Archives de Catégorie: Segestria bavarica

Araignées de la Hague (Cotentin – Normandie)

Une semaine dans le Cotentin, à la Hague, en Normandie ! Voici mes premières trouvailles… Biotope, versant de sentier empierré, sec, en bord de Manche… Sous presque chaque pierre, des Trachyzelote pedestris, Gnaphosidae. voici le couple… photos pas aisées car sur le terrain ! Pas de boite avec papier millimétré (pffff oubliées) taille classique entre 5 et 9mm mais plus près de 5, 6 !

Le biotope (cliquez pour agrandir)

La bestiole, femelle Trachyzelote pedestris

Puis le mâle… avec ses « gants de boxe » !

La voici libérée au même endroit, bien sûr !!

Toujours au même endroit mais sur la plage cette fois, une solide « loucheuse », toujours chez Gnaphosidae, une Drassodes sp. , qui se distingue des Haplodrassus par la présence de deux épines dorsales sur le tibia IV (bien visibles sur mes clichés)… pas mesurée mais une solide femelle d’une bonne quinzaine de mm (sans les pattes, bien sûr…). Pour le biotope, sur la plage, sur le remblais, à hauteur d’homme (voir photos). Elle sortait presque de mes petites boites… pas évident !!) Etique oblige, elle a été remise au même endroit… ce qui n’est pas évident avec tous ces galets !!

Le biotope…

Puis relâchée après sa séance photo..

Le lendemain, dans une petite rue vers le nez de Jobourg, deux pierres soulevées sur un petit mur, m’ont permis de voir deux autres araignées que je n’ai pas voulu déranger plus pour prendre d’autres clichés d’identification… Une Segestria bavarica (Segestridae)

et à nouveau une belle Gnaphosidae, vraisemblablement une Drassodes sp., si la théorie des deux épine dorsales du tibia IV fonctionne

Pour agrémenter, joli coucher de soleil sur l’île d’Aurigny (Alderney) à une portée de (gros) canon de la baie d’Ecalgrain, près de Goury… pour celles et ceux qui connaissent !!

Araignées des bûches (suite et fin)

Voici, pour terminer, les quelques autre araignées rencontrées… Un joli mâle Linyphiidae, vraisemblablement Lepthyphantes sp., espèce aussi très présente chez moi ! Un peu handicapé…

Ensuite, une Segestria bavarica juvénile, également légèrement handicapée

Voilà… Jusqu’à la prochaine !!

Les premières de 2022…

Rien de vraiment nouveau… On prend les mêmes et on recommence ! Avant de rentrer quelques dizaines de bûches pour le feu ouvert, je prends soin de les nettoyer et dont d’enlever, précautionneusement, les organismes vivants (araignées, cloportes et cie) ! Donc un peu toujours les mêmes bestioles ! J’en ai trouvé une quinzaine, dont plusieurs de la même espèce ! Bref, 159 photos prisent à main levée, 111 acceptée après un premier tri et 40 sélectionnées pour un traitement (recadrage, redimensionnement, ajustement de la luminosité…) !

Voici donc le tri !

Commençons par les plus présentes, les Amaurobius ferox, de tout âge et taille, deux superbes mâles de 10 et 11mm de corps, des pattes avant très longues… (typique des araignées mâles). Pattes non-annelées (enfin pour les adultes car elles peuvent l’être pour les juvéniles !! (cliquez pour agrandir…)

On dirait un joueurs de pétanque !!

« Bulbe génital ponctué d’une tache blanche externe, visible sans loupe » nous dit le Guide Bellmann sur les Araignées !

L’abdomen de ferox est caractéristique pour moi… et se différencie bien des autres espèce similis et fenestralis ! Beaucoup plus sombre… Les dessins du mâle sont souvent plus clairs et contrastés que celui de la femelle ! Peu ou pas de femelle visible car après la naissance, les jeunes se rassemblent autour de la femelle et la dévorent après sa mort… ou « qui se laisse dévorer » d’après d’autres auteurs !

Voici un second mâle presque du même gabarit…

Viennent ensuite quelques juvéniles… certains ont les pattes légèrement annelées, d’autres pas (?) mais leur « robe » restent très foncée…

La suivante est floue mais c’est juste pour la taille !!

Pattes non annelées pour la suivante !!

J’ai quand même rencontré quelques Amaurobius similis… remarquez la différence de teinte…

« Le tibia du pédipalpe est typique, doté d’une apophyse fine et incurvée, de la même longueur que l’autre » nous précise le Guide de Michael Roberts !

Belle envergure aussi !

Voilà pour les Amaurobius rencontrés… Je continuerai plus tard pour les autres… avec moins de photos… Steatoda, Linyphiidae et Segestria…

Mes bavarica sont de sortie

Une en plein jour (?) et une de nuit !

Les Segestria bavarica sont nocturnes… Celle en plein jour a , sans doute, été dérangée et était en mouvement… la voici, vraisemblablement juvénile par rapport à l’autre (cliquez pour agrandir)

Voici celle de minuit… de teinte plus claire, plus grosse, pattes moins annelées, plus adulte !!

Segestria bavarica – accouplement

J’ai l’habitude, avant d’aller dormir, de faire un petit tour dans mon jardin pour repérer les araignées nocturnes !

Cette fois-ci bien m’en pris car ce que j’ai d’abord pris pour une prédation s’est revélé être un accouplement de Segestria bavarica !

Ce n’est qu’en visionnant mes premiers clichés que j’ai aperçu un bout de pédipalpe de mâle…

Sur ce cliché-ci

Alors, les protagonistes… Je suis retourné quelques minutes plus tard et la femelle était retournée dans son « tube » ! Voici le mâle !

Pour la femelle, c’est plus compliqué… elle reste à l’affût au bord de son repaire…

J’ai eu bu bol car je n’avais pas encore vu de mâle dans le coin !!

Je viens d’en croiser un autre…

Ce 26 mai, nettoyage des fenêtres… et comme souvent, enfin, chez moi, c’est là que se cache les Segestria !!

Et pour ne pas déranger à cette règle, c’est un mâle qui a montré le bout de ses chélicères… mais il a déjà perdu sa patte avant gauche… qui repoussera s’il lui reste encore une mue !!

On devine ses six yeux…

Le voici relâché…

Segestria bavarica de juin…

En inspectant ma terrasse, j’ai remarqué une petite toile-refuge sous laquelle « dormait » une araignée non-identifiée…

 

18.06.2019Lumix.jpg_2

 

Curieux, j’ai pris un petit pinceau (pour ne pas blesser l’arachnides et ne pas abimer la toile) pour la forcer, doucement, un peu à sortir de sa loge !

Une jolie femelle Segestria bavarica de 9 mm de corps (céphalo + abdomen)

 

18.06.2019Lumix.jpg_16

 

On reconnaît S. bavarica à la séparation des macules sombres de son abdomen par une série de poils blancs mais difficilement visible sur mes clichés à cause du flash !

Après cette courte séance photos, la voici redéposée sur le mur où je l’avais trouvée…

 

18.06.2019Lumix.jpg_17

 

18.06.2019Lumix.jpg_19

 

18.06.2019Lumix.jpg_20

 

 

Ni une ni deux, comme je l’ai déposée près de sa loge,  elle l’a tout de suite réintégrée… c’est là que je suis content de ne pas l’avoir détruite !!

 

18.06.2019Lumix.jpg_24

 

 

Les premières de 2019

Me voilà reparti, ce premier janvier 2019, pour chercher les premières araignées de 2019… temps pluvieux (fine pluie) et 7°… balade agréable dans un petit bois du brabant flamand.

« Pourquoi là-bas ? » me demanderez-vous ! Ben j’espérais, comme il y a plusieurs années https://araigneesdewaterloo.wordpress.com/2011/03/02/araignees-de-mars/ trouver des Amaurobius fenestralis… mais j’ai été à nouveau bredouille pour les Amaurobius !

Qu’à cela ne tienne, d’autres araignées squattaient les mêmes piquets de béton…

Beaucoup d’Anyphaena accentuata, dite « araignée Citroën » araignée frondicole, habituellement dans la canopée, mais qui « redescendent » en hiver !

01.01.2019Lumix300.jpg._15

 

Ensuite une Neriene qui restait en position de thanatose, de catalepsie, un état dans lequel l’animal feint la mort quand on l’inquiète…

01.01.2019Lumix300.jpg._17

 

La dernière du jour, aussi en thanatose, est une Segestria bavarica

 

01.01.2019Lumix300.jpg._19

 

Le biotope… Elles étaient logées dans les trous des piquets de béton !

 

01.01.2019Lumix300.jpg._21

 

Dans ce bois trône un arbre séculaire… un « arbre de sorcières » comme j’aime l’appeler !!

 

01.01.2019Lumix300.jpg._13