Archives de Catégorie: Xphantes (Linyphiidae)

Mes « intérieures »…

Pour le biotope, dans un sac de jardinage que je protège de la pluie, rempli de branches de sapin récemment élagué… Une minuscule petite bouteille (Mangora acalypha)

et dans le filtre (aérien) de ma citerne à eau (oui, oui…, je le nettoie régulièrement… c’est qu’il pleut ici !!, elle s’est réfugiée dans le haut du filtre !)) une petite Linyphiidae, une Xphantes comme j’aime les appeler, vraisemblablement un Lepthyphantes leprosus !

Araignées des bûches (suite et fin)

Voici, pour terminer, les quelques autre araignées rencontrées… Un joli mâle Linyphiidae, vraisemblablement Lepthyphantes sp., espèce aussi très présente chez moi ! Un peu handicapé…

Ensuite, une Segestria bavarica juvénile, également légèrement handicapée

Voilà… Jusqu’à la prochaine !!

Les autres petites forestières…

Mon article sur les Drapetisca ci-dessous, j’ai rencontré d’autres petites araignées que je vous présente en vrac ! Bon pas toujours très nettes, mais c’est sur le terrain avec de petits modèle…

Anelosimus vittatus, je crois !

Une petite femelle Philodromus sp.

Un autre…

Diverses Xphantes (Lepthypantes sp…)

Quelques Neriene peltata

Pour terminer une Tetragnatha sp. (floue… désolé !)

Une petite araignée-crabe – Xysticus sp.

Une Clubonia sp.

« Même pas peur ! » a l’air de dire cette punaise… mais elle quand même évité la Clubiona !!

Un peu de couleurs… Diaea dorsata

En prime, une chenille… « Il pourrait s’agir de Colocasia coryli. une noctuelle. » m’avise Bruxelles Environnement
Div. Espaces verts Dpt. Biodiversité et connaissance territoriale.

Les autres araignées des bûches…

Les autres araignées des bûches… (cliquez pour agrandir !)

Singulières ces deux Scotophaeus… Je les ai trouvées telles quelles… comme si elles étaient des cerbères sur une bûche… desséchées mais pas abîmées ? Etonnant !

Celle-ci était plus vivante…

Plus classiques, quelques grain de café huileux… Steatoda bipunctata !

Quelques Amaurobius sp. dont celui-ci !

Quelques Tégénaires (pattes annelées) aussi, ici Tegenaria parietina !

Ensuite une petite Linyphiidae, une Xphantes sp. !

Enfin, pour terminer, un joli mâle Philodromus dispar juvénile…

Les petites Xphantes (Leptyphantes…)

J’aime appeler ces petites Linyphiidae… Xphantes !

Toujours difficilement identifiables, on les regroupe parfois via le nombre d’épines de leur métatarses ou de leurs pattes annelées ou pas !

J’ai toujours eu beaucoup de petites Lepthyphantes chez moi, dans la cave et dans le jardin, vraisemblablement des L. leprosus (entre 2,5 et 4mm… des rikikis !)

Elles ont adopté une porte-fenêtre métallique et créé un réseau de fils très dense où, attirés par la lumières, moustiques et autres petites mouches viennent s’empêtrer !

Jugez plutôt… (cliquez pour agrandir)

Pour l’identification, une bonne vue du « ventre », de l’épigyne (caractéristique) est nécessaire !

(« Facile » car elle sont toujours à l’envers sous leur toile, un réseau irrégulier de fils enchevêtrés !)

Celle ci-dessus se trouvait de l’autre côté de la porte, à l’extérieur !

Mais… une autre araignée fait son approche… Une femelle Marpissa muscosa (j’en ai plein mon jardin…) !

Elle semblait « patrouiller » autour des toiles des Lepthyphantes

A peine cette photo prise, elle s’est retournée et m’a regardé fixement… clic ! clac !

Je l’ai suivi quelques temps mais ne l’ai pas vu s’approcher des Lepthyphantes… faut dire que le filet de toile est particulièrement dense.

Je continuerai plus tard pour vous parler des différentes espèces de Xphantes !

Bûches & Araignées…

C’est le moment de rentrer les bûches… 4 brouettes de bûches « nettoyées »… 13 araignées récoltées… Outre une Marpissa muscosa sous un abri de toile et un Amaurobius fenestralis/similis que je n’ai pas prélevées car elles sont légions chez moi, voici les autres…

Alors… Ma première est une Gnaphosidae, une Scotophaeus que je pense être blackwalli… caractéristique, les yeux médians antérieurs sont plus gros que les autres et les médians postérieurs ronds (contrairement aux Drassodes à qui elles ressemblent) !

C’est la première fois que j’en trouve une dans mes bûches, mais j’en ai déjà trouvé sur ma façade arrière et à l’intérieur ! (Voir CATEGORIES)

(Cliquez pour agrandir !)

Toujours bon à savoir : « La femelle, qui peut atteindre 12 mm, pourrait, selon la littérature, être rencontrée adulte toute l’année alors que la période de maturité du mâle ne couvrirait que l’été et le début de l’automne.  » (http://www.unilim.fr/asl/index.php?id=880)

Donc 13 araignées… mais plusieurs du même genre… Les voici en vrac ! Tegenaria parietinaAmaurobius similis/fenestralis – Steatoda bipunctata – mâle Metellina sp. – Lepthyphantes sp. handicapée (je n’y suis pour rien !) – Pholcidae dont je doute, j’y reviendrai… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer ! – Peut-être une jeune Steatoda, j’y reviendrai aussi… « S. triangulosa me souffle mon mentor (Koen Van Keer ) » – Jeune Amaurobius bien poilue – jeune Tegenaria parietina – une un peu plus adulte et pour terminer une juvénile T. parietina… Et tout ce beau monde gravitait dans mes bûches !!

Femelle Tegenaria parietina avec sa robe caractéristique… enfin, pour un oeil avisé !

Joli Amaurobius similis/fenestralis !

Pour suivre une Steatoda bipunctata

Un joli mâle Metellina sp. !

Pour suivre la Xphantes (Lepthyphantes ?) handicapée…

Le suivant, un Pholcidae, m’a fait douter… « Psilochorus, mâle adulte » me souffle Koen Van Keer !

Gros doute aussi pour cette minuscule Steatoda triangulosa !

Un Amaurobius particulièrement poilu pour suivre…

Pour terminer, voici d’autres Tégénaires, toujours du genre Tegenaria parietina mais d’âge différents…

Voilà… jusqu’à la prochaine fournée…

Araignées forestières…

Toujours en balade dans la forêt de Soignes, une hêtraie « cathédrale », je continue de scruter les nouveaux poteaux/bornes à la croisée des chemins, propices à la présence d’insectes et d’arachnides !

C’est une minuscule Epeire bicorne – Gibbaranea gibbosa qui a attiré mon attention… La tache vert-kaki est une de ses caractéristiques… C’est ici un mâle (cliquez pour agrandir)

Une belle bouille !!

Comme cela semble être ma période verte, c’est une Diaea dorsata, à l’oreille musicale et perchée sur un support improbable pas vraiment issu du biotope !!

Sur la « borne » suivante, c’est un Philodromus sp. (peut-être du groupe aureolus ?) qui, lassé de me voir tourner autour pour le flasher, a décidé de changer d’air et s’est mis en position de ballooning ! Sur la troisième photo, on repère son fil emporté par le léger vent !

Viennent ensuite des araignées plus habituelles… Les Drapetisca socialis commencent à « sortir » !

Ensuite une Linyphiidae, une Xphantes comme j’aime les appeler…

Pour terminer, un phénomène particulier… les fils de la vierge !! Un champs immense, garni de jeunes pousses, m’a révélé, grâce au soleil, des milliers de petites toiles…

Magnifique !!

Araignées de sol en forêt !

Quelques araignées rencontrées lors de ma promenade du 10 juin !

Pour débuter, une Linyphiidae que j’aime appeler Xphantes car difficiles à déterminer correctement !

Pour la suivante, avec son abdomen roussâtre, je pense que c’est une Ostearius melanopygius… unique espèce européenne, commune… même si je ne vois pas la tache noire aux filières !

Celle ci-dessous me pose problème… Une petite tégénaire, certes, une Agelenidae, j’ai pensé à Tegenaria silvestris mais mon mentor me dit que c’est incertain !!

La suivante est magnifique… Quelques millimètres… Je l’ai déjà rencontrée aussi en forêt de Soignes, au sol, dans la litière ou sous les morceau de bois… Une femelle Neon reticulatus (ou cfr reticulatus… merci Koen)

Vient ensuite une autre tégénaire forestière, une Eratigena picta que je rencontre aussi presque à chaque fois !!

Pour terminer, un Opilion au nom barbare… Nemastoma bimaculatum (je crois…) ! Ridiculement petit… 2mm… faut avoir l’oeil !!

Quelques forestières…

Quelques spécimens rencontrés… Pour commencer un beau mâle Metellina mengei… de saison et identifiable aussi à ses longs poils aux métatarses et tarses I (cliquez…)

Pour suivre, une petite Linyphiidae que j’appelle habituellement Xphantes car difficile à déterminer…

Revoici une petite Nigma flavescens accompagné d’un insecte… ça vous situe la petite taille !!

Et à un autre endroit…

Pour la suivante, je pense que c’est un mâle Anelosimus vittatus

La suivante est une superbe Ballus chalybaeius… rikiki aussi !!

Pour terminer, un joli Opilion presque monocolor…

Suffit d’ouvrir l’oeil…

Sur ma terrasse ensoleillée, un minuscule Philodromus rufus/albidus se balade… doté d’une bonne vue, il m’aperçoit et tourne autour de la main courante du garde-corps… Superbe couleur rouille… Absent du Bellmann, c’est le Renson qui m’avise de détails concernant ces deux espèces difficilement discernables.

Commun aux deux, les yeux sont sur de petits tubercules blancs… Toujours compliqué de parvenir à avoir une bonne vue du bloc oculaire des Philodromus !!

ça correspond !

Renson (Clé de détermination photographique des principales araignées de Belgique) précise aussi que si les pattes présentent de petites ponctuations noires ce serait albidus et sans ce serait rufus… J’opte pour rufus ici alors !

Un jour plus tard, elle gravite toujours sur la rembarde !

Un peu plus bas, en descendant l’escalier de ma terrasse, c’est une autre toute petite araignée qui tentent d’échapper à mon regards… Sans la déranger plus, je la flashe sous toutes les coutures… en pleine prédation, elle se déplace avec sa proie, sans la lâcher !! C’est une juvénile Marpissa muscosa qui a croqué une autre petite araignée,une Mangora acalypha, dite « petite bouteille » !

Elle me regarde du coin de l’oeil !!

La nuit tombée, c’est sur une porte métallique que cette Linyphiidae rikiki s’offre à mon objectif ! Difficiles à déterminer des petites Lepthyphantes s.l. que j’aime appeler Xphantes…!

Ses pattes unicolores, dont elle a déjà perdu des parties dans des combats, limitent un peu le choix ainsi que le nombre d’épines sur le métatarse I…

Plus d’une épine… On est dans le groupe (si Lepthyphantes) nebulosus-leprosus-minutus-alacris… on élimine celles qui ont des pattes annelées (exit minutus-leprosus…) reste donc alacris (qui est devenue Tenuiphantes)… mais c’est utopique de vouloir déterminer ce genre d’araignée sans la passer sous une loupe binoculaire, ce que je ne fait pas car je n’ai pas la formation scientifique requise !!