémolymphe et qui est translucide… on en apprend tous les jours hein !

Pour l’espèce, c’est pas du gâteau ! Dans sa liste des araignées du massif armoricains, Cyril Courtial précise : Scotophaeus blacwalli – quadripunctatus – refusus et scutulatus… On a le choix ! Il cite aussi le genre Herpyllus = Scotophaeus !

Le pôvre…

Le lendemain…

Bûches & Araignées…

C’est le moment de rentrer les bûches… 4 brouettes de bûches « nettoyées »… 13 araignées récoltées… Outre une Marpissa muscosa sous un abri de toile et un Amaurobius fenestralis/similis que je n’ai pas prélevées car elles sont légions chez moi, voici les autres…

Alors… Ma première est une Gnaphosidae, une Scotophaeus que je pense être blackwalli… caractéristique, les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs ronds (contrairement aux Drassodes à qui elles ressemblent) !

C’est la première fois que j’en trouve une dans mes bûches, mais j’en ai déjà trouvé sur ma façade arrière et à l’intérieur ! (Voir CATEGORIES)

(Cliquez pour agrandir !)

Toujours bon à savoir : « La femelle, qui peut atteindre 12 mm, pourrait, selon la littérature, être rencontrée adulte toute l’année alors que la période de maturité du mâle ne couvrirait que l’été et le début de l’automne.  » (http://www.unilim.fr/asl/index.php?id=880)

Donc 13 araignées… mais plusieurs du même genre… Les voici en vrac ! Tegenaria parietinaAmaurobius similis/fenestralis – Steatoda bipunctata – mâle Metellina sp. – Lepthyphantes sp. handicapée (je n’y suis pour rien !) – Pholcidae dont je doute, j’y reviendrai… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer ! – Peut-être une jeune Steatoda, j’y reviendrai aussi… « S. triangulosa me souffle mon mentor (Koen Van Keer ) » – Jeune Amaurobius bien poilue – jeune Tegenaria parietina – une un peu plus adulte et pour terminer une juvénile T. parietina… Et tout ce beau monde gravitait dans mes bûches !!

Femelle Tegenaria parietina avec sa robe caractéristique… enfin, pour un oeil avisé !

Joli Amaurobius similis/fenestralis !

Pour suivre une Steatoda bipunctata

Un joli mâle Metellina sp. !

Pour suivre la Xphantes (Lepthyphantes ?) handicapée…

Le suivant, un Pholcidae, m’a fait douter… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer !

Gros doute aussi pour cette minuscule Steatoda triangulosa !

Un Amaurobius particulièrement poilu pour suivre…

Pour terminer, voici d’autres Tégénaires, toujours du genre Tegenaria parietina mais d’âge différents…

Voilà… jusqu’à la prochaine fournée…

QUELQUES RIKIKIS…(2)

Je continue donc à vous présenter les « petites » araignées rencontrées récemment !

Une « jolie » femelle Philodromus dispar de mon jardin, version nocturne !! (cliquez !)

La suivante n’est pas une araignée mais un Opilion qui fait bien partie de la famille des arachnides ! Les Opilions n’ont pas de venin !!

Je pense qu’il s’agit d’un Paroligolophus agrestis… typique avec sa bande dorsale claire !

Voici ses caratéristiques :

Paroligolophus       (2,8 à 4,6mm)

– Ocularium lisse, sans dent, quelques poils

– Trident typique (dont la dent centrale est la + grande)

– Pattes élargies et courtes        

– Bande dorsale claire

– Selle plissée derrière ocularium

– ocularium blanchâtre et semblant lisse

Mais revenons aux araignées… La suivante est bien connue comme « la terreur des ménagères » (et des autres !!), j’ai nommé la Tégénaire !!

J’en ai quelques-unes dans mon tas de bois, celle-ci, moins fréquente, est une Tégénaire des murs… Tegenaria parietina !

Essentiellement nocturnes, elles se baladent parfois sur ma façade arrière ! Alors… j’en profite !!

Bien poilue…

Un autre jour, un autre spécimen…

Toujours impressionnante !! (cliquez…)

A la fin de ce post, je posterai sa consoeur, Eratigena atrica, la Tégénaire noire qui est commune en automne !

La suivante, dans le même registre du délit de sale gueule, enfin, pour certains(es), est aussi une nocturne, de plus petite taille… La « mouse spider », l’araignée souris… déjà présentée dans ce blog (voir catégories), la Scotophaeus sp.

Les suivantes sont plus colorées et « sympas » !! Pour commencer un minuscule mâle araignée-crabe, Misumena vatia qui adore jouer à cache-cache avec le photographe… Elle (il) nous repère facilement !

J’adore « jouer » avec lui… Ci-dessous avec elle, car c’est sa femelle qui se cache !!

Une autre en plein repas !!

Très commune aussi en cette fin de saison dans nos jardins, c’est l’Epeire diadème, l’Araneus diadematus

Le verso permet de confirmer l’espèce… le fameux « scape » ! Surtout utile dans le sud où règne aussi sa cousine pallidus !

Celle-ci est particulièrement pâle… mais la couleur peut être très variable !!

La suivante est aussi un excellent modèle, très photogénique… tout petit… Une femelle Diaea dorsata !

Je viens d’en découvrir un autre, juvénile de la même espèce, je crois !!

Scotophaeus… Jamais évident !

Jamais évident de différencier les Scotophaeus des autres Gnaphosidae comme les Drassodes !!

Scotophaeus, dite « mousespider », l’araignée souris !!

Pour deux choses, son abdomen poilu gris-souris et effectivement ça le fait !!

Je l’ai trouvé vers 1h du mat sur mon mur, côté jardin… C’est donc une araignée nocturne ! Elle semblait empêtrée dans une toile d’Amaurobius, de plus petite taille, qui la regardait se dépêtrer à faible distance !

Photos pas aisées… mon réglage « spot » était déréglé, d’où le manque de netteté !

Le deuxième critère est que la tête se termine « en museau de souris »… bon, ici, c’est moins flagrant que mes autres de ce blog, disons qu’elle est plus mature !

Dernier critère, le bloc oculaire… difficile avec ce manque de netteté mais bon, on devine quand même que les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs, ronds, plus distants entre eux qu’ils ne le sont des latéraux (moins évident sur mes clichés) !

Disons aussi que si c’était une Drassodes, les yeux postérieurs donneraient l’impression de loucher… ce qui n’est pas le cas ici !!

Confirmation de mon mentor :

Bonjour Richard,

Oui, Scotophaeus, sans le moindre doute.

Drassodes a aussi des pattes plus longues.

Bien á toi,

Koen

Araignées de nuit…

Pour avoir une chance de les photographier, juste avant d’aller dormir, je fais le tour de mon petit jardin !

Beaucoup d’Amaurobius chez moi, similis et peut-être fenestralis aussi… mais j’en ai déjà beaucoup dans ce blog ! (voir CATEGORIES) !

Pour commencer, encore à l’intérieur, en cave, là ou pourtant les Pholcus régnent en maître, près de la porte du jardin, une Gnaphosidae, qui, d’après la position de ses yeux arrières (médians postérieurs), « loucheurs », se trouve être un mâle Drassodes sp., un chasseur nocturne actif !! (cliquez…)

La deuxième est une « mouse spider » dont l’abdomen ressemble effectivement à celui d’une souris, idem pour sa « tête » qui se termine en pointe, un peu comme un museau de souris… que je n’avais seulement rencontrée qu’à l’intérieur… Une Scotophaeus sp., une erratique nocturne, qui, cette fois, se trouvait dans le fond de mon jardin !

Le lendemain soir, rebelote…

Elle m’a repéré !!

Araignées de Cherrueix…

J’ai été passé une semaine à Cherrueix, dans la baie du Mont-Saint-Michel…

Coté Breton donc !

Le Mont… Plutôt imposant et magnifique !!

 

02.10.2019Lumix.jpg_11

 

Alors, voici les premières araignées rencontrées autour du gîte !

Beaucoup de Zygiella x-notata

Enormément de Tipules aussi… un repas de choix pour les Zygielles…

 

 

Une autre araignée, très présente aussi mais uniquement visible le soir, à la nuit tombée… Ce sont des Segestria, à l’affût au bord de leur tube en soie, toujours avec les trois premières pattes vers l’avant !

Son tube/repaire…

 

Alors, une caractéristique pour la Segestria florentinades chélicères irisées de vert !

 

28.09.2019Lumix.jpg_57b

 

Très intéressées aussi par les Tipules…

 

Une autre Segestria aux pattes annelées… Je sais que les S. bavarica ont les pattes annelées mais je ne sais pas s’il y a une étape de leur vie où les florentina les auraient aussi ! Faudra que je renseigne !!

J’ai ma réponse :

« Jeune, elle présente des anneaux aux pattes et une robe qui peut être claire. »

Voir http://www.dipode-vie.net/arachnides/Segestriidae/Segestria/florentina.html

 

 

 

Une autre araignée, Gnaphosidae, une Scotophaeus sp., (Merci Koen !)  se baladait, la nuit tombée, non loin des nids de Segestria… Faudra que je l’identifie !!

 

28.09.2019Lumix.jpg_55

 

 

 

A mon arrivée, c’est cette superbe femelle Pholcus avec sa « nichée » qui m’a fait un clin d’oeil, dans une petite remise extérieure…

 

 

Et pour terminer cette première journée, j’ai visité les herbes devant le gîte pour trouver une araignée-loup…

 

 

Et ai trouvé celle-ci… avec de telles épines perpendiculaires aux pattes, il devrait s’agir d’une Pardosa sp.… mais laquelle ??

 

 

Je continuerai plus tard…

 

 

Les nocturnes… Scotophaeus scutulatus

Araignées errantes nocturnes, les Gnaphosidae sont souvent sombres, gris terne à noires, sans dessin et donc difficilement identifiables !

Les Scotophaeus peuvent se confondre avec les Drassodes mais les yeux peuvent les différencier… heureusement que c’est une araignée placide car les scopulas qu’elle a au bout des pattes lui permettent de grimper sur les surfaces les plus lisses, donc difficile de lui prendre le portrait, le bloc oculaire !!

Les huit yeux de Scotophaeus forment un élipse aplatie, pas facile à voir non plus et la théorie nous précise que les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et que les médians postérieurs, contrairement aux Drassodes, les loucheuses, sont circulaires !

Certains guides précisent aussi que les yeux médians postérieurs ont souvent un aspect cuivré, dû à la fine pubescence qui les recouvre… la mienne les a plutôt argentés !

Voici pour illustrer

 

27.04.2019lumix.jpg_19

 

Donc nocturnes, souvent dans et/ou à proximité des maisons…

Lors d’une sortie vers minuit, celle-ci se trouvait du côté extérieur d’une porte métallique de la façade arrière donnant vers le jardin !

 

27.04.2019lumix.jpg

27.04.2019lumix.jpg_10

 

Alors, la taille… min 12mm pour la mienne (en théorie entre 8 & 15mm de corps )

 

27.04.2019lumix.jpg_17

 

On l’appelle aussi, outre-manche, mouse-spider à cause de sa tête de souris, que l’on ne remarque pas trop ici, mais aussi à cause de son abdomen velu gris-souris, bien présent ici…

 

27.04.2019lumix.jpg_20

 

Je vous ai déjà présenté cette espèce ici : https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2016/02/14/laraignee-souris-eratique-nocturne-scotophaeus-gnaphosidae/

Mon mentor, Koen van Keer confime :  Scotophaeus scutulatus… Merci Koen !

« Un partout balle au centre ! »

Je vous parlais, dans la note précédente, de mes cerbères de cave que sont les Pholques et de leur proie !

Pour avoir la confirmation de ma détermination de la proie, j’ai contacté mon mentor, Koen Van Keer…

Son œil aiguisé a confirmé ma bonne détermination… le proie était bien une Scotophaeus… mais il a trouvé autre chose :

« Effectivement Scotophaeus, mais es-tu sûr que ce n’est pas le Pholque qui est la proie ? Ce ne serait pas la première fois que Scotophaeus capture un Pholcus (voir par ex. la photo en annexe). Je ne vois aucun fil sur la Scotophaeus dans tes photos, ce qui est une bonne indication… »

Scot_scut_Phol_phal_Bryan Goethals.jpg

 Photo de Bryan Goethals via KvK

et sur un autre site : http://abugblog.blogspot.be/2015/10/gnaphosidae-ground-spiders.html

Scotophaeus blackwalli is able to prey on Pholcus, the other formidable spider predator in the house

Effectivement, je suis retourné voir et les deux protagonistes se sont apparemment éliminés mutuellement !!… Pas fréquent ça !!

19.10.2017Lumix.jpg._35.jpg

Le Scotophaeus n’est pas entravé de fils de soie comme habituellement avec les Pholques…

Voici quelques exemples récents :

16.09.2017Lumix.jpg._9.jpg

17.10.2017Lumix.jpg._10.jpg

17.10.2017Lumix.jpg._7.jpg

Donc le Pholque n’a pas eu le temps de l’entourer de fil et ils se sont vraisemblablement mordu mutuellement jusque mort s’ensuive !!

Quelques autres clichés…

20.10.2017Lumix.jpg._11.jpg

20.10.2017Lumix.jpg._14.jpg

20.10.2017Lumix.jpg._16.jpg

Koen m’a demandé de vérifier si l’un d’entre eux n’était pas simplement « anesthésié »… mais ce matin, ils étaient figés dans la même position !

20.10.2017Lumix.jpg._18.jpg

 « Un partout balle au centre » comme on dit !!